Canton de Lanouaille

Lanouaille

1 000 hab., 2 378 ha dont 634 de bois, chef-lieu de canton de la Dordogne, dans l’arrondissement de Nontron. Le village se trouve assez isolé à 51 km SE de Nontron dans le Périgord Vert, sur le massif ancien, au-dessus de la vallée de la Loue. Il est au centre d’un petit pays rappelant le Nontronnais mais un peu plus écarté, où l’on élève des bovins et qui fonde sa publicité sur la pomme golden. Entouré de pommeraies, a un collège public, une maison-musée de la Pomme d’Or; hameau du Puy à l'est. Le finage s'étend surtout au sud du bourg, où sont notamment les hameaux de la Merlie et Paulhiac. La population de la commune n’a guère cessé de diminuer depuis les 1 800 hab. de 1900.

Le canton, limitrophe de la Haute-Vienne et de la Corrèze, a 5 400 hab. (10 communes, 25 310 ha dont 7 087 de bois); les populations sont restées stables de 1999 à 2007. Il s’étire d’ouest en est, de la vallée supérieure de l’Isle aux confins de Pompadour, sur le massif ancien. Dussac (380 hab., 2 026 ha dont 541 de bois) est à 5 km à l'ouest de Lanouaille; centre de tri de déchets à l'ouest, hameaux de la Terrasse et la Reille au sud, des pommeraies au nord; château inscrit, en partie du 15e s.; exploitation forestière Rousseau (30 sal.).

Le village de Saint-Sulpice-d'Excideuil (330 hab., 1 972 ha dont 459 de bois) est sur une butte, 12 km à l'ouest du chef-lieu; plusieurs hameaux épars, dont Prémilhac au sud-ouest, Boueysseix au nord-est; manoir d'Igonie (15e-16e s.) juste au sud du village en contrebas; la population était de 1 200 hab. en 1886 et a diminué jusqu'en 1999. Un peu au nord Nanthiat (290 hab., 1 112 ha dont 333 de bois), 6 km à l’est de Thiviers, a eu une évolution parallèle, avec 750 hab. en 1881; sur l’Isle, qui borde à l'ouest le finage, était une papeterie (Guyenne Papiers, groupe Procop), fermée en 2005 mais signalant encore 35 sal. La commune a un château (16e et 18e s.) et un calvaire-autel (13e et 15e s.), plusieurs hameaux dont Champdoré au sud-ouest ou Bourneix au nord.

Sarrazac (390 hab., 2 989 ha dont 959 de bois) occupe l'angle nord-ouest du canton; son village est à 14 km au NO de Lanouaille, à un petit carrefour sur la D 81. L'Isle s'encaisse et méandre au nord et à l'ouest du finage, son affluent de droite le Lavaud au sud. Sarlande (430 hab., 3 474 ha dont 1 294 de bois) est la commune plus septentrionale du canton; son petit village, 10 km au nord du chef-lieu, a une église inscrite du 12e s.; il est doublé par le hameau du Queyrat; quelques vergers de pommiers épars, dont le grand domaine de la Maynie au nord-est (Pont-Labance, 25 sal.); forêt de Bellesise, nombreux étangs, quelques hameaux dont Laporte au sud-est et la Géraudie au sud. La vallée encaissée de la Loue fixe la limite orientale de son territoire. Une base de loisirs a été aménagée à Rouffiac (château du 19e s., inscrit) avec un lac de 40 ha derrière un barrage sur la Loue, dans la commune d’Angoisse (620 hab., 2 313 ha dont 578 de bois), juste au NE de Lanouaille. Au nord du finage d'Angoisse, le hameau de Vendeuil, entouré de vergers, est partagé avec Sarlande.

Payzac (1 100 hab., 4 772 ha dont 1 410 de bois) est une grande commune au nord-est du canton, dont le village est à 7 km à l'est du chef-lieu, doublé à l'ouest par le quartier de la Chapelle et flanqué à l'est par la vallée encaissée de l'Auvézère. L’ancienne papeterie de Vaux, dans un vallon affluent de gauche de l'Auvézère, a été restaurée pour la visite, grandes ovales à Vaux et à Payzac. À l'est, sous le hameau d'Aubisse, le pont de Laveyrat sur l'Auvézère est des 13e et 15e s. Le village a plusieurs petites entreprises, surtout agro-alimentaires (canards, porcs). Payzac avait plus de 2 600 en 1891, encore 1 800 en 1954. Payzac est le siège de la communauté de communes du pays de Lanouaille (11 communes, 5 900 hab.), succédant à l'ancienne communauté Auvézère-Loue.

Une ancienne forge a été restaurée à Savignac-Lédrier (760 hab., 2 690 ha dont 670 de bois), 8 km ESE de Lanouaille à l'angle sud-est du canton. Le village est perché sur la rive gauche de l'Auvézère, face au château de la Forge (15e au 19e s.) qui est la rive droite, accompagné de restes d'une forge remontant au 15e s.; mais son finage, peu étendu sur cette rive, l'est beaucoup vers le nord où il atteint la rive sud du lac de Rouffiac et contient notamment les hameaux du Breuil et de las Brugnas à l'ouest, et surtout au nord-est le quartier de la Chapelle, immédiatement voisin de Payzac. La commune avait 1 600 hab. en 1846 et s'est dépeuplée jusqu'en 1975.