Canton de Pont-Aven

Pont-Aven

3 000 hab. (Pontavenistes), 2 863 ha dont 298 de bois, chef-lieu de canton du Finistère dans l'arrondissement de Quimper, 33 km à l'ESE de la préfecture et à 7 km du littoral au fond de la ria de Pont-Aven. C'est la ville du premier pont, sur la plus ancienne route; elle a jadis eu un petit port de commerce mais n'attire plus aujourd'hui que la plaisance. «Village de charme», elle exploite par tous les moyens la renommée que lui avaient apportée les peintres qui choisirent de s'y installer, d'abord américains dans les années 1860, puis Gauguin et ses amis, et des écrivains qui ont suivi; le musée municipal des beaux-arts (112 000 visiteurs en 2003) et le bois d'Amour sur le versant de l'Aven en perpétuent le souvenir. En outre Pont-Aven soigne la qualité de ses galettes, issues de deux biscuiteries Traou Mad («bonne chose» en breton, 25 sal.) et Délices de Pont-Aven (maison Penven).

La commune a un collège public et un privé; elle est bordée à l'est par le cours de l'Aven et traversée au nord par la voie rapide de Nantes à Brest, dont l'accès est à Melgven. Non loin du bourg, chapelles de Trémalo (16e s.) et de Kergonet (15e-16e), ruines du château de Rustéphan (15e-16e s.), menhir et allée couverte; une minoterie et des restes d'anciens moulins ajoutent à ses attraits. Pont-Aven a absorbé sa voisine du nord-ouest Nizon en 1954, ce qui a doublé sa population, qui était de 3 700 hab. en 1962; elle n'a cessé de perdre des habitants depuis.

Le canton a 16 000 hab., 4 communes, 15 594 ha dont 1 090 de bois. Les trois autres communes, Névez, Riec-sur-Belon et Moëlan-sur-Mer, se partagent le littoral, que n'atteint pas le chef-lieu.


Moëlan-sur-Mer

7 100 hab. (Moëlanais) dont 180 à part, 6 596 ha dont 321 de bois, commune du Finistère dans le canton de Pont-Aven, 10 km au SO de Quimperlé. Le bourg est à 5 km de la mer mais la commune, bordée au NO par la rivière de Belon, possède près de 10 km de littoral, jusqu’à la petite station de Kerfany-les-Pins à l’entrée des rias. Plusieurs mégalithes, dont quatre allées couvertes; trois petits ports, village de vacances de Beg Porz avec centre nautique, 250 places pour bateaux de plaisance (à bouée); emballages Impress Metal ex-Ferembal (200 sal.), négoce de matériaux Sanseau (40 sal.); Intermarché (40 sal.), un collège public et un privé; mais la conserverie Capitaine Cook a fermé.

La campagne est réputée, avec sa voisine Clohars, pour ses pommiers et son cidre; ostréiculture dans la ria du Belon. La population communale est en légère augmentation depuis 1970; elle s’est tenue au-dessus de 6 000 hab. pendant tout le 20e siècle et a gagné 300 hab. après 1999. La commune a 1 400 résidences secondaires (27% du parc) et 3 campings (300 places), trois hôtels (80 chambres) dont un petit quatre étoiles.


Névez

2 740 hab. (Névéziens), 2 537 ha, commune du Finistère dans le canton de Pont-Aven, 5 km au SO du chef-lieu; elle occupe le littoral à l'ouest de la ria de l'Aven; la campagne est appréciée comme lieu de promenade, avec manoirs et chaumières. Raguenez, à l'ouest de la commune, est la plage la plus proche du bourg; son petit cap est précédé en mer par l'île Raguenez et, plus loin, l'île Verte. Plus à l'est à 5 km, Port-Manec'h, à l'entrée des rias de l'Aven et du Belon, est une station balnéaire des années 1900. Carrières de granite, château et chapelle du Hénant (15e-16e s.) au bord de l'Aven, dolmen au nord, jardins à l'anglaise de Rospico à Port-Manec'h; Intermarché (35 sal.). Névez («la neuve») avait plus de 3 000 hab. entre 1910 et 1970; elle a perdu des habitants jusqu'en 1999 et en a regagné 200 depuis. Elle a 1 300 résidences secondaires (presque la moitié des logements) et 8 terrains de camping (1 350 places) dont 2 de luxe (570 places), deux petits hôtels.


Riec-sur-Belon

4 290 hab. (Riécois), 5 464 ha dont 325 de bois, commune du Finistère dans le canton de Pont-Aven, 5 km ESE du chef-lieu. Le finage s’étend entre la ria de l’Aven et la rivière de Belon, se terminant en pointe sur le rivage maritime. La commune est surtout réputée pour la belon, une huître plate (Ostrea edulis) très appréciée et nommée d’après la ria; Riec n’en assure que l’affinage, trois ans après sa naissance et son engraissement dans d’autres sites; cela vaut à la commune de figurer parmi les «sites remarquables du goût».

Elle accueille une usine de volailles du groupe Duc (ex-Volaven, ex-Sodibel un temps repris par Cecab-Unicopa, passée de 440 à 240 sal., spécialité de dindes); les ostréiculteurs Thaeron et Cadoret emploient 65 et 40 personnes; nettoyage urbain Théaud (25 sal.); une coopérative chanvrière fournit divers produits, même une bière (Al’Aven) et une limonade… La commune a près de 500 résidences secondaires (20% des logements, deux campings (200 places, deux hôtels (30 chambres), un grand village de vacances familiales de la MGEN pour handicapés. La population communale a un peu diminué au 20e siècle; elle frôlait les 5 000 hab. en 1911; elle a repris 190 hab. entre 1999 et 2008. Riec est le nom d’un saint du 6e siècle.