Canton de Bonnat

Bonnat

1 330 hab. (Bonnachons), 4 579 ha dont 697 de bois, chef-lieu de canton du département de la Creuse dans l’arrondissement de Guéret, 20 km au nord de la préfecture sur le plateau de la Marche. La commune est traversée par la vallée encaissée de la Petite Creuse; elle a un collège public et une église fortifiée; cartonnerie Jean (20 sal.), magasin Écomarché (20 sal.), négoce de matériaux et combustibles Gaudon (25 sal.). La population communale est presque stable depuis 1975, mais a baissé de 60 hab. entre 1999 et 2008; elle fut de 2 600 hab. en 1911, et même 2 800 en 1891. Bonnat est le siège de la communauté de communes des Deux-Vallées (5 communes, 2 900 hab.).

Le canton a 5 200 hab., 13 communes, 26 035 ha dont 2 691 de bois; il est limitrophe du département de l'Indre et bordé au sud par la vallée de la Creuse. À l'extrême sud à Champsanglard (230 hab., 1 364 ha), à 7 km du chef-lieu, le barrage de Chambon sur la Creuse (1984) retient un lac de 55 ha; en aval, on voit la cascade des Moulines, avec des marmites de géant et un «pont du Diable». La Compagnie française des mines d'uranium a exploité à Champsanglard un site minier.

Un peu plus en aval au nord-ouest, c'est dans la commune du Bourg-d'Hem (240 hab., 1 539 ha dont 211 de bois), dont le village est à 8 km OSO de Bonnat, que sont les barrages de Chézelles (1985), avec un lac de 23 ha, puis de Lage (1979), dont le lac a 34 ha et stocke 0,9 Mm3. C'est pourquoi la gorge de la Creuse porte ici le nom des «Trois Lacs». Pierre Maillard, dit Pierre Bourdan (1909-1948), pseudonyme correspondant sensiblement à la prononciation locale du nom du village, où il passa une partie de son enfance, fut l'une des voix les plus connues de la radio de la France Libre pendant la dernière guerre, puis député et ministre avant de mourir jeune en mer; un lycée de Guéret porte son nom. C'est aussi à Bourg-d'Hem, au hameau de Fougères, que l'historien Marc Bloch possédait depuis 1930 une maison où il avait pu se réfugier en 1939-1943, et y prendre le pseudonyme sous lequel il continua à publier, avant d'être arrêté à Lyon, torturé et fusillé en juin 1944.

Malval (45 hab., 403 ha), 4 km au NO de Bonnat de l'autre côté de la petite Creuse, a un clocher-donjon octogonal classé et les ruines d'un château féodal. À Chéniers (580 Cheniérois, 3 490 ha dont 590 de bois), au bord de la Petite Creuse à 8 km ONO de Bonnat, les éditions Magnard et Albin Michel ont installé leur centre logistique, notamment de manuels scolaires (Dilisco, 85 sal.); église classée du 12e s. Lourdoueix-Saint-Pierre (860 Lourdouaisiens, 4 473 ha dont 324 de bois), au nord du canton, bénéficie de la proximité d’Aigurande (Indre), à 3 km; église romane restaurée, maçonnerie Degait (25 sal.); la commune a perdu 80 hab. entre 1999 et 2008.

Mortroux (320 Mortrolais, 1 328 ha), 10 km au nord de Bonnat, est le siège de la communauté de communes de Marche-Avenir (6 communes, 1 700 hab.), la moins peuplée du département. À La Forêt-du-Temple (150 Forestiers, 772 ha), 4 km au nord de Mortroux, une entreprise originale fabrique des équipements de contrôle en «marbre de granite» pour les usines métallurgiques (Microplan, 30 sal.). Moutier-Malcard (550 hab., 2 581 ha) est un village à moins de 3 km à l'est de Mortroux, dont le finage occupe la partie orientale du canton jusqu'à la D 940; au sud, parc et pépinières du jardin de Sauveterre. La commune a eu 2 000 hab. en 1851 et s'est constamment dépeuplée jusqu'en 1999.