Cantons de Lisieux

Lisieux

23 000 hab. (Lexoviens) dont 900 à part, 1 307 ha, sous-préfecture du Calvados, 45 km à l'est de Caen. C'est la principale ville du pays d'Auge, dans la vallée de la Touques. Il y reste quelques traces de rues, d'un amphithéâtre et du castrum de l'ancien Noviomagus (le marché neuf); une cathédrale des 12e-13e s. à trois portails, des bâtiments renaissance, des maisons anciennes, un musée d'art et d'histoire, plusieurs jardins publics. Lisieux bénéficie d'un bon équipement culturel (médiathèque, bibliothèque), de 8 lycées dont trois publics, avec BTS, d'un IUT, d'une école de commerce et elle dispose d'une Chambre de commerce et d'industrie. Comme dans beaucoup de villes moyennes, l'hôpital est le principal employeur (1 200 salariés, 700 lits), la ville occupant 500 personnes; la ville a également une polyclinique (70 sal.), une maison de retraite (La Normandie, 40 sal.).

Néanmoins, Lisieux a aussi un assez large ensemble industriel, dispersé dans 8 zones d’activité. La firme et la marque Isoroy sont nées ici d’une fabrique d’emballages de boîtes de camembert créée par G. Leroy au début du 20e s.; devenues Plysorol en passant à un groupe portugais, elles appartiennent depuis 2010 au libanais Ghassan Bitar, l'usine de Lisieux fabrique du contreplaqué d’okoumé (230 sal.) et a fait appel à des soutiens publics en 2011 tout en envisageant 100 suppressions d'emploi. Lactalis et le groupe Nestlé sont associés dans une usine de lait et fromages frais (LNPF, 170 sal.); Aventis, précédemment Sanofi-Winthrop, a repris la firme pharmaceutique Bottu et produit Doliprane et Solutricine (130 sal.).

Ondulys (ex-Lacaux, groupe belge VPK) fait du carton ondulé (100 sal.), Cermex produit des machines à emballer (100 sal.), Le Caillebotis Diamond des planchers métalliques (80 sal.), Saint-Gobain Abrasifs (ex-Précidia, 60 sal.) des outils abrasifs et molettes de diamant, RGFC des peintures et vernis (45 sal.), la Sodel (40 sal.) des détergents, Lefranc (20 sal.) des pièces plastiques; menuiserie La Fraternelle (50 sal.), agencement de magasins Scam (coopérative, 30 sal.), serrurerie Fouquet (35 sal.), constructions métalliques Rivière (30 sal.), mécanique Cap Méca (20 sal.); charcuterie Scot (25 sal.); en revanche, des firmes de confection ont fermé.

Dans le secteur tertiaire émergent les sociétés de travail temporaire Adecco (260 sal.) et Adia (180 sal.), le nettoyage La Normande Aubert (35 sal.), le gardiennage AADS (55 sal.), les transports Antoine (130 sal.) et les transports par cars CTS du groupe Keolis (65 sal.); parmi les magasins, un hypermarché Leclerc (300 sal.) et un Intermarché (110 sal.), un Monoprix (85 sal.), les magasins But (50 sal.), Bricomarché (30 sal.), Decathlon (30 sal.), Darty (25 sal.), plus la centrale d’achats Scanormande du groupe Leclerc (215 sal.); négoces de produits d’hygiène à usage unique Raynaud (120 sal.), d eproduits médicaux Medilis (25 sal.), et de produits de boulangerie Sodibo (50 sal.), surgelés Thiriet (55 sal.), distribution d'électricité ERDF (30 sal.); ingénierie Topo Études (40 sal.), comptabilité Windels (40 sal.), aide à domicile Happy Services (25 sal.) et JS2L (25 sal.), publicité Adrexo (90 sal.) et Mediapost (25 sal.).

Lisieux tire également parti de sa position dans le pays d’Auge, sur la N 13 et la voie ferrée de Paris à Cherbourg, assez près de Paris et proche de la Côte Fleurie, ce qui lui vaut beaucoup de visiteurs: 1 500 000 par an selon le réseau des Grands sites de France, dont il serait l’un des cinq premiers; un certain nombre d’entre eux sont sensibles au souvenir de Thérèse Martin (sainte Thérèse de Lisieux), née à Alençon (1873-1897) mais qui vécut à Lisieux; une considérable basilique, à l’esthétique «romano-byzantine» discutée, lui a été consacrée sur le plateau en 1954.

La commune avait 10 000 hab. au début du 19e siècle, 16 000 à la fin, nombre à peu près maintenu jusque vers 1950; puis la population est passée à 25 500 (sdc) en 1975 et s’est un peu tassée ensuite; elle s'est réduite de 1 100 hab. entre 1999 et 2008. Un temps dirigée par la gauche sous Yvette Roudy (socialiste, ancien ministre et députée), la ville a été reprise par la droite en 2001; le maire est Bernard Aubril (UMP), également conseiller général. La communauté de communes de Lisieux-pays d’Auge groupe 24 communes et 36 700 hab., l’agglomération Insee (unité urbaine) 26 700 hab., l’aire urbaine 46 400. L’arrondissement a 146 700 hab. (140 500 en 1999), 13 cantons, 204 communes, 164 977 ha.

