Canton de Saint-Jean-d'Angély

Saint-Jean-d'Angély

8 100 hab. (Angériens) dont 580 à part, 1 878 ha, sous-préfecture de la Charente-Maritime, 26 km au NNE de Saintes dans une grande boucle de la Boutonne, rive droite, sur le couloir de circulation de Saintes à Niort: gare, A 10 avec échangeur, N 150. Elle fut une ville romaine du nom d'Angeriacum, et reçut une abbaye, dont les hautes ruines sont rehaussées par des tours du 18e s. et qui a été en partie restaurée au 19e s.; un festival de théâtre s'y tient en juillet. Un aérodrome (LFIY) est au nord, à la limite de Saint-Denis-du-Pin; piste de 850 m en herbe, aéroclub.

La ville fut un actif port de commerce et d'expédition des eaux-de-vie, surtout aux 17e et 18e s.; il lui en reste des hôtels bourgeois, à côté de maisons à colombage. La ville s'orne de nombreuses ruelles et placettes, appelées cantons, comme celle du Pilori ornée d'une fontaine du 16e s. empruntée au château de Brizambourg (15 km au sud); elle a un beffroi (tour de l'Horloge) et un musée municipal, qui contient notamment des collections sur l'expédition africaine Citroën de 1924, léguées par Louis Ardouin-Dubreuil, né dans la ville (1887-1960).

La ville est équipée d'un hôpital, collège public et privé, lycée général et lycée professionnels publics; hypermarchés Leclerc (140 sal.) et Intermarché (70 sal.), Bricomarché (40 sal.). Parmi les autres entreprises, les principales sont les panneaux et contreplaqués Joubert ex-Sopegar (125 sal.), la biscuiterie Les Comptoirs du Biscuit ex-Gringoire (groupe financier SFTL Turenne-Lafayette, 80 sal.), plastiques pour bâtiment Bâti Rénov (30 sal.), vérandas Socover (30 sal.), menuiserie Bidaud (25 sal.), carrosserie Saint-Aubert (20 sal.); réseaux électriques Rivet (Forclum, 75 sal.), peinture en bâtiment et menuiserie de l’Angérienne (35 sal.); transports Multifret (45 sal.); télévente Stenico (45 sal.), gardiennage Blanchard (25 sal.).

La commune avait déjà 6 000 hab. au début du 19e s., 7 000 à la fin; sa population a augmenté entre 1950 et 1968 (9 700 hab. sdc) et a perdu 2 000 hab. jusqu’en 1999, et encore 290 de plus en 2008. Dirigée par un maire socialiste de 1989 à 2008, la mairie est alors passée à Paul-Henri Denieuil (divers droite). La ville est le siège de la communauté de communes du canton de Saint-Jean-d’Angély, qui correspond en effet au canton, ainsi que du pays des Vals de Saintonge. L’arrondissement a 52 500 hab. (50 300 en 1999), 7 cantons, 115 communes, 144 215 ha.

Le canton a 16 500 hab. (15 800 en 1999), 19 communes, 23 201 ha dont 2 116 de bois; il est traversé par la vallée de la Boutonne et par les voies Saintes-Niort. Saint-Julien-de-l’Escap (920 Escapiens, 868 ha) est une petite banlieue au sud-est, sur la rive gauche de la Boutonne; après avoir perdu cependant quelques habitants de 1982 à 1999, elle a repros 140 hab. depuis. Fontenet (380 Fontenésiens, 1 027 ha), 6 km au SE du chef-lieu, a un ancien camp, héritier d’un terrain d’aviation militaire d’avant 1940, utilisé ensuite par les Allemands et réaménagé par les forces américaines; il est question de l’utiliser, soit comme site d’une nouvelle prison, soit comme plate-forme logistique, bien que l’autoroute comme la voie ferrée soient à bonne distance.

Varaize (600 Varaiziens, 2 048 ha dont 324 de bois), 8 km ESE du chef-lieu, située sur l’ancienne voie romaine de Saintes à Poitiers par Airvault, a une belle église romane du 11e s. à clocher carré, portail à quatre voussures et chapiteaux sculptés; domaine de chasse du parc de Varaize et bois de la Roche, usine de panneaux de bois (SETB, 40 sal.). Poursay-Garnaud (300 Garnaudiens, 522 ha), 6 km ENE du chef-lieu, a une fabrique d'objets en bois, liège et vannerie BDR (30 sal.) et a gagné 60 hab. depuis 1999. Vervant (210 Vervantais, 562 ha), sur la rive gauche de la Boutonne à 7 km NE du chef-lieu, s'orne d'un château des 16e et 18e s. dont les jardins sont réputés. Juste à l'est, Les Églises-d'Argenteuil (540 Argenteuillais, 1 429 ha) ont une église inscrite du 12e s.

Antezant-la-Chapelle (360 Antezantais, 1 863 ha), au bord de la Boutonne à 7 km NE de Saint-Jean, a une église romane avec portail sculpté; la commune résulte d'une fusion de 1973 entre Antezant (300 hab.) au bord de la Boutonne, à l'est, et La Chapelle-Bâton (80 hab.) au nord-ouest. Saint-Denis-du-Pin (790 Diony-Sapinois dont 65 à part, 1 916 ha dont 215 de bois), 5 km au nord du chef-lieu sur la route de Niort, accueille une maison familiale rurale. La commune s'est d'abord nommée Le Pin, puis Le Pin-Saint-Denis, et a pris sa forme actuelle en 1954; son finage s'étire du sud au nord, où il englobe la moitié du bois d'Essouvert; son habitat se disperse en une dizaine de hameaux; château de Mont Roland.

La Benâte (430 Benâtais, 1 107 ha), 10 km NNO du chef-lieu, a une aire de repos de l'A 10 et accueille depuis 2010 un parc éolien de 6 mâts Enercon (12 MW) de la société Renerco. Landes (580 Landais, 1 605 ha), 8 km au NO du chef-lieu au bord de la Soie, a gagné 50 hab. depuis 1999; église à fresques et ruines d’un château féodal des 11e-12e s.; fabrique de transformateurs électriques CHB (40 sal.).

La Vergne (720 Vergnauds dont 45 à part, 1 397 ha), 5 km au NO du chef-lieu sur la rive droite de la Boutonne, a une nécropole mésolithique et une maison pour enfants en difficulté au hameau de Chancelée; petite fabrique de charcuteries (Milco, 25 sal.) au domaine de Beauvoir, transports Alloin (35 sal.), distribution pharmaceutique CERP (25 sal.), assainissement Sarp (40 sal.); elle a 110 hab. de plus qu'en 1999.

Au sud-ouest du canton, à Bignay (410 Bignaysiens, 873 ha), à 7 km du chef-lieu, qui a gagné 90 hab. depuis 1999, l’église romane et son cimetière sont classés; transports Bigneau (25 sal.). Mazeray (940 Mazériens, 1 938 ha dont 450 de bois), 5 km SO de Saint-Jean,s'orne d'une église romane inscrite et du château de Beaufief (18e s., avec parc) et s'est accrue de 140 hab. depuis 1999.