Cantons de Guéret

Guéret

15 100 hab. (Guérétois) dont 1 000 à part, 2 621 ha dont 347 de bois, préfecture de la Creuse. La ville est à 5 km à l'ouest de la vallée de la Creuse, à 436 m sur le bas plateau juste au pied de reliefs qui l'abritent des vents d'ouest. Elle a grandi autour d'un monastère, depuis longtemps disparu, puis a gagné des fonctions administratives avec une sénéchaussée en 1514. Le vieux noyau se lit à l'ouest du boulevard Carnot, dans le lacis de vieilles rues autour de l'église, et abrite un musée d'archéologie (Louis Lacrocq); au sud, l'hôtel des Moneyroux, du 15e s., très bien restauré, est devenu l'hôtel du département, à côté de la préfecture. À l'est du boulevard et de la préfecture s'étale le centre-ville actuel, autour de l'esplanade de la place Bonnyaud, ornée de l'hôtel de ville et du palais de justice, et de l'avenue de la République. Vers le sud, il est prolongé par les jardins et l'hôtel de la Sénatorerie, château du 18e siècle qui abrite le musée des arts. Les développements plus récents se sont faits vers le nord-est, du côté de la gare. Guéret offre aussi un labyrinthe géant sur 2 ha, un arboretum de l'Office national des Forêts.

L’industrie reste assez discrète, mais diversifiée: les meubles Sauthon emploient 170 personnes, la métallerie Afbat (ferrures et serrures pour le bâtiment) 70, la forge Amis 70; fabrique de bijoux Carmafix (40 sal.), articles de puériculture Pognon Genève (50 sal.); préfabriqués Eiffage (40 sal.), menuiserie métallique Tomas (20 sal.). Guéret a nettement plus d'emplois tertiaires et du bâtiment: centre d’appels Aviva (40); la Caisse d’Épargne compte 60 employés, la Banque Populaire 40, France-Télécom et Orange 50 et 60 sal.; centre d'appel Aviva (50 sal.), comptabilité ACEC Faucher (45 sal.), publicité Adrexo (40 sal.); hypermarchés Carrefour (175 sal.) et Leclerc (130 sal.), supermarché Carrefour (45 sal.), MrBricolage (35 sal.), Jardiland (25 sal.); transports Raymi (50 sal.), Bernis (30 sal.) et Gueretrans (25 sal.), constructions Trullen (25 sal.), peinture Cadillon (30 sal.), installations électriques Paroton (25 sal.); traitement des eaux de la Saur (25 sal.), nettoyage urbain Sita (20 sal.).

Guéret est certes une petite préfecture, la Chaminadour de Marcel Jouhandeau. Mais elle a gagné quelques fonctions supérieures (IUFM, BTS), elle a un centre hospitalier (285 lits), une clinique (70 lits, 90 sal.) et un établissement pour handicapés, deux collèges et deux lycées publics, et une bonne librairie. La N 145 rase la ville côté nord et son échangeur a fixé la principale zone d’activités, près du hameau de Châteauvieux. Au sud, le territorie communal monte sur les monts de Guéret, où sont un Labyrinthe géant de 2 ha, un arboretum de l'Office des Forêts et une base de loisirs dans la forêt domaniale de Chabrières.

La population a atteint 8 000 hab. en 1900 et stagné ensuite jusqu’en 1940; puis elle est montée à 16 900 hab. en 1982, son maximum historique, avant de redescendre; elle a perdu 190 hab. de 1999 à 2008, mais au moins en partie par révision de la population comptée à part: la diminution semble enrayée. Le maire de Guéret est Michel Vergnier, député socialiste, directeur d’école. Guéret est le siège de la communauté de communes de Guéret-Saint-Vaury, qui réunit 19 communes des deux cantons (27 700 hab.). Le pays de Guéret officiel réunit 44 communes et 37 500 hab. L’unité urbaine Insee est limitée à la commune, l’aire urbaine évaluée à 32 300 hab. L’arrondissement a 85 200 hab. (84 500 en 1999), 15 cantons, 142 communes, 302 654 ha.

