Canton de Nogent-le-Rotrou

Nogent-le-Rotrou

11 800 hab. (Nogentais) dont 1 000 à part, 2 349 ha dont 260 de bois, sous-préfecture d'Eure-et-Loir, 56 km OSO de Chartres dans la vallée de l'Huisne, sur les tracés de la N 23 et de la voie ferrée Paris-Brest. La ville est dominée par le château Saint-Jean et son donjon (11e, 13e et 15e s.), qui abritent un musée d'histoire et traditions du Perche (20 000 visiteurs par an). C'est un actif centre de services: elle est dotée d'un lycée public et deux lycées professionnels publics, deux collèges publics, un collège privé, un centre hospitalier public (60 lits), clinique (50 lits médicaux, 290 en tout), un institut médico-éducatif (50 places); centre d'aide par le travail, trois maisons de retraite dont Les Temps Bleus (50 sal.). Une unité d'instruction et d'intervention de la sécurité civile (UIISC 1) rassemble 700 militaires chargés d'opérations en cas de catastrophe.

Nogent a également attiré des industries; les principales sont l'usine Valéo-Thermique (climatisation d'habitacles d'automobiles, passée de 830 à 460 sal.) et les laboratoires Braun (systèmes de perfusion et urologie, 470 sal.); en revanche, une grosse usine Philips (La Radiotechnique) a fermé en 1991. Plusieurs ateliers sont dans la métallerie et la mécanique: quincaillerie Monin (80 sal.), quincaillerie d'ameublement, agencement et décoration Cessot (60 sal.), tubes et ferrures C Métal (20 sal.), ressorts Sefard (50 sal.), mécanique Bossard (25 sal.); appareils électriques Electric Production (CGAE, 65 sal.). Dans d'autres domaines figurent les parfums et produits de toilette Euro Wipes (100 sal.) et Européenne de Cosmétologie (25 sal.), les plastiques Méthacryl (45 sal.) et les mousses d'emballage Calpac (40 sal.), l'imprimerie Peau (25 sal.). L'agro-alimentaire est représenté par les viandes de bovins Aim Groupe (70 sal.), les préparations et plats cuisinés Cook Inov (35 sal.).

Se signalent aussi par leurs effectifs le travail temporaire Adecco (130 sal.), le conditionnement à façon des Manufactures du Château (50 sal.), l'ingénierie de télécommunications Sit (45 sal.), les analyses médicales C Plus Bio (20 sal.); peinture Leduc (20 sal.); nettoyage du Perche Johanna (20 sal.), publicité Adrexo (25 sal.); transports Bourgey-Montreuil (30 sal.). Nogent a également des magasins Intermarché (85 sal.) et Bricomarché (30 sal.), Shopi (25 sal.) - le centre Leclerc est en banlieue à Margon.

Nogent a eu 7 000 hab. au milieu du 19e s., 8 700 à la fin; après un déclin à 7 200 vers 1930, sa population a augmenté et plafonné à 12 800 hab. (sdc) en 1975, puis elle a diminué, perdant 700 hab. de 1999 à 2007. Le maire est François Huwart, socialiste, haut fonctionnaire, ancien député et ancien secrétaire d'État. L'unité urbaine Insee est donnée pour 12 700 hab., l'aire urbaine pour 20 500 hab. La ville anime la communauté de communes du Perche, forte de 19 communes et 18 900 hab., la première du département.

Le canton a 15 700 hab., 10 communes et 14 144 ha dont 1 605 de bois; limitrophe du département de l'Orne, il est inclus dans le parc du Perche; une tradition d'élevage bovin à lait et à viande recule un peu devant le développement de la grande culture. Margon (1 300 hab., 1 213 ha dont 220 de bois), juste au nord-est de Nogent-le-Rotrou, lui sert de banlieue; elle n'avait que 530 hab. en 1954, mais sa croissance s'épuise; son finage est modelé par les vallées de l'Huisne et de son affluent la Cloche, entre lesquelles se glisse la N 23. Margon a reçu un hypermarché Leclerc (160 sal.) et un magasin But (25 sal.), des entreprises de travaux publics (Star, 70 sal.) et des garages, dont les ambulances JS Charles (25 sal.). Souancé-au-Perche (570 Souancéens, 1 894 ha), à 7 km SSE de Nogent, est dans la vallée de la Rhône, qui rejoint l'Huisne à Nogent; son église est en partie du 12e s.