Canton de Ruelle-sur-Touvre

Ruelle-sur-Touvre

7 700 hab. (Ruellois) dont 300 à part, 1 066 ha, chef-lieu de canton du département de la Charente dans l’arrondissement d’Angoulême, 7 km ENE de la préfecture. La ville se tient de part et d’autre de la Touvre, en un site depuis longtemps utilisé pour des moulins et des forges, et qui reçut en 1751, à l’initiative de Montalembert, des hauts-fourneaux et une forge à canons. Ce vieux site transformé fabrique des missiles pour la marine dans un chantier de la DCN (Direction des constructions navales) qui affiche 850 salariés.

Les autres principaux employeurs sont le conseil de gestion Amkey (230 sal.), la maintenance informatique Sodatec (95 sal.), la papeterie-cartonnerie Alamigeon (40 sal.), les pièces plastiques Mecacorp (40 sal.), la maçonnerie CFC (25 sal.), un Intermarché (35 sal.). La ville a un collège et un lycée professionnel publics, et une université populaire depuis 1902. Ruelle n’est «sur Touvre» que depuis 1986; la commune a eu 1 500 hab. en 1851, 4 000 en 1901 et sa population a crû jusqu’en 1975 (8 100 hab. sdc); elle a perdu près de 1 200 hab. ensuite, mais a repris officiellement 200 hab. de 1999 à 2008.

Le canton a 19 100 hab. (17 900 en 1999), 5 697 ha dont 1 938 de bois et 5 communes: le chef-lieu, L’Isle-d’Espagnac, Magnac-sur-Touvre, Mornac et Touvre. Touvre (1 130 Tolvériens, 906 ha dont 399 de bois) est la moins peuplée. Elle a le mérite de se situer à l’endroit où l’on place traditionnellement la naissance de la Touvre, une puissante résurgence d’eaux infiltrées dans le karst de La Rochefoucauld et dont une partie vient du Bandiat et de la Tardoire; toutefois, une vallée de 12 km en amont de cette «source» est occupée par l’Échelle, qui est donc une branche amont de la Touvre, mais à l’air libre. Au sud-est, la commune contient une part de la forêt domaniale du Bois Blanc. Touvre accueille une fabrique d’articles en caoutchouc Sidiac (Société industrielle des diverses applications du caoutchouc, 60 sal., groupe états-unien Zeon Chemicals), qui fait des mélanges de polymères. La population a progressé sensiblement de 1954 (470 hab.) à 1990, puis la croissance semble s'être arrêtée.


Isle-d'Espagnac (L')

5 500 hab. (Spagnaciens), 595 ha, commune du département de la Charente dans le canton de Ruelle-sur-Touvre, en banlieue ENE d’Angoulême, entre Soyaux et Gond-Pontouvre, sur la rive gauche de la Touvre. C’est l’une des banlieues les plus industrielles de l’agglomération, bien qu’elle ait connu des fermetures comme celle des chaussures Babymousse en 2007: grosse usine d’appareillage électrique Schneider (ex-Télémécanique, 600 sal.); fabrique de matériels industriels Omia (170 sal., cabines de peinture et séchoirs); cartonnages VG Goossens (120 sal.) et Packart (Packetis, 105 sal.); verrerie Saint-Gobain (Miroiteries de l'Ouest, 100 sal.); emballages plastiques Veriplast (95 sal.); rédaction et imprimerie de la Charente Libre (115 sal.), prépresse Graphisme Services (75 sal.), informatique et impression de chèques Natel Monétique (45 sal.); fonderie de fonte Safem (55 sal.), équipements aéraulioques Visvivo (35 sal.); poteries et cadeaux Abaco (50 sal.); coopérative de mécanique Scomec (25 sal.). D

ans les services et négoces, ingénierie Altep (50 sal.), contrôles Apave (50 sal.), comptabilité Fimeco (25 sal.); installations thermiques DGS Garanka (35 sal.); nettoyages ISS (230 sal.) et la Libournaise (35 sal.); travaux publics SNGC (50 sal.); plusieurs négoces de matériaux dont les fournitures pour automobiles Sefi (110 sal.), de quincaillerie Clément (35 sal.), de plomberie Tereva (30 sal.) et Disque Bleu (30 sal.); transports BGMG (20 sal.). La ville a aussi deux cliniques, Sainte-Marie (170 sal., 125 lits) et la Source (90 sal., 50 lits), une maison de retraite (les Pivoines, 35 sal.). La commune n’avait que 1 000 hab. en 1900; elle est passée à 2 200 en 1954, 5 000 en 1980, s'est ensuite maintenue à ce niveau mais a gagné quelque 400 hab. depuis 1999.


Magnac-sur-Touvre

3 110 hab. (Magnacois), 782 ha, commune du département de la Charente dans le canton de Ruelle-sur-Touvre, juste au sud-est du chef-lieu sur la rive gauche de la Touvre, à 6 km ENE d’Angoulême; ingénierie Crevim (30 sal.). La commune avait 1 800 hab. en 1900, 1 600 en 1926 et a crû jusqu’en 1982, même si la croissance a été limitée au profit du maintien d’espaces verts, et aussi en raison de la contraction de l’emploi industriel, et s'est encre accrue de 210 hab. entre 1999 et 2008.


Mornac

2 220 hab. (Mornacois), 2 348 ha dont 1 300 de bois, commune du département de la Charente dans le canton de Ruelle-sur-Touvre, 4 km à l’est du chef-lieu et 11 km ENE d’Angoulême. Son finage englobe une grande part de la forêt domaniale de Braconne au nord-est, mais son peuplement a progressé: 700 hab. en 1954, 1 250 en 1975; la commune a encore gagné 300 hab. de 1999 à 2008, ce qui lui a fait franchir le seuil des 2 000 hab.

L’usine Silac Auto, avatar de l’ancienne entreprise textile Chaignaud de La Rochefoucauld, appartenant à Mécaplast de Monaco, fabrique des éléments de garnitures pour intérieurs d’automobiles (270 sal.); atelier de mécanique HMA (Hydraulique mécanique Aquitaine, 50 sal.), pièces plastiques Rotoméca (30 sal.); Charente Transports (55 sal.), recyclage de déchets Aproval (30 sal.). Au sud-est de la commune se tient le hameau du Quéroy sur le plateau calcaire; mais les grottes de ce nom sont un peu plus au sud dans la commune de Chazelles.