Canton de Baume-les-Dames

Baume-les-Dames

5 400 hab. (Baumois) dont 230 à part, 2 479 ha dont 1 438 de bois, chef-lieu de canton du département du Doubs dans l'arrondissement de Besançon, 30 km ENE de la préfecture, sur la rive droite du Doubs. La ville est entourée de reliefs dépassant 500 m et ce site avait été choisi dès le 7e s. pour une abbaye, qui reçut ensuite des moniales de familles nobles, ce qui explique «les Dames». Elle conserve une église abbatiale (18e s.) et des maisons anciennes; ses monuments et son site de rochers l'ont fait classer parmi les «petites cités comtoises de caractère». On y a travaillé le textile, ce que rappelle un musée des Canuts; il existe en outre un musée des sires de Neufchâtel (histoire locale) et un écomusée des pipes Ropp, témoignage d'une production qui fut très active au début du 19e s.; maison de retraite de la Vallée médicale (45 sal.), hôpital local (10 lits), un collège et un lycée professionnel publics, un institut médico-éducatif.

Trois zones industrielles, et un site intercommunal Europolys près de l’échangeur autoroutier d’Autechaux, groupent quelque 2 000 emplois en nombreux ateliers, partagés avec Autechaux; une imprimerie IME (Imprimerie Moderne de l’Est, 110 sal., plus un autre établissement à Autechaux), atelier de reliure Sipe (Paxion, 25 sal.); meubles de cuisine Legrand (JML, 65 et 25 sal.), menuiserie Vermot-Desroches (20 sal.), matériel de pisciculture Faivre (25 sal.), cartonnages SBCI (25 sal.), produits chimiques Samor (25 sal.); bâtiment et travaux publics SBM (90 sal.); autocars Duffing (45 sal.). Baume-les-Dames a des magasins Super U (100 sal.) et Intermarché (55 sal.); travail temporaire Manpower (35 sal.), conseil La Comptabilité (20 sal.).

La commune s’est étendue en absorbant en 1896 Cour en bord de Doubs, en 1972 Champvans-lès-Baume, et atteint à l’ouest le relief du bois du Grand Val. Elle comprend au sud du Doubs le haut relief de la Roche Chatard (455 m), qui domine le confluent du Doubs et du Cusancin. Elle avait 3 000 hab. en 1900 et encore en 1954, puis sa population a augmenté jusqu’en 1975 et s’est stabilisée ensuite, puis a perdu 200 hab. entre 1999 et 2008. La ville est le siège de la communauté de communes du Pays Baumois, qui rassemble 25 communes (8 800 hab.). Un pays du Doubs central est en voie de constitution autour de la ville.

Le canton a 9 200 hab. (8 700 en 1999), 28 communes et 20 742 ha dont 7 272 de bois. Il est traversé par le Doubs et s’étend au sud sur le plateau jurassien, constellé de dolines et qui offre quelques sites de gorges et de sources; il y atteint 700 m tout au sud. Autechaux (390 hab., 659 ha dont 197 de bois), 3 km au NE de Baume, a reçu un échangeur de l'A 36 avec péage, ainsi que la zone industrielle de la Craye juste au nord, et partage avec Baume l’emploi industriel et un centre de loisirs; thermoformage et mécanosoudure ITS (210 sal., conteneurs de manutention), du groupe GMI, fondé par Gilbert Maillard en 1981 et qui a des filiales en Espagne, République Tchèque et Inde (500 sal. en tout); imprimerie IME (90 sal.); outillages de la Baumoise de Précision (SMB, 90 sal.), menuiserie métallique (Plafonds Laffond, 35 sal.), plastiques Polytech (35 sal.); transports Sotraman (30 sal.). La population s'est accrue de 120 hab. (+44%) entre 1999 et 2008.

Les autres communes n’ont que de très petits villages. Sur le plateau au sud du Doubs, à 500 m, Saint-Juan (190 hab., 1 209 ha dont 538 de bois), 11 km au sud du chef-lieu, va au nord-ouest jusqu’aux gorges de l’Audeux, petit sous-affluent du Doubs par le Cusancin. Cusance (90 Vauliers, 404 ha dont 248 de bois), 13 km ESE de Baume-les-Dames dans la vallée étroite et encaissée du Cusancin, affluent du Doubs qui conflue devant Baume-les-Dames, est connue pour les sites de la Source Noire et surtout de la Source Bleue, une belle vasque où les amateurs font de la plongée.