Canton de Belvès

Belvès

1 500 hab. dont 100 à part, 2 366 ha dont 1 309 de bois, chef-lieu de canton de la Dordogne dans l'arrondissement de Sarlat à 32 km SO de la ville. Le nom est le même que Bellevue: c'est un village perché d'allure médiévale avec des remparts, des ruelles pittoresques et d'assez nombreux monuments des 11e et 15e s., doté d'un boulevard circulaire et d'une halle du 15e s. Il est admis dans la liste des «plus beaux villages de France» et des «stations vertes de vacances» et ses équipements sont diversifiés: musée d'instruments de musique anciens, abris troglodytes; villages de vacances; hôpital local (10 lits), collège et section d'enseignement adapté; bazar (JDS, 20 sal.), traitement des eaux Sogedo (20 sal.).

La société Imberty emploie 75 salariés aux lambris et parquets, avec exploitation forestière et charbon de bois, et a une autre usine au Bugue (en tout 150 sal.). La bourgade a absorbé en 1972 la commune de Fongalop, qui n'avait guère que 80 hab. et dont l'ancien centre, un simple hameau, est à 7 km SSO de Belvès, au sein d'un ensemble de petites clairières habitées dans les bois. Belvès a culminé à 2 500 hab. au milieu du 19e s., et n'a arrêté de se dépeupler qu'en 1999. Elle est à la tête d’une communauté de 13 communes dénommée Entre-Nauze-et-Bessède (3 300 hab.).

Le pays de Belvès est un «pays au bois» de la Dordogne méridionale, au paysage de fortes collines modelées dans une table de meulière; il porte la forêt de Bessède où niche l’abbaye de Cadouin. Le canton de Belvès compte 4 300 hab. (4 000 en 1999), 14 communes, 13 903 ha dont 6 386 de bois; il a pour axe nord-sud la N 21 et la voie ferrée de Périgueux à Agen, qui suivent la profonde vallée de la Nauze. La Nauze aboutit à la rive gauche de la Dordogne à Siorac-en-Périgord (1 000 hab., 1 177 ha), la seule commune du canton à donner sur la rivière, petite station estivale équipée de deux terrains de golf (la Forge, 9 trous, l'Olivarié, 18 trous) avec une gare, un Intermarché (40 sal.) et un finage qui s'étire très loin vers le nord-ouest sur la rive gauche de la Dordogne; pont sur la Dordogne de 1855, commerces, services et artisans; sa population a très peu changé de 1920 à 1999 puis a gagné une centaine d'habitants de 1999 à 2008. La commune s'est appelée Siorac-et-Fongauffier de 1801 à 1923.

Monplaisant (290 hab., 556 ha) est sur le plateau à 3 km au nord de Belvès et domine la vallée de la Nauze qui fixe sa limite orientale. À l’ouest de Belvès, l’aérodrome de Belvès-Saint-Pardoux, doté d’une piste de 800 m gazonnée, fonctionne avec un aéroclub depuis 1913; meetings annuels et ULM paramoteurs de la société Technic’Air; il est dans la commune de Saint-Pardoux-et-Vielvic (190 hab., 1 423 ha dont 836 de bois), d'habitat très dispersé, avec deux églises des 11e-12e s.; les deux paroisses avaient été réunies dès la Révolution; Saint-Pardoux est proche de Belvès, Vielvic nettemnt plus à l'ouest, une tuilerie est entre les deux; la commune a eu 500 hab. en 1846, 135 en 1982; elle a gagné une quarantaine d'habitants de 1999 à 2008.

Au sud de Belvès, s'espacent Larzac (140 hab., 678 ha dont 425 de bois), 3 km au sud du chef-lieu sur le versant de rive gauche de la Nauze, dont l'église du 13e s. est classée, et Salles-de-Belvès (70 Salésois, 876 ha dont 652 de bois) à 7 km, en quelques maisons sur le rebord du plateau; leur finage s'étend des deux côtés de la Lauze; celui de Salles a une scierie à sa pointe sud-est. Salles a eu 370 hab. au milieu du 19e s.

Quatre communes d'habitat fort dispersé se partagent la quart sud-est du canton, traversé par la vallée encaissée de la Beuze, affluent de la Nauze: Sainte-Foy-de-Belvès (130 Sainte-Foyens, 741 ha dont 461 de bois) dont l'église, en partie du 12e s., est inscrite, et Saint-Amand-de-Belvès (90 hab., 706 ha dont 300 de bois) à l'ouest, Doissat (120 hab., 1 530 ha dont 962 de bois) et Grives (120 Grivois, 812 ha dont 292 de bois) à l'est. Sainte-Foy abrite un centre de réadaptation; le village de Grives est par exception en fond de vallée, sur la Vallée, affluent de la Nauze; son finage comprend sur le plateau les deux hameaux notables de Cravelle et le Breuil, où est une chartreuse du 18e s. La plupart de ces communes ont eu trois ou quatre fois plus d'habitants au milieu du 19e s. Grives était montée à 620 hab.

La partie nord-orientale du canton est divisée entre quatre autres communes. Sagelat (360 Sagelacois, 757 ha) se tient à l'est de la Nauze; son finage est étiré entre les vallées de la Nauze et de la Vallée mais son minuscule village jouxte Belvès en aval tandis que son principal hameau, Fongauffier, ancien bourg abbatial, est exceptionnellement sur la rive gauche de la Nauze à 1 km au nord de Belvès; la population augmente depuis le minimum de 1975 (250 hab.). Carves (120 Carvésois, 1 013 ha dont 319 de bois), à l'est, comprend aussi le château de Cantegrel et le hameau du Mast, et un cluseau (inscrit) remontant au 10e s. Saint-Germain-de-Belvès (140 hab., 719 ha dont 165 de bois) et Cladech (90 hab., 549 ha dont 203 de bois) sont plus au nord. Quelques petites entreprises se dispersent dans le canton, surtout pour le travail du bois.