Canton de Châteaumeillant

Châteaumeillant

2 100 hab. (Castelmeillantais), 4 248 ha dont 453 de bois, chef-lieu de canton du Cher dans l'arrondissement de Saint-Amand-Montrond, 35 km au SO de Saint-Amand et 17 km à l'est de La Châtre. Ancien oppidum gaulois nommé Mediolanum (carrefour) et point fort des Bituriges, la ville a un musée archéologique dit de l'Amphore, plus une grande église Saint-Genès romane, classée, du 12e au 14e s.

Centre rural de la dépression bocagère au pied du Massif Central, elle a inauguré en 1999 un marché au cadran pour les bovins. Elle est dotée d'un collège public et une maison de retraite, un Intermarché (20 sal.). Elle est aussi le centre d'une appellation viticole (vdqs, 1965) châteaumeillant, étendue à 8 communes du Cher et de l'Indre (560 ha dont 120 en production, 4 500 hl/an) en blanc (sauvignon), rouge (gamay beaujolais et pinot noir) et une spécialité de «gris» de gamay; foire aux vins à Pâques, confrérie des Nectevins. Les vignerons de Châteaumeillant même cultivent 82 ha de vignes. La population communale a culminé à 4 000 hab. en 1901 et décline depuis.

Le canton a 5 400 hab., 11 communes et 29 040 ha dont 2 307 de bois; il continue de se dépeupler. À la fois limitrophe des départements de l'Indre, de la Creuse et de l'Allier, il mord largement sur le massif ancien, où se situe à 504 m d'altitude le point culminant du Cher et de toute la région Centre, à Magnoux tout au sud dans la commune de Préveranges (610 hab., 3 816 ha), à la source de la Joyeuse, affluent de l'Arnon. Préveranges a quelques restes de châteaux du 15e et du 18e s., et des fermes protégées; constructions Lureau (30 sal.). La commune eut 2 000 hab. autour de 1900, et sa population diminue toujours (1 000 hab. en 1970, -70 hab. de 1999 à 2006). Sa voisine Saint-Priest-la-Marche (240 hab., 2 033 ha) eut 800 hab. en 1891 mais a freiné son déclin dans les années 1990; elle porte un nom évocateur des confins, aux sources mêmes de l'Indre; château de la Courcelle (19e s. avec des éléments du 15e s.), hameau de la Ville aux Moines, nombreuses fermes protégées.

À la limite de l'Allier, Sidiailles (320 hab., 3 196 ha dont 382 de bois) s'agrémente d'un étang de barrage avec base de loisirs (90 ha) dans les vallées de la Joyeuse et de l'Arnon qui confluent au pied du village, et montre les traces d'un site néolithique dit camp de César, ainsi que d'une abbaye cistercienne des Pierres. Sidiailles poursuit son dépeuplement: elle avait 1 200 hab. en 1906, et a perdu une vingtaine d'habitants de 1999 à 2006.

Un peu au nord, 13 km à l'est de Châteaumeillant, trône le beau château de Culan, aux hautes tours rondes (12e au 15e s.) dominant les gorges de l'Arnon qui lui servaient de douves; entouré de beaux jardins médiévaux, il reçoit 11 000 visiteurs par an. Le village de Culan (820 hab., 2 023 ha), déjà engagé dans les terrains anciens du Massif Central, a aussi les restes d'un pont romain et a restauré une tuilerie à l'usage des visiteurs; il abrite quelques entreprises artisanales (meubles, machines agricoles) et une coopérative agricole. La commune avait 1 800 hab. en 1881, et encore près de 1 400 en 1962; elle perd encore des habitants.

Saint-Christophe-le-Chaudry (120 hab., 1 752 ha), 5 km au NNE de Culan sur la rive droite de l'Arnon, propose les jardins de la Lande Chevrier. Saint-Saturnin (450 hab., 3 904 ha dont 463 de bois), 6 km au sud du chef-lieu, est à la source du Portefeuille, qui coule vers le nord en direction de l'Arnon; château de Chandair (17e et surtout 19e s.), forêt de Maritet; la commune a eu 1 800 hab. au début du 20e s.

Au nord du canton, en terrains sédimentaires, Saint-Maur (290 hab., 2 562 ha dont 206 de bois), 9 km ENE du chef-lieu, au bord du Portefeuille, a une église du 12e s. et un château à donjon du 15e, 17e et 19e s. et plusieurs fermes anciennes protégées. Saint-Jeanvrin (170 hab., 1 753 ha), 6 km au NE du chef-lieu, bénéficie d'un bel étang; château du Petit Besse (19e s.), église en partie du 12e s., maigres ruines d'un château fort; la commune avait 720 hab. en 1881.