Les 3 cantons de Lisieux groupent 38 300 hab. (37 800 en 1999), 30 communes, 27 943 ha dont 2 805 de bois; ils s’étendent au cœur du pays d’Auge, de part et d’autre du cours sud-nord de la Touques, jusqu’à la limite du département de l’Eure; N 13 et voie ferrée les traversent d’est en ouest. Saint-Désir (1 800 hab. dont 120 à part, 1 935 ha), en banlieue ouest, accueille la métallerie Axe Métal (200 sal.), et un équipementier en aéraulique (Cesbron, 35 sal.), les constructions Laugeois (80 sal.); une maison de retraite (La Barillière, 65 sal.) et une maison familiale rurale. La population communale progresse assez lentement (1 000 hab. en 1962) et avait dépassé 1 600 hab. au 19e s.; elle a gagné 60 hab. entre 1999 et 2004.

Beuvillers (1 260 Beuvillersois, 492 ha), en banlieue sud de la ville dans la vallée de l’Orbiquet, ajoute aux industries de Lisieux quelques entreprises, notamment en agro-alimentaire: viandes Charal (100sal.) et Socavia (30 sal.) et graisses animales Alva (25 sal.), négoce Aux Viandes normandes (25 sal.), centre de recherche Nestlé (90 sal.) sur les produits laitiers; transports Roselier (60 et 25 sal.), électricité industrielle Poullain-Sepi (45 sal.). La population communale avait progressé de 1900 (540 hab.) à 1975 (1 300) mais a faibli ensuite, avant de reprendre 110 hab. entre 1999 et 2008.

Un peu plus loin dans la même vallée, Glos (910 Glosiens, 1 293 ha) accueille l'usine Knorr-Bremse de freins à air pour camions (400 sal.), la plus grande de l'agglomération de Lisieux; CMM-Atos fait des boîtiers et éléments pour l’électronique (300 sal., marque Tolkit); fabrique de remorques pour chevaux des Vans Barbot (50 sal.), négoce de produits boulangers Gougeon (75 sal.), surgelés (Coup de Pâte, 30 sal.); la population communale augmente très doucement. Ouilly-le-Vicomte (810 Vicomtois, 773 ha), 5 km au nord de Lisieux dans la vallée de la Touques, abrite le château classé de Bouttemont (16e-17e s.) et un magasin Super-U (50 sal.); peinture en bâtiment Alleaume-Avrouin (25 sal.).

À l’est de Lisieux, le plateau d’Auge est traversé en droite ligne par la N 13 et entaillé par deux vallées affluentes de la Touques. À Hermival-les-Vaux (890 Hermivalais, 1 376 ha dont 233 de bois), 5 km NE de Lisieux, a été ouvert en 1986 le parc zoologique de Cerza (50 ha, 35 sal.), avec salle de cinéma, qui reçoit près de 300 000 visiteurs par an; Transports Lexoviens (160 sal.), société de nettoyage Netto-Décor (80 sal.), chaudronnerie MTS (45 sal.), articles métalliques Europ Metalfil (40 sal.), menuiserie métallique Évain-Vallée (25 sal.), peinture Le Barbenchon (20 sal.). La commune a gagné 110 hab. de 1999 à 2008.

Moyaux (1 370 Moyausains, 1 623 ha),12 km NE de Lisieux, a une église des 11e-12e et 16e s., une usine chimique (McBride ex-Yplon, savons et lessives, 100 sal.) et une petite industrie du meuble; la population communale est en assez nette augmentation; elle était de 650 hab. en 1962 et s'est accrue de 120 hab. depuis 1999. Moyaux est le siège de la communauté de communes Moyaux-Porte du pays d’Auge, qui associe 9 communes et 4 200 hab., ce qui en fait la moins peuplée du Calvados.

Firfol (470 Firfolais, 501 ha), 7 km à l’est de Lisieux, a des pépinières (Ramette, 40 sal.) et un déménageur (Maes, 25 sal.). Marolles (680 Marollais, 1 222 ha), 11 km à l’est de Lisieux sur la N 13, a une ferme du 16e s. classée, ainsi que le parc de son château; elle a gagné 40 hab. de 1999 à 2008; négoces de machines agricoles DRT (Ruaux, 40 sal.) et d’articles pour hippisme (Équip’Horse, 40 sal.).

À l’ouest de la Touques, le passage du bassin de la Touques à celui de la Dives est franchi en tunnel sur 2 500 m par la voie ferrée Paris-Cherbourg. Un peu au nord, s’étend sur le plateau la commune du Pré-d’Auge (860 hab., 1 072 ha), traversée par la N 13, au bord de laquelle se voit un ancien relais de poste dit l’hostellerie Henri IV (17e s.); la commune s'est accrue d'une centaine d'habitants entre 1999 et 2008.

Vers le sud, Saint-Germain-de-Livet (820 Garmainvilliens, 1 641 ha dont 300 de bois) s’étend aussi sur le plateau où subsistent les bois du Hêtre et de Noiremare et le château du Boulay sur la route de Livarot; le petit village est à 8 km au sud de Lisieux dans la vallée de la Touques, orné d’un très beau château à damiers de pierres et briques vernissées du 16e s., avec une aile à colombages. Une ancienne filature de lin est classée. L’usine de la firme Technifil, qui eut 250 employés, a fermé. La commune a gagné 230 hab. entre 1999 et 2008, soit 39%.