Les trois cantons de Guéret ont 22 100 hab. (21 600 en 1999), 13 communes, 25 261 ha dont 5 538 de bois; ils s’étendent du SO au NE et sont traversés par la vallée de la Creuse, sinueuse et encaissée. La principale commune est Sainte-Feyre, juste au sud-est de Guéret, qu’elle complète. À La Saunière (650 Sauniéreux, 750 ha dont 205 de bois), 9 km au SE de Guéret à 450 m, le gros château de Théret, aux multiples tours, est des 15e et 17e s. et a été révisé au 20e; la commune a gagné 80 hab. de 1999 à 2008. À Saint-Laurent (680 hab., 1 293 ha), 8 km à l’est de la préfecture sur le plateau qui domine la Creuse, à 578 m, a été aménagé l’aérodrome de Guéret (code LFCE), qui sert à un aéroclub et à un club de parachutisme et dispose d'une piste bitumée de 625 m; mais un petit aéroport mieux équipé pour les liaisons d’affaires a été ouvert en partage avec Montluçon, beaucoup plus à l’est à Lépaud; la population totale de la commune a augmenté de 120 hab. depusi 1999.

Au-delà de la vallée de la Creuse, Ajain (1 130 hab., 3 314 ha dont 783 de bois), 13 km au NE de Guéret à 486 m, et Ladapeyre (350 hab., 3 063 ha dont 597 de bois), 7 km au-delà à 425 m, bénéficient des plans d’eau appréciés des pêcheurs. Ajain a une église classée du 13e s. et un centre hospitalier départemental de long séjour; la commune a perdu quelques habitants de 1999 à 2008; sa population augmente depuis 1975 (890 hab.); mais elle fut presque de 2 000 hab. entre 1870 et 1900. Ladapeyre a une église inscrite du 13e s. et un pavillon restant du château de la Dauge (15e s.).

Glénic (620 Glénicois, 2 760 ha dont 547 de bois), 8 km NNE de Guérec dans la vallée de la Creuse, a une église fortifiée (classée, 12e et 14e-15e s.) à peintures murales. À Jouillat (480 Jouillatois, 2 244 ha dont 535 de bois), sur le plateau, 6 km au nord de Glénic près de la route de La Châtre, église du 12e s. enrichie d’une galerie de figures sur modillons, et château du 13e s. à quatre tours; la commune a gagné 70 hab. de 1999 à 2008.

Les monts de Guéret correspondent à un bloc soulevé du socle, formant un haut plateau accidenté, qui culmine à 684 m au sud-est, et se termine vers l’est par un haut talus rectiligne, parallèle au cours de la Creuse à 8 km de celle-ci. L’escarpement va de Bussière-Dunoise au NO à Fransèches au SE, soit 35 km; il semble plus lié à des processus d’érosion anciens qu’à une fracture du socle. Il porte la forêt domaniale de Chabrières.


Sainte-Feyre

2 310 hab. (Saints-Feyrois) dont 130 à part, 2 999 ha dont 519 de bois, commune de la Creuse dans le canton de Guéret-SE, 7 km au SE de la préfecture, à 408 m. Le bourg est sur le plateau au pied des hauts reliefs des monts de Guéret, qui portent la forêt domaniale de Chabrières; un parc à Loups y a été aménagé pour la visite, avec un observatoire astronomique. En avant et au NO du bourg, la butte témoin du puy de Gaudy, qui monte à 651 m, fut un excellent site d'oppidum dont les fouilles ont été fructueuses.

La MGEN (Mutuelle générale de l'éducation nationale) dispose à Sainte-Feyre d'un de ses grands établissements de repos et de cure (Centre médical national), disposant de 200 lits en cardiologie, pneumologie et long séjour. Au nord du bourg, grand château du 18e s., mais dans le style du 17; zone d'activités à 5 km au nord du bourg, au bord de la N 145. La commune atteint au nord les gorges de la Creuse. Elle a des garages, un spécialiste de machines agricoles (Micard, 45 sal.), des entreprises de bâtiment (réseaux EBL, 30 sal.) et un Intermarché (45 sal.). Sa population s’est tenue autour de 1 700 hab. pendant plus d’un siècle, puis a augmenté après 1962, où elle était descendue à 1 400 hab.; elle aurait diminué de 70 hab. après 1999.