Canton de la Loupe

Loupe (La)

3 600 hab. (Loupiots), 727 ha, chef-lieu de canton d'Eure-et-Loir dans l'arrondissement de Nogent-le-Rotrou, 24 km au NE de Nogent et 38 km à l'ouest de Chartres, dans le Perche. La bourgade est bien équipée et possède collège public, hôpital local (15 lits médicaux, 160 en tout), maison de retraite. Ses principales entreprises sont des fabriques de stores Filtersun (95 sal.), d'articles en fils métalliques Herby (60 sal.), de pièces pour automobiles Scoma (45 sal.), de mobilier MDO (45 sal.), de matériel agricole Maury (20 sal.); entreprise de bâtiment (Serco, 35 sal.);entreposage ERC (40 sal.), magasins Intermarché (45 sal.) et Carrefour Market (25 sal.); traitement de déchets Meunier (25 sal.). Mais l'imprimerie Québécor (130 sal.) a fermé en 2009.

La commune avait 2 000 hab. entre 1910 et 1950 et a crû rapidement dans les années 1960 puisqu'elle atteignait déjà 3 500 hab. en 1968; la croissance a été très lente depuis et la population a même perdu près de 200 hab. de 1999 à 2007. La Loupe est le lieu de naissance de l'épicier Hédiard (1832) et le siège de la communauté de communes des Portes du Perche, qui groupe 11 communes et 8 900 hab., ainsi que du pays du Perche d'Eure-et-Loir, pays officiel formé de 74 communes, groupant 50 900 habitants sur 1 281 km2.

Le canton a 10 200 hab. (9 900 en 1999), 15 communes et 21 805 ha dont 5 240 de bois; fermé par des forêts du côté nord et est, limitrophe à l'ouest du département de l'Orne, il s'étend dans le Perche Gouët; mises à part quelques communes au SE, il est presque entièrement dans le Parc régional du Perche; la voie ferrée Paris-Brest le traverse au nord (gare à La Loupe), la N 23 au sud.

Le nord du canton, limité par la forêt de Senonches, est traversé par la vallée de l'Eure. D'amont en aval se succèdent Manou (600 Manoulots dont 65 à part, 1 338 ha dont 330 de bois) où sont le château de la Reine Blanche (19e s. avec restes médiévaux) et la Réserve biologique de la tourbière des Froux, ainsi qu'un institut médico-éducatif de 70 places; Fontaine-Simon (900 hab., 1 688 ha dont 300 de bois) à 5 km au nord de La Loupe, qui a un atelier de conserves (Fruitofood, 20 sal.) et une base de loisirs avec étang dans la vallée de l'Eure; son parc aquatique, ouvert en 2001, reçoit 75 000 visiteurs par an; Belhomert-Guéhouville (840 hab., 1 095 ha dont 276 de bois), 5 km NE de La Loupe, issue d'une fusion de 1834, qui a une fabrique d'éclairages publics (Sarlam, 85 sal.) ainsi que des carrières et une entreprise de travaux publics (Charles, 25 sal.); la commune n'avait que 450 hab. dans les années 1930 à 1975 et a crû ensuite jusqu'en 1999.

La Loupe est entourée par les villages de Meaucé (530 hab., 1 133 ha) où travaille l'imprimerie Cartor (45 sal.) et qui possède un célèbre chêne géant (le Gros Chêne), Vaupillon (480 hab., 1 247 ha), qui a gagné 80 hab. de 1999 à 2007, et Saint-Éliph (830 hab., 2 346 ha dont 398 de bois) qui en a gagné 60 et accueille un atelier de plastiques (Thévenon, 35 sal.). Au sud-ouest, à 8 km de La Loupe, Saint-Victor-de-Buthon (550 hab., 2 772 ha dont 235 de bois) a une église intéressante avec cloître et peintures, un hippodrome; elle a gagné 80 hab. de 1999 à 2007; mais elle a eu plus de 1 000 hab. dans la première moitié du 19e s. Au nord-est, son finage partage avec Saint-Éliph l'étang de Perruchet, site ornithologique; au sud-ouest, où passe la N 23, s'encaisse la vallée de la Cloche, affluent de l'Huisne, qui passe au gros hameau de la Cloche.

La petite Montlandon (280 hab., 287 ha), 10 km au sud du chef-lieu, est un peu plus à l'est sur la N 23; elle a gagné brusquement 70 hab. de 1999 à 2007, soit un tiers. La commune accueille un atelier de plastiques (Apm, 25 sal.) et conserve les ruines d'une tour, tandis que sa voisine Montireau (120 hab., 1 010 ha dont 500 de bois) a une église classée du 16e siècle et de grands bois, avec un camp d'Éclaireurs (75 places). Plus à l'est, Champrond-en-Gâtine (470 Champronnais, 3 368 ha dont 1 851 de bois), sur la N 23, occupe une quasi-clairière entre la forêt de Champrond au nord, de grands bois au sud (Vilner, Bois-Landry), et vient de gagner une cinquantaine d'habitants; aérodrome privé pour ULM à Bois-Landry. Les trois communes du sud-est sont hors du Parc régional Normandie-Maine.