Canton de Saulzais-le-Potier

Saulzais-le-Potier

540 hab. (Saulzanais), 3 238 ha dont 531 de bois, chef-lieu de canton du Cher dans l'arrondissement de Saint-Amand-Montrond, 15 km au sud de celle-ci. La commune a un centre d'aide par le travail, une maison de retraite, d'anciennes carrières de grès rose. À l'ouest, son territoire englobe une part des landes et de la forêt de Bornacq. Le village se considère volontiers comme le centre géométrique de la France, d'après un calcul effectué en 1923 mais qui exclut la Corse, et y consacre un monument repère. Elle a eu 1 100 hab. autour de 1900 et s'est dépeuplée jusqu'en 1990.

Le canton a 3 500 hab. (3 400 en 1999), 11 communes et 27 641 ha dont 2 413 de bois; il est limitrophe de l'Allier et traversé du nord au sud par l'A 71; sa limite orientale suit la vallée du Cher; il ne compte aucune entreprise de plus de 20 salariés. Au NE, Ainay-le-Vieil (210 hab., 1 377 ha), 8 km au SE de Saint-Amand-Montrond, a un curieux château en octogone, à 9 tours et à douves, avec un logis gothique flamboyant (16e s.) sur une base des 12e et 14e s., qui appartint à Jacques Cœur et bénéficie d'un riche mobilier, d'une roseraie et d'un jardin à thèmes; il reçoit 20 000 visiteurs par an.

Tout en amont, 10 km au SE de Saulzais, au confluent de la Queugne et du Cher et près de la limite départementale, Épineuil-le-Fleuriel (460 hab., 4 160 ha) honore Alain-Fournier par le musée de l'école du Grand Meaulnes; Henri-Alban Fournier (1886-1914) y fit ses études dans l'école de son père de 1891 à 1896. Épineuil propose aussi le château de Cornançais (18e-19e s.), une motte castrale et son fossé, une écluse et un pont-canal de la Queugne pour le canal du Berry. La commune est montée à plus de 1 400 hab. à la fin du 19e s., puis n'a pas cessé de se dépeupler jusqu'en 1999, mais a repris une quarantaine d'habitants ensuite.

Dans le troisième angle du canton, 9 km au SO de Saulzais, se trouve Vesdun (640 hab., 4 861 ha dont 376 de bois), sur le massif ancien, que les calculs de l'IGN en 1957 ont promue à son tour «centre de gravité de la superficie de la France continentale», ce qu'elle symbolise par un monument en forme de camembert. Ancien village fort affranchi en 1365, la commune se distingue aussi par un festival à thèmes et une «forêt des Mille Poètes» plantée de 1 200 chênes depuis 1994 et consacrant un monument particulier à un certain nombre de poètes disparus, avec rencontres estivales; plus un «jardin de Bacchus» de plantes culinaires et officinales, dit Jardin du Centre de la France. Vesdun a un centre d'aide par le travail et une maison de retraite; la commune a eu 1 800 hab. en 1901 et n'a cessé de se dépeupler depuis.

Dans le quatrième coin, Loye-sur-Arnon (320 Loyens, 3 415 ha dont 800 de bois), à 11 km NO de Saulzais au-delà de la forêt de Bornacq, et 13 km SO de Saint-Amand, présente des jardins artistiques sur 15 ha près d'un château des 15e-17e s., avec labyrinthe (Jardins de Drulon); le territoire communal contient la plus grande partie de la forêt de Bornacq. Le nom était Loye simplement jusqu'en 1922; la population avait dépassé le millier d'habitants autour de 1900. La commune de Faverdines (140 hab., 1 851 ha dont 320 de bois), dont le village est à 6 km NNO du chef-lieu au bord de la Loubière, contient une autre partie de la forêt de Bornacq et, au nord-est, la maison forte de Chaudenay, site médiéval réputé pour la continuité de son occupation du 11e au 18e s. et représentatif des petites seigneuries du Boischaut.