Canton de Treignac

Treignac

1 460 hab. (Treignacois), 3 673 ha dont 1 602 de bois, chef-lieu de canton du département de la Corrèze dans l’arrondissement de Tulle, 40 km au nord de la préfecture, dans la vallée de la Vézère à la sortie du plateau de Millevaches, à 480 m. Le premier site fut sur la rive droite, où se trouve la ville basse. Une ville haute fortifiée fut ensuite établie sur la rive gauche; elle conserve une tour et une porte, de vieilles rues, des maisons bourgeoises et l’hôtel de ville, une belle halle; un vieux pont traverse la Vézère; quelques commerces et ateliers, un Intermarché (25 sal.), transports par cars CFTA (20 sal.); fabrique de radiateurs Vergne (20 sal.).

Treignac eut un collège réputé, qui forma des notables; Marc Sangnier, le fondateur du Sillon, y naquit en 1873. La ville a un collège public et une maison de retraite, une maison d’enfants de la Fondation Claude Pompidou, une petite filature et une chaudronnerie; festival de jazz en été. L’ensemble est considéré parmi les «plus belles villes de France» et les «petites cités de caractère»; elle a deux hôtels, un camping de 130 places, 480 résidences secondaires (38% des logements).

En amont, dans la commune, a été construit en 1951 le barrage-voûte de Treignac sur la Vézère, haut de 22 m et long de 150 m; il retient le lac des Bariousses, qui occupe 101 ha et contient 7,5 Mm3 d’eau; base nautique. La centrale électrique est en aval, à la limite ouest de la commune, alimentée par une conduite souterraine de 5 km. La commune a eu 3 000 hab. en 1886 et en avait encore plus de 2 000 en 1954; sa population a diminué de 40 hab. après 1999. Treignac est le siège de la communauté de communes Vézère-Monédières, qui correspond au canton.

Le canton a 4 900 hab., 12 communes, 31 807 ha dont 12 021 de bois; il est limitrophe de la Haute-Vienne et drainé par la Vézère et son petit affluent local la Soudaine, qui naît à Saint-Hilaire-les-Courbes et conflue avec la Vézère à 6 km en aval de Treignac. Tout au nord, la commune de Lacelle (150 Lacellois, 2 058 ha dont 927 de bois), à 19 km de Treignac à 672 m, est dans la vallée d’un petit affluent de la Vienne et appartient donc au bassin de la Loire; la route d’Eymoutiers et la voie ferrée de Meymac à Limoges, qui date de 1883, se faufilent dans cette vallée; mais la population diminue toujours (670 hab. en 1881, 290 en 1975); menhir, étang de Goursolles. Saint-Hilaire-les-Courbes (170 Saint-Hilairois, 3 636 ha dont 1 651 de bois), 13 km au NE de Treignac à 680 m, donne au sud sur les lacs des Bariousses et de Monceaux, ainsi que sur les gorges de la Vézère qui les séparent; étang de 32 ha près du village.

Chamberet (1 350 Chambertois, 6 985 ha dont 2 738 de bois), 10 km au NO de Treignac à 450 m, est un village-centre assez bien équipé, qui a eu plus de 3 400 hab. de 1 896 à 1906 et qui fut le berceau de la firme limousine de salaisons Madrange en 1924. La société Parfum et logistique y fabrique des cosmétiques mais est passée de 40 à 13 salariés; Maison de l’arbre et arboretum; superbe châsse émaillée du 12e s. dans l’église, maison de retraite; Chamberet a un hôtel, un camping de 30 places, 320 résidences secondaires (32% du parc). Un barrage sur la Vézère est juste en amont de Peyrissac (140 hab., 589 ha), qui est à 10 km au SO de Treignac sur la rive droite de la rivière. La commune de Veix (70 Véiens, 2 214 ha dont 1 333 de bois), dont le village est à 6 km au SE de Treignac à 550 m, englobe le gros puy de la Monédière, qui monte à 919 m.