Canton de Larche

Larche

1 700 hab. (Larchois), 574 ha, chef-lieu de canton du département de la Corrèze dans l’arrondissement de Brive-la-Gaillarde, 11 km OSO de Brive sur la rive gauche de la Vézère, au bord de la N 89 vers Périgueux; un collège public, constructions métalliques Arnodin (30 sal.); château de Puyjubert (19e s.). En raison de la proximité de Brive, a population augmente depuis la dernière guerre (650 hab. en 1954); elle n’avait jamais atteint 900 hab. auparavant; elle a encore gagné 230 hab. de 1999 à 2008. Larche est le siège de la communauté de communes de Vézère-Causse (6 communes, 8 300 hab.).

Le canton a 11 500 hab. (9 800 en 1999), 8 communes, 12 347 ha dont 4 947 de bois; il s’étire en arc le long de la limite du département de la Dordogne, de part et d’autre du cours de la Vézère. Sa partie méridionale, dans la commune de Chartrier-Ferrière (340 Chartriens, 1 516 ha dont 868 de bois), dont le village est à 11 km au SSE de Larche, est déjà sur le causse, constellé de dolines; la commune est issue d'une fusion de 1848 et avalit alors 730 hab.; son minimum a été de 220 hab. autour de 1970 et elle a gagné 60 hab. après 1999.

Saint-Cernin-de-Larche (600 Saint-Cerninois, 915 ha dont 446 de bois) à 3 km au sud du chef-lieu, Lissac-sur-Couze (710 Lissacois, 1 262 ha dont 533 de bois), 5 km à l’ESE et sa voisine immédiate Chasteaux (570 Castellois, 1 875 ha dont 987 de bois) au sud-est se partagent le rebord vigoureux du causse, qui domine le bassin de Brive et qui est divisé en buttes par la large vallée de la petite Couze, occupée par le lac de barrage du Causse; menhir de Lapalain et dolmen de la Chassagne à Saint-Cernin, dont l'église des 12e et 14e s. est inscrite; Lissac a une base de loisirs sur le lac, une grotte à la Boissière et s'orne des châteaux de Lissac (13e, 15e, 18e s.) et de Mauriolles (17e s.) et d'une église inscrite, en partie du 12e s.; carrières de pierre à Chasteaux (20 sal.), qui a des restes du château féodal de Couzages (13e-14e s.). Saint-Cernin a gagné 140 hab. (30%) de 1999 à 2008, Lissac 170 (+31%), Chasteaux 50 hab.

À l’extrémité occidentale du canton, Cublac (1 710 Cubiacois, 2 018 ha dont 292 de bois), au pied du versant nord de la plaine de la Vézère, est dans la mouvance de l’agglomération industrielle périgourdine de Terrasson-Lavilledieu, qui est à 2 km; la population communale s’est constamment tenue au-dessus de 1 000 hab. depuis 1820, et a nettement augmenté entre 1962 (1 020 hab.) et 1990 (1 560 sdc); elle a gagné 160 hab. depuis 1999.

Le village de Mansac (1 410 Mansacois, 1 840 ha dont 511 de bois), dans les collines du bassin de Brive à 8 km NNO de Larche, s’est dédoublé dans la plaine de la Vézère par le quartier de la Rivière de Mansac, près de la gare sur la voie de Brive à Périgueux et d’un barrage hydroélectrique; maison de retraite publique, Ferronnerie du Cantre (Faure, 30 sal.); la commune a gagné 70 hab. depuis 1999. À l'est, Saint-Pantaléon-de-Larche, de loin la commune la plus peuplée du canton, est une banlieue de Brive.


Saint-Pantaléon-de-Larche

4 700 hab. (Saint-Pantaléonnais), 2 347 ha dont 626 de bois, commune de la Corrèze dans le canton de Larche, au bord de la Vézère à 4 km en amont du chef-lieu et à 7 km OSO du centre de Brive, dont elle est devenue une commune résidentielle et d'activités; mobilier de magasins et présentoirs Sud-Ouest Étalages (75 sal.), tonnellerie Saury (45 sal.), chaudronnerie Sanz (35 sal.), mécanique Usinam (25 sal.); ingénierie Endel (Montatub, 35 sal.), négoces de fourntiures d'entreprises GFEN (60 sal.), de quincaillerie LBA (30 sal.), d'aciers (Crossroads, 30 sal.), de fournitures de freinage (ACF, 25 sal.); couverture CCPF (20 sal.), travaux publics SEBTP (45 sal.) et Pignot (25 sal.), installations électriques Avenir Électrique de Limoges (40 sal.), nettoyage urbain Onyx (30 sal.); deux zones industrielles, gare sur la voie vers Périgueux, partie de l’aérodrome de Brive; aire de service d'autoroute (Pays de Brive) et restaurant d'autoroute Baseal (30 sal.).

Le centre villageois est sur la rive droite de la Vézère, que traverse la voie ferrée; il est assez peu étoffé; l'essentiel de l'urbanisation est en effet sur la rive gauche, à l'est, dans la plaine de confluence de la Vézère et de la Corrèze, à Lestrade, Laumeuil et Granges. Le reste du finage s edéploie sur les collines au nord, jusqu'à l'autoroute. La commune s'orne du château de Cramier (17e s.) à l'angle sud-ouest, devant Larche, et d'une église inscrite du 12e s. Elle avait 1 400 hab. en 1906 et sa population s’était ensuite abaissée à 1 200 en 1954; elle augmente fermement depuis et s'est accrue de 800 hab. entre 1999 et 2008.