Canton de Ruffec

Ruffec

3 720 hab. (Ruffécois) dont 140 à part, 1 337 ha dont 337 de bois, chef-lieu de canton du département de la Charente dans l’arrondissement de Confomens (depuis 2008), 44 km au nord de la préfecture. La ville est sur le couloir de circulation de Poitiers à Angoulême, avec voie ferrée et N 10 à 4 voies; elle est un peu à l’écart de la vallée de la Charente, au bord du Lien qui est une résurgence de la vallée de la Péruse, dont les eaux se perdent en amont. Ruffec était poitevine avant la délimitation des départements, et le chef-lieu de la marche encore boisée qui sépare Poitou et Angoumois. Elle conserve des ruelles et des maisons à colombage, une église des 12e et 15e s. à façade romane très illustrée, sans clocher; un château, surtout du 18e s.

La ville, foyer de services et de commerce assez actif, a un centre hospitalier, un collège public et un privé, un lycée professionnel public, un centre Leclerc (110 sal.) et un Intermarché (30 sal.); quelques ateliers dont la SNRI (Société nouvelle de robinetterie industrielle, 150 sal.) et Valco Valves Services (45 sal.), la fromagerie From'À Cœur (50 sal.) née en 2002, les viandes Levesques (40 sal.), Compobat (bétons, 35 sal., repris par Polybaie du groupe Moreau, spécialiste de pvc pour bâtiment), l’atelier protégé IDTA (40 sal., droguerie). La Centrale d’approvisionnement Charentes-Poitou (Scachap du groupe Edouard Leclerc, alimentaire) emploie 280 personnes. Trois zones industrielles ont été équipées; une base de loisirs au bord de la Charente à Rejallant. La commune avait 3 000 hab. en 1845, 3 500 en 1900 et sa population est lentement montée à 4 250 en 1975, avant de diminuer; elle a encore perdu 280 hab. de 1999 à 2008. La communauté de communes de Ruffec rassemble 8 communes (6 700 hab., 9 700 ha).

Le canton a 8 700 hab., 15 communes, 21 527 ha dont 5 061 de bois; il est limitrophe du département de la Vienne et touche au NO à celui des Deux-Sèvres; il est traversé du nord au sud par la Charente, et d’est en ouest par son affluent de rive gauche l’Argent. En surface, l’argile à silex l’emporte sur la terre de groie, qui se manifeste surtout au sud-ouest, et le canton est passablement boisé; mais l’agriculture céralière moderne domine, et s’est nettement orientée vers la production de maïs irrigué.

Nanteuil-en-Vallée (1 480 Nanteuillais, 6 885 ha dont 1 750 de bois), 11 km ESE de Ruffec, se tasse dans la vallée encaissée de l’Argentor; c’est un village-centre, au sein d’une contrée un peu accidentée que l’on nomme parfois «Suisse charentaise»; on y voit quelques restes de l’ancienne abbaye, dont une tour abritant le trésor de l’abbaye. Nanteuil est un village fleuri à maisons à colombage, doté d’une maison des arts et du patrimoine et des collections d’archéologie, un arboretum et un jardin aquatique; cela en fait un «village de charme». La commune doit sa grande étendue à une fusion de plusieurs communes en 1973: Nanteuil, devenue Nanteuil-en-Vallée en 1962, et qui avait 560 hab. en 1968 contre 1 500 vers 1850; Aizecq (200 hab.) et Pougné (160 hab.) au sud-ouest, Messeux (200 hab.) et Moutardon (340 hab.) au nord, Saint-Gervais (300 hab.) au sud-est; elle a ainsi atteint 1 550 hab. en 1975, puis a perdu 150 hab. (1999) mais vient d'augmenter de 70 hab. entre 1999 et 2008.

Verteuil-sur-Charente (720 Verteuillais, 1 424 ha dont 296 de bois), 6 km SSE de Ruffec, autre «village de charme», occupe un site agréable dans la vallée encaissée de la Charente, que domine son château à grosses tours de 1459, remanié au 19e s., longtemps propriété de la famille de La Rochefoucauld; dans l’église, mise au tombeau du 16e s. en terre cuite polychrome; moulin rénové. Verteuil est le siège de la communauté de communes des Trois-Vallées, qui groupe 9 communes et 3 300 hab. Sur le plateau juste à l’ouest de Verteuil, quelques restes d’une ancienne commanderie de templiers agrémentent Villegats (260 Villegatois, 771 ha dont 175 de bois).