Canton de Saint-Nicolas-du-Pélem

Saint-Nicolas-du-Pélem

1 900 hab. (Pélemois), 4 104 ha dont 482 de bois, chef-lieu de canton des Côtes-d’Armor dans l’arrondissement de Guingamp, 32 km au sud de celle-ci. Le bourg fut d’abord nommé Bothoa et la commune a changé de nom en 1836 quand la mairie s’est établie au bourg de Saint-Nicolas, 2 km au sud au bord du Sulon. La commune est au contact du haut plateau granitique et de la longue dépression de Carhaix-Corlay, qui se marque par un long talus rectiligne.

Elle a un collège public; une usine de volailles Vatedis (160 sal.), reconstruite après un incendie en 1997 et passée d'Unicopa au groupe Gastronome (Terrena), et une station d’élevage expérimentale; transports Grisot (80 sal.), entreprise de construction Le Couillard (70 sal.); supermarché U (35 sal.). La population a régulièrement diminué depuis les 3 300 hab. de 1911. La commune et plusieurs voisines participent avec les cantons de Rostrenen et de Maël-Carhaix à la communauté de communes du Kreiz Breizh.

Le canton a 4 000 hab., 8 communes, 19 123 ha dont 1 500 de bois; il s’étend surtout sur le massif granitique de Quintin. Au NO du chef-lieu, Lanrivain (580 Lanrivanais, 3 674 ha) se signale par le calvaire de Guiaudet, les gorges de Toul Goulic et un long étang de barrage sur le Blavet en amont de celles-ci, dit étang de Kerné-Uhel (74 ha, sur 4 km); tout un ensemble touristique devrait y être établi, autour de la chapelle Saint-Antoine, avec écomusée. La commune passe pour avoir été le lieu du premier lancement de l’aviculture moderne en Bretagne en 1929; elle avait plus de 1 800 hab. vers 1910 et encore en 1926, mais a repris une quarantaine d'habitants de 1999 à 2008. Elle a reçu un parc de 10 éoliennes Enercon de 53 m, (8 MW, 20 GWh), au nord-est du Guiaudet.

Canihuel (390 Canihuelois, 3 214 ha dont 322 de bois), «haute colline», est la plus peuplée des 4 communes de la partie nord-orientale du canton, qui forment la communauté de communes de l’Argoat; barrage et étang de Pellinec (13 ha) sur le Sulon. Plus au nord, Kerpert (300 Kerpertois, 2 100 ha dont 349 de bois), à 8 km du chef-lieu, abrite les restes de l’abbaye de Coat-Mallouen, fondée en 1142, où se tiennent des fest noz.

Saint-Connan (310 Saint-Connanais, 1 354 ha), à l’angle NE du canton et aux sources du Trieux, a deux petits étangs de barrage sur deux têtes du Trieux, et une allée couverte; elle avait 970 hab. en 1911 et continue de se dépeupler. Saint-Gilles-Pligeaux (290 hab., 1 945 ha), 13 km au NE du chef-lieu, a des menhirs à Kergornec au sud-est, une église classée du 15e s.; ramassage avicole P. Riou (30 sal.).