Canton de Mehun-sur-Yèvre

Mehun-sur-Yèvre

7 100 hab. (Mehunois), 2 445 ha, chef-lieu de canton du Cher dans l'arrondissement de Vierzon, 14 km ONO de Bourges et 16 km SE de Vierzon, sur la rive droite de l'Yèvre. Le nom antique, Magodunum, évoquait un marché bien défendu. Le château fut celui du duc Jean de Berry, où fut élaboré le célèbre manuscrit enluminé des Très riches heures; il servit de siège au roi de France Charles VII quand celui-ci n'était que «roi de Bourges». Des défenses médiévales, il reste des tours du château (14e s.), et une belle porte à beffroi; jardins du château (8 ha), collégiale romane classée des 11e et 15e s., musée Charles VII et musée d'archéologie médiévale. Mehun a un collège public et une maison de retraite.

La ville est surtout connue comme haut lieu de la porcelaine, titre qu'elle partage avec Foëcy, qui est plus proche de Vierzon. La fabrication fut lancée à Foëcy par le banquier parisien d'origine suisse Pillivuyt en 1818; Pillivuyt s'est transféré à Mehun en 1854, et y a occupé jusqu'à 1 000 personnes; il reste une fabrique de ce nom (270 sal.), reprise au groupe suisse Langenthal par le groupe Schönhüber de Brunico en Italie. Une usine de câbles, créée par Gorse en 1972 en décentralisation de Nanterre, a été reprise par Alcatel en 1997 puis est devenue Nexans (260 sal.). La commune abrite aussi plusieurs ateliers de mécanique dont Gattefin (80 sal.), LGB (25 sal.) et les machines-outils Socopresses (20 sal.), une cartonnerie Cim Emballages (Cartonnages industriels Mehunois, 50 sal.), un atelier d'ennoblissement textile (Coats Steiner, 40 sal., impression); supermarchés Carrefour (50 sal.) et Intermarché (40 sal.).

La commune a eu plus de 6 000 hab. de 1865 à 1914, puis est descendue à 5 000 en 1936; sa population a augmenté ensuite, jusqu'en 1990; elle a baissé de plus de 200 hab. de 1999 à 2007. Mehun est le siège de la communauté de communes Terres d'Yèvres, qui associe trois communes et 10 000 hab.; les deux autres communes sont Allouis et Foëcy. La ville héberge également le siège du pays de Bourges, qui rassemble 9 communautés, 64 communes, 149 400 hab. sur 1 538 km2.

Le canton a 11 500 hab. (11 300 en 1999), 5 communes et 13 366 ha dont 1 152 de bois; il se cale à l'ouest sur la vallée du Cher et il est traversé par l'A 71. Juste au nord de Mehun, Allouis (930 hab., 3 559 ha dont 900 de bois), qui a une belle église romane classée, en partie du 12e s., est surtout connue pour son puissant émetteur de Radio-France (grandes ondes), mis en service dès 1939 (alors Radio National) et doté de deux pylônes de 350 m de haut; TDF y emploie 30 personnes; transports (Transpeed, 35 sal.); châteaux des Fontaines et de Champmartin au nord de la commune, à l'orée des bois qui prolongent la forêt domaniale d'Allogny; la population a augmenté de 140 hab. entre 1999 et 2007.

Au sud-est, Berry-Bouy (1 140 Berryboïciens, 3 087 ha dont 469 de bois), issue d'une fusion de 1841, utilise une chapelle restaurée du 15e s. comme espace multimédia d'exposition et d'artisanat d'art. Le village est formé de plusieurs hameaux, dont l'un abrita une colonie pénitentiaire de jeunes au 19e s., château de Fontillet (19e s.). La population de la commune augmente sensiblement depuis 1962 (470 hab.)et a gagné 180 hab. de 1999 à 2007. La cinquième commune est Sainte-Thorette (490 Tauriciens, 2 654 ha dont 353 de bois), sur la rive droite du Cher à 7 km au sud de Mehun mais dont le territoire déborde au sud-ouest sur la rive gauche, et va jusqu'au bois de Font-Moreau. Un parc de 8 éoliennes (10 MW) a été installé aux Mistandines, à la limite de la commune de Marmagne


Foëcy

2 100 hab. (Foëcéens), 1 621 ha, commune du Cher dans le canton de Mehun-sur-Yèvre, 6 km au NO de Mehun et 9 km au SE de Vierzon. Elle forme avec Mehun un «pôle de la porcelaine». La première usine a été créée par le Suisse Benjamin Klein en 1799 et a été fermée en 1936; Pillivuyt, d'origine suisse aussi, a créé une autre usine en 1818, mais est parti à Mehun en 1854. Au début du 20e s., deux autres fabriques sont apparues: Lourioux, devenue Deshoulières, puis Bourdiaux-Héno, reprise plus tard par Deshoulières, qui l'a transformée en musée de la porcelaine; il ne reste donc aujourd'hui que l'usine Philippe Deshoulières (110 sal.). En outre, Foëcy accueille le décolletage Garnier-Durand (45 sal.), l'outillage mécanique Reine (RTO, 20 sal.), des maçonneries (Teixeira, 25 sal.; Technibat, 20 sal.). Elle a un château du 15e et du 19e s., avec jardins d'agrément. La commune a eu près de 2 000 hab. en 1881, 1 600 dans les années 1960 et sa population a culminé à 2 200 hab. en 1982.