Canton de Nontron

Nontron

3 600 hab. (Nontronnais) dont 170 à part, 2 467 ha dont 810 de bois, bourgade et sous-préfecture du nord de la Dordogne, à 48 km de Périgueux et autant d’Angoulême. Nontron est le haut lieu du «Périgord Vert» situé sur le massif ancien, dans la vallée du Bandiat et dans le Parc du Périgord-Limousin. Elle est issue d’un ancien oppidum gaulois, dont le nom indiquerait un «val des frênes», et fut un centre marchand et religieux bien établi avant le 19e s. La ville se serre en arc de cercle au-dessus d'un coude du Bandiat très encaissé dans le plateau. L'habitat s'est surtout développé vers le nord sur le plateau de part et d'autre de la D 675 jusqu'à la Maladrerie, un élargissement local du fond de vallée en aval ayant reçu des ateliers puis des équipements de sports et loisirs, mais sur le territoire de Saint-Martial-de-Valette. Au nord-est, un étang agrémente le domaine des Nouailles, résidence de tourisme de 93 chalets ou appartements. Le finage s'étend assez loin vers le sud-est et l'est, atteignant la limite cantonale et englobant les hameaux de Goulat et Fonladier.

La ville conserve des vieilles maisons des 16e-18e s., et une partie des remparts. «Station verte de vacances», elle a aussi un musée de poupées et de jeux anciens; alentour, quelques sites de rochers et grottes se visitent. Hôpital local (10 lits), lycée polyvalent et collège publics, section d’enseignement adapté; centre de formation des Maisons familiales rurales. Le nombre des habitants a très peu évolué depuis 150 ans, avec un creux dans les années 1930 et un recul depuis 1975. Dirigée par la gauche jusqu'en 1995, la mairie est depuis cette date à une majorité de droite; le maire est Pierre Giry, UMP, ancien assureur. La ville est le siège de la communauté de communes du Périgord Nontronnais, qui réunit 12 communes et 7 400 hab.

Il reste peu de chose d’une longue tradition de travail du cuir et de forges, si ce n’est la coutellerie (spécialité de couteaux à manche de buis); mais les demandes de la firme Hermès ont favorisé l’artisanat de chaussures et produits pour la consommation de luxe (porcelaine décorée, cravates, cuir et soie, pots d’étain), au nom de la Compagnie des Arts de la Table (100 sal.), et de la Maroquinerie Nontronnaise (100 sal.), à laquelle s'ajoutent la Sellerie de Nontron (25 sal.) et la Nontronnaise de Confection (30 sal.); meubles Cruvelier (40 et 30 sal.), menuiserie Mathis et Danède (20 sal.), constructions métalliques Barconnière (50 sal.), Laboratoire du Bain (45 sal., produits effervescents pour bains); constructions Mousnier (25 sal.), plâtrerie Besse (20 sal.), travaux publics Eiffage (25 sal.); Intermarché (45 sal.) et Super-U (40 sal.).

L’arrondissement de Nontron, limitrophe de la Haute-Vienne et de la Charente, a 41 800 hab. (comme en 1999), 80 communes et 8 cantons sur 162 100 ha. Le canton de Nontron a 9 100 hab. (comme en 1999 également) et 15 communes pour 25 630 ha (dont 10 906 de bois); il s’étend sur le massif ancien à l’intérieur du Parc Périgord-Limousin, de part et d’autre de la vallée du Bandiat et, cernant au sud le canton de Bussière-Badil, il est comme lui limitrophe de la Charente et de la Haute-Vienne. Il est traversé du nord au sud par la D 675, ancienne nationale 675 entre Rochechouart et Périgueux. Il s’est nettement dépeuplé jusqu'en 1999. Sa partie méridionale est sur le plateau jurassique: le Bandiat fait un coude à Nontron et coule dans une dépression monoclinale entre socle et couverture en direction du nord-ouest.

