Canton d'Issigeac

Issigeac

670 hab. (Issigeacois), 916 ha, chef-lieu de canton de la Dordogne dans l’arrondissement de Bergerac à 18 km SE de la ville (Périgord Pourpre). Construit en rond et entouré d'un boulevard circulaire, doté d'une étoile de six routes, il fait partie des «villages de charme» et des «villages de caractère» d'allure médiévale avec des maisons anciennes à encorbellement, un château du 17e s., ancien palais des évêques et prévôté du même âge; il a un marché, un hippodrome (les Éguières). La Banège coule en direction du sud-ouest vers le Dropt. Sa population régressait depuis 1982, atteignant en 1999 son niveau le plus bas depuis la Révolution; elle a regagné 40 hab. entre 1999 et 2008. Elle est le siège de la communauté de communes du Pays Issigeacois, qui associe 16 communes et 3 400 hab.

Le canton a 4 100 hab. (18 communes, 17 830 ha) et occupe un bas plateau assez peu découpé et d'habitat dispersé, à la limite du Lot-et-Garonne; la N 21 le traverse à l’ouest; aucune entreprise n'y dépasse 10 salariés et les microcommunes y abondent. Monmarvès (50 hab., 562 ha), juste au sud d'Issigeac, a un habitat totalement dispersé, quelques petits étangs au centre et, à la limite orientale, le grand étang de retenue de la Nette (27 ha, 1,2 Mm3) partagé avec Cavarc. Boisse (240 hab., 1 658 ha) a un petit village perché à 4 km au sud-est du chef-lieu, où subsiste une tour médiévale, et une topographie plus accidentée où prend naissance la Nette, sous-affluent du Dropt par la Bournègue; on y voit à l'ouest un assez gros hameau (Pécourat), un menhir (le Caillou), et au nord-est sur une butte une moulin à vent. Le finage s'allonge vers le sud-est dans des collines plus boisées.

Sainte-Radegonde (55 hab., 481 ha) est juste au-delà, à la pointe sud-est du canton à 8 km d'Issigeac; son finage est drainé par la Bournègue et son habitat totalement dispersé; le principal hameau est celui de Roquépine, sur la D 14 près de la rive droite de la Bournègue. Faurilles (50 hab., 430 ha) est une petite commune juste au nord-est de Sainte-Radegonde, également dans la vallée de la Bournègue, qui y est plus encaissée; son habitat est tout aussi dispersé.

Saint-Léon-d'Issigeac (120 hab., 568 ha), juste au nord et à 7 km ESE d'Issigeac, fait au contraire figure de village; la Bournègue encaissée fixe la limite de son territoire au sud et à l'est. Bardou (44 hab., 476 ha), à 8 km à l’est d’Issigeac, qui n'est plus la commune la moins peuplée du département (elle avait 33 hab. en 1999) mais laisse ce record à Saint-Cassien, est sur une butte ornée d'un château (14e-15e et 18e s.). Montaut (110 hab., 1 616 ha), 3 km au NE d'Issigeac, juche quelques maisons sur une petit butte; deux autres buttes (nommées termes) émergent d'un finage très plat, que draine au sud la Banège. Monmadalès (70 hab., 504 ha) rassemble ses maisons sur un autre de ces termes à 5 km NNE du chef-lieu mais complète son habitat de trois autres lieux , dont le hameau de Racal à l'ouest, au-dessus de la vallée de la Conne, qui commence là par une grotte et en s'encaissant.

Faux (610 Fallois ou Fauxois, 1 607 ha dont 400 de bois) est un plus gros village à la pointe nord-est du canton, à 9 km d'Issigeac, faisant fonction de village-centre avec des commerces et services de base. Son finage contient à l'ouest le circuit automobile de Bergerac, au sud-est le hameau de la Micalie; il est très accidenté et boisé à l'est, où s'enfonce la vallée du Conteau; un dolmn, trois petits châteaux sont aux environs du village. Saint-Aubin-de-Lanquais (290 hab., 927 ha) est à 8 km au nord d'Issigeac à la source du Couzou et a 73 ha de vignes. Saint-Cernin-de-Labarde (210 hab., 1 139 ha) est à 6 km NNO du chef-lieu; son village est perché au-dessus du versant droit de la Conne et son finage divisé en trois ailes, l'une au nord de la Conne, une autre avancée vers le sud-est où est le hameau du Poujol, la troisième vers le sud-ouest où sont les hameaux et le château de Pémontier; 90 ha de vignes.

L’angle NO du canton a un peu plus de vignes, dans le voisinage de Monbazillac. Conne-de-Labarde (230 hab., 1 005 ha dont 200 de bois) est 3 km au nord de Saint-Aubin, et son finage, riche en vignes (146 ha), est entièrement à l'ouest de la vallée de la Conne; château et maison forte de Peyrelevade au sud. Son nom s'écrivait Conne-de-la-Barde jusqu'en 1985. Colombier (250 hab., 703 ha), 9 km NO d'Issigeac et 10 km au SSE de Bergerac, cultive 350 ha de vignes. Son finage s'accidente de buttes dominant de 40 m le plateau de Connes; le petit village de Colombier s'est juché sur un promontoire étroit, sur un lambau de haut plateau qui porte aussi le château de la Jaubertie (18ee s.) et deux anciens moulis à vent, et plus au nord le gros hameau de Labadie.

De Colombier à Plaisance court la N 21 entre Bergerac et Agen. Bouniagues (510 hab., 862 ha) , juste au sud de Colombier, étire son village le long de la route et a plusieurs artisans et commerçants; on y cultive 120 ha de vignes; le presbytère du 15e s. est inscrit. Saint-Perdoux (140 hab., 743 ha) plus au sud, à 7 km ONO d'Issigeac, a un habitat plus dispersé, et 66 ha de vignes. La route passe sur le territoire de Monsaguel (160 hab., 1 157 ha dont 23 de vignes), mais à son extrémité occidentale; le très petit village est plus à l'est et proche d'Issigeac.

Plaisance (480 Plaisanciers, 2 475 ha) occupe tout le sud-ouest du canton. Formée par la réunion des trois communes d'Eyrenville, Falgueyrat et Mandacou en 1972, à l'occasion de laquelle a été choisi un nom flatteur mais parfaitement artificiel, elle rassemble une collection de hameaux de part et d'autre de la vallée de la Banège. Mandacou se distingue au nord, Eyreville et, en fond de vallée, la Halte d'Eyreville à l'est, Falgueyrat au sud-ouest, sur une colline dominant la vallée du Dropt juste après sa confluence avec la Banège. La vallée du Courbarieux fixe à l'ouest la limite de la commune et du canton. Un haras avec hippodrome est au nord-est du finage aux Valences. La commune cultive 35 ha de vignes.