Canton de Plérin

Plérin

14 100 hab. (Plérinais) dont 580 à part, 2 772 ha, chef-lieu de canton des Côtes-d’Armor dans l’arrondissement de Saint-Brieuc, en banlieue nord de Saint-Brieuc de l’autre côté du Gouët; le nom vient de saint Rin. La commune abrite le port du Légué dans l’estuaire du Gouët, rive gauche, et l’urbanisation balnéaire de Saint-Laurent. Elle avance en mer par la pointe du Roselier, d’où l’on a de très belles vues et d’où s’envolent des deltaplanes, et qui conserve un four à boulets du 17e s. Au nord, la petite station balnéaire des Rosaires, précédée d’un large estran, a été créée en 1905 par le constructeur de voitures Rosengart; club nautique, centre hélio-marin de rééducation (145 sal.), foyer Kerspi pour handicapés mentaux (55 sal.), collège public. La croissance récente de la population a été spectaculaire: maintenue à un peu plus de 5 000 hab. de 1860 à 1940, elle est passée à 7 500 en 1960, 13 000 en 1999, et s'est encore accrue de plus de 1 100 hab. entre 1999 et 2008. Le maire est Ronan Kerdraon (socialiste), également sénateur.

La ville a un gros marché au cadran pour les porcs (plus de 4 millions de ventes par an) et elle est le siège d’une réunion de groupements de producteurs de Plérin et de Broons. La commune a aussi un club hippique et une école d’agriculture (maison familiale rurale), 5 zones d’activités; elle est traversée par la N 12 qui mène à Brest. En même temps, elle sert de banlieue à Saint-Brieuc et accueille une partie des activités de l’agglomération. Dans le commerce et les transports, se signalent un hypermarché Leclerc (260 sal.) et un magasin Brico-Dépôt (70 sal.), le négoce de quincaillerie CMB (30 sal.; les transports Froc (55 sal) et Guiomard (40 sal.), autocars Rouillard (60 sal.).

Les principaux employeurs dans l’industrie et le bâtiment sont l’atelier de mécanique et boulonnerie Blanc Aéro-technologies (passé de 170 à 100 sal.), la Celtique industrielle (60 sal., savons et détergents), Ormihl Danet (appareils orthopédiques, 40 sal.), Dika (plastiques pour bâtiment, 45 sal.), Sovigel (viandes, 40 sal.), Cesbron (mécanique, 40 sal.), Technigravure (35 sal., enseignes et gravures sur plastique), Vitel (35 sal., menuiserie); installations électriques Cégélec (35 sal.), d'eau et gaz Sepca (35 sal.), couverture Davy (40 sal.); nettoyages Brico Net (45 sal.), Netra (Veolia, 35 sal.).

Dans le tertiaire, apparaissent le Syndicat départemental de contrôle laitier (320 personnes) et un nombre élevé d'emplois de bureaux: siège et bureaux de la société de conseil et publicité Actiale Revac Plus (750 sal.), société de gestion de magasins du groupe Actiale pour les centres Leclerc (Expansion-5, 120 sal.), bureaux et un centre d’appel de la société de sondages Ipsos (180 sal.); informatique AFE (160 sal.) et Info DB (95 sal.); centre de services du groupe agro-alimentaire Uniporc (100 sal.); formation d'adultes CFAI (85 sal.), assurances Allianz ex-AGF (55 sal.), comptabilités AGC (55 sal.) et Balanant (Cohésion, 30 sal.); ingénieries Pierreval (50 sal.), ETA (50 sal.) et Celeos (50).

Le canton a 21 100 hab. (19 400 en 1999), 3 communes, 6 297 ha dont 224 de bois; au nord, Pordic a une part de littoral; Trémuson est au sud-ouest.


Pordic

5 300 hab. (Pordicais), 2 894 ha, commune des Côtes-d'Armor dans le canton de Plérin, 7 km au NO du chef-lieu sur la route de Paimpol. Elle se partage entre un côté balnéaire qui rassemble les deux tiers des habitants sur un tiers de la surface, avec deux petites plages du côté des Rosaires à l'est, de Binic à l'ouest, de part et d'autre de la pointe de Pordic, et un bourg de terre qui occupe le reste; une zone industrielle a attiré une quarantaine de petites entreprises offrant 250 emplois. La population augmente depuis 1968, où elle s'était abaissée à 3 000 hab. (4 600 en 1881). Le nom est lié à la vallée de l'Ic, qui débouche à Binic, et s'écrivait Port d'Ic en 1206.


Trémuson

1 900 hab. (Trémusonnais), 631 ha, commune des Côtes-d'Armor dans le canton de Plérin, à 9 km à l'ouest de Saint-Brieuc, dont elle est une banlieue. Elle fut jadis connue pour des mines de plomb argentifère, qui avait été réouvertes de 1920 à 1931 et dont les sites se visitent à l'extrémité nord-est de la commune. Au nord-ouest, Trémuson a reçu en 1985 l'aérogare du nouvel aéroport Saint-Brieuc-Armor (codes SBK et LFRT), de catégorie C, doté d’une piste de 2 200 m, et qui accueille aussi des activités d’aéroclub. Il occupe 185 ha mais sur quatre communes dont Plouvara, Tréméloir et Pordic; son trafic commercial a décliné: il enregistrait près de 10 000 passagers en 2006, autour de 4 000 dans les années 2007-2009, moins de 600 en 2010, et n'a plus de ligne régulière. Le nombre total de mouvements reste autour de 16 000 grâce surtout à l'aéroclub.

La N 12 longe l'aéroport et y offre un échangeur, près duquel s'est développée une zone d'activités. Trémuson accueille ainsi de nombreuses entreprises: panneaux de bois Europlacage (20 sal.); installations électriques Tréhorel-Reboux (25 sal.), réseaux et canalisations HCE (25 sal.), traitement d'eaux usées Instituform (40 sal.); formation d'adultes Anafi (45 sal.), secrétariat Expansion (50 sal.); négoce de fruits et légumes Bourguignon (55 sal.), transports Gautier (80 sal.) et Foulfoin (50 sal.); maison de retraite (DV, 55 sal.). La population de Trémuson est en croissance (750 hab. vers 1950, 1 200 en 1985) et a encore gagné près de 200 hab. de 1999 à 2008.