Javerlhac-et-la-Chapelle-Saint-Robert (920 hab., 2 925 ha dont 943 de bois), 11 km au NO de Nontron dans la vallée du Bandiat, commune issue d’une fusion de 1823, a eu une forge royale et conserve un château du 16e s., deux églises inscrites du 12e s., ainsi que deux fabrique de chaussures Javerfelex (45 sal.) et Rondinaud (30 sal.); sa population s’est relativement bien maintenue (1 300 hab. en 1900); c’est le lieu natal du peintre Fernand Desmoulin, honoré par un musée à Brantôme. La Chapelle-Saint-Robert forme un hameau à l'ouest sur le plateau, tandis qu'au sud le Petit Gillou se perche sur une butte dominant le Grand Gillou qui est sur la D 93. Au sud-est, le confluent de la Doue et du Bandiat a fixé sur la croupe le château de Puymoger (19e s.) dans la vallée de la Doue le hameau de Tassat, dans celle du Bandiat le domaine horticole de Jammelières. Pys est un autre hameau à l'est du finage sur le plateau.

Non loin, Teyjat (270 hab., 1 699 ha dont 712 de bois), à 13 km NO de Nontron, est dans une petite vallée qui descend vers le Bandiat. Le finage comprend au nord le grand bois de Bragnac, près du village une grotte classée à gisement préhistorique, dite de la Mairie, et à l'est le gros hameau de Chauffour. La commune avait 800 hab. au milieu du 19e siècle et en a encore perdu 60 entre 1999 et 2008. Saint-Martin-le-Pin (310 hab., 1 554 ha dont 750 de bois), 6 km NO de Nontron, aligne sur la D 94 un petit centre au fond d'un vallon qui descend vers le Bandiat, et au-dessus sur le plateau le hameau du Grand Village; château de Talivaud (19e s.) au sud-est; le finage, voisin de celui de Nontron, atteint au sud la vallée du Bandiat; il contenait 700 hab. en 1836.

Le Bourdeix (260 hab., 1 169 ha dont 483 de bois) 9 km NNO de Nontron, se tient sur le plateau au-dessus de la vallée encaissée du ruisseau des Forges et d'un vallon affluent, dont le conflluent est noyé sous l'étang de barrage du moulin de Pinard; tour et église inscrite, les deux du 12e s. En face, de l'autre côté de la vallée, se perche le hameau des Bouchardières; en amont, le site des Forges conserve un lac, sur le barrage duquel passe la D 3. Le hameau de Combas est au sud-est du finage. Plus à l'est, à 8 km au nord de Nontron, Saint-Estèphe (610 hab., 2 137 ha dont 282 de bois) a de nombreux étangs, dont un grand étang de barrage sur la Doue équipé d'une base de loisirs, et des rochers branlants; sa population était double vers 1900. Elle conserve la fabrique des Pantoufles d'Ingrid (20 sal.). Le finage s'étend loin vers le nord, dépassant la D 91 au nord-ouest de Piégut-Pluviers et englobant le château de Puycharnaud, (19e s.) et des hameaux comme Fixard, Lacaujamet et Seguinaud et les quelques restes (inscrits) d'un prieuré du 12e s. à Badeix. La Pouge et Ligneras sont d'autres hameaux notables à l'ouest du village.

Augignac (850 hab., 2 264 ha dont 880 de bois) est à l'est de Saint-Estèphe à 8 km NNE sur la D 675 et a aussi de nombreux petits étangs; gros hameaux de Lapeyre au sud-ouest, les Chadauds au sud-est. Le cours du Bandiat fixe la limite orientale de la commune; fabrique de chaussures Sodopac (35 sal.). La population s'est accrue de 40 hab. entre 1999 et 2008. De l'autre côté, Abjat-sur-Bandiat (660 hab., 2 762 ha dont 1 156 de bois), à 12 km de Nontron, est la commune la plus orientale du canton et abrite le siège du Parc régional; église inscrite du 12e s.; elle avait 1 700 hab. vers 1900 et avait été réunie dans les années 1790 à Laborie-Loubeyrat, qui n'a pas laissé de trace dans la toponymie. Fargeas est un gros hameau perché au nord-ouest, Peyras dans une grande clairière du plateau au nord; l'habitat s'éparpille dans les hameaux de Puizillout et Labrousse non loin du village au sud-ouest, Chatenet au sud-est, Chabanas et Savanat au sud, Rhins au sud-ouest du finage; château de l'Étang (19e s.) à l'est. Le Bandiat s'enfonce dans le finage de Savignac-de-Nontron (190 hab., 969 ha dont 445 de bois), dont le village est sur le plateau à 6 km ENE du chef-lieu. La D 85 longe la limite orientale de la commune.

Saint-Martial-de-Valette (860 hab., 1 571 ha dont 417 de bois) est à 2 km au sud-ouest de Nontron, au débouché d'un vallon sur la vallée du Bandiat et son territoire parvient au nord jusque sous le bourg de Nontron; faisant en partie figure de commune de banlieue, elle a gagné 60 hab. de 1999 à 2008 et abrite des fabriques de chaussures (Nontronnaise d'articles chaussants, 25 sal.), de meubles (Devige, 30 sal.) de fromages (Le Chèvrefeuille, 25 sal.), un transporteur (Salat, 20 sal.). Mais son finage est étendu sur le plateau de part et d'autre, et surtout vers le sud-ouest où l'habitat s'est diffusé le long de la D 708 (ancienne nationale 708 vers Marmande); château de Montcheuil (15e-16e s.) au nord-ouest, église inscrite du 12e s. La commune a eu 1 100 hab. en 1885, 750 en 1982.

Cinq autres communes composent le sud du canton. Sceau-Saint-Angel (130 hab., 1 749 ha dont 1 148 de bois) disperse ses habitants au sud-est de Nontron. Sceau est à 6 km au SE du chef-lieu mais, quoique proche de la D 675 qui traverse le finage, Saint-Angel ne subsiste que par une église et un cimetière dans une très petite clairière; leur réunion est antérieure à 1800; ruines du château de Lage au nord. Saint-Front-sur-Nizonne (150 hab., 1 305 ha dont 900 de bois), 6 km SSO de Nontron, s'étage sur le versant de droite de la Nizonne, un peu à l'écart de la D 84, et a une église inscrite du 12e s.; déchetterie au nord dans les bois, à la limite de la commune de Saint-Martial. Le nom de la commune était Saint-Front-de-Champniers jusqu'en 1912.

Lussas-et-Nontronneau (350 hab., 2 238 ha dont 1 100 de bois), issue d'une fusion de 1827, comporte un petit centre à Lussas, 8 km SO de Nontron, Nontronneau étant au nord-est du finage près de la vallée du Bandiat, le château de Beauvais (16e s.) un peu au nord de Lussas; à l'ouest, le hameau de Fontroubade conserve les ruines (inscrites) d'une chapelle du 12e s. Connezac (80 hab., 578 ha dont 336 de bois) s'éparpille entre quatre hameaux dont le plus méridional comprend le château de Connezac (16e-17e s.), 15 km OSO de Nontron. Hautefaye (110 hab., 1 247 ha dont 544 de bois) est à 17 km à l'ouest de Nontron sur la D 95.

Nontron se sent les ailes d'Hermès

«Avec un tissu économique très diversifié, Nontron se démarque aujourd'hui des autres villes de même taille par son dynamisme. Terre de culture et d'artisanat d'art, le secteur des Métiers d'Art très présent est en pleine expansion avec la création en 1999 du Pôle Expérimental Métiers d'Art dont l'objectif est d'appuyer le développement économique, culturel et touristique de l'arrondissement. Ce secteur est appuyé par une industrie du luxe de renommée internationale (Hermès) et de la plus vieille coutellerie de France, et de bien d'autres entreprises qui ont su trouver en Nontronnais un savoir-faire idéal.» (site de la Chambre de Commerce de Périgueux, http://www.perigueux.cci.fr/index_nontron.asp).

«Quelques entreprises perpétuent la tradition textile locale et fabriquent encore la "charentaise" (rarement rattachée à ce coin du Périgord dont elle est originaire). Du passé sidérurgique du Nontronnais subsiste la nouvelle coutellerie de Nontron: couteau artisanal au manche en buis ocre clair, orné à ses extrémités de V renversés entourés de trois points. Avec l'arrivée d'Hermès à Nontron, s'est développée une micro-industrie autour des produits de luxe: Hermès, sellerie, produits cosmétiques, les étains du Périgord, chocolaterie, et autres produits alimentaires» (site du Pays Nontronnais http://www.pays-nontronnais.com). Hermès était en Grèce le dieu du commerce… toutefois la firme porte le nom de son fondateur, un sellier descendant d'une famille huguenote d'origine française établie en Allemagne et venu à Paris en 1828.