Canton de Pont-Croix

Pont-Croix

1 700 hab. (Pontécruciens), 809 ha, chef-lieu de canton du Finistère dans l'arrondissement de Quimper à 14 km OSO de Douarnenez (35 km à l'ouest de Quimper), dans la vallée du petit fleuve Goyen à 6 km au NE d'Audierne. Le bourg, «village de charme», s'étage en amphithéâtre dans la vallée du Goyen, avec des rues en escalier; il a attiré des artistes. Il est censé faire partie des «petites cités de caractère»; belle collégiale du 13e s., avec porche sculpté et haut clocher à flèche; grand pardon du 15 août, musée du patrimoine, festival international du film, jardin des bonnes herbes, marchés et foires; moulin à marée; projet de pôle culturel dans l'ancien séminaire; un collège privé. La commune, peu étendue, se tient au milieu de la péninsule du cap Sizun, au nord du Goyen; elle a eu assez constamment 2 500 à 2 700 hab. entre 1850 et 1950, mais sa population a diminué ensuite; le nom, Pontekroaz en breton, daterait du 13e siècle.

Le canton prend la plus grande partie de la péninsule du cap Sizun; il a 16 500 hab. et 12 communes, 17 797 ha dont 417 de bois. Étiré sur 28 km, il oppose une côte du nord rocheuse et sauvage à une côte du sud plus diversifiée et peuplée, surtout au SE où sont Audierne et Plouhinec (Finistère). La péninsule se termine à l'ouest par deux caps en roche dure, la pointe du Van au nord et la pointe du Raz au sud; ils encadrent la baie des Trépassés, dont le fond abrite une plage, au bout d'une longue dépression rectiligne en roche plus tendre, qui divise longitudinalement la péninsule et se prolonge à l'est dans le cours amont du Goyen. Au large, se trouve l'archipel dit Pont de Sein, où l'île de Sein est érigée en commune (v. Île-de-Sein).

La pointe du Raz et la commune dont elle fait partie, Plogoff (1 600 Plogoffistes, 1 173 ha, musée), sont célèbres pour les contestations écologistes soulevées par des projets ou des aménagements assez malheureux (centrale nucléaire, parkings démesurés, carrières, etc.). Au bout de la pointe du Raz, émergent les îlots de la Vieille et de la Plate; le phare de la Vieille, massif et de section carrée, est de 1887 et haut de 27 m; celui de la Plate, en avant et plus trapu, est de 1910. La commune a un petit musée du coquillage. La population de Plogoff a beaucoup diminué depuis les 3 000 hab. de 1936; goff viendrait non d'un forgeron mais du saint irlandais Cov.

Juste au SE, à mi-chemin entre la pointe du Raz et Audierne et à 11 km de Pont-Croix, Primelin (810 Primelinois, 867 ha) fait figure de petite station à l'abri dans l'anse du Loc'h; elle porte le nom de saint Primel, premier évêque de Cornouaille, ce qui donne Prevel en breton; elle avait plus de 1 600 hab. au début du 20e siècle. Plus à l'est, Esquibien (1 700 Esquibiennois, 1 542 ha), dont le nom signifie «l'évêque», ne se distingue guère de sa voisine Audierne, mais a sa propre plage, son port de plaisance et un embarcadère pour l'île de Sein à Sainte-Évette; sa population toutefois ne cesse de diminuer depuis les 2 600 hab. de 1906.

Un peu au nord, Goulien (440 Goulienois, 1 277 ha), 6 km au NO d'Audierne, a une réserve ornithologique sur la côte rocheuse de la baie de Douarnenez, une Maison du Vent et une batterie de 8 éoliennes d'un diamètre de 24 m, mises en service par le programme Eole 2000, d'une puissance totale de 6 MW, moitié à la Cegelec, moitié à une société danoise. Goulien, dont le nom est celui de saint Goulven, est encadrée par les deux communes rurales littorales de Cléden-Cap-Sizun (1 100 Clédinois, 1 908 ha) à l'ouest à 12 km du chef-lieu et Beuzec-Cap-Sizun (1 100 Beuzecois, 3 454 ha) à l'est, 4 km au NNO du chef-lieu; toutes deux se partagent la plus grande part de la côte rocheuse méridionale de la baie de Douarnenez. Cléden (nom d'un saint), qui inclut la pointe du Van où subsiste face au vent une chapelle des 16-17e s., a eu 2 800 hab. peu avant 1900 et encore 2 000 en 1967; Beuzec (de saint Budoc) a eu son maximum vers 2 300 hab. et décroît parallèlement; son finage atteint à l'est la pointe du Milier, qui porte un phare de 1880.

Confort-Meilars (760 Confortais, 1 468 ha), 5 km à l'est de Pont-Croix, est connue pour la belle église du hameau voisin de Confort (milieu du 16e s., à clocher à flèche du 18e s.), ce qui l'a autorisée en 2001 à compléter officiellement son nom ancien de Meilars, d'autant que Confort, situé sur la route, est devenu plus peuplé; Meilars vient du saint Mélar et Confort du réconfort des pécheurs. Mahalon (810 Mahalonnais, 2 139 ha), juste au sud mais de l'autre côté du Goyen, est la commune la plus orientale du canton; le nom est celui de saint Mazalon ou Mathalon. La communauté de communes du Cap Sizun est proche du canton (11 communes, 16 300 hab.); elle siège à Audierne.


Audierne

2 370 hab. (Audiernais), 295 ha, commune du Finistère dans le canton de Pont-Croix, port sur la côte sud de la presqu'île du cap Sizun, au débouché de la vallée du Goyen, 36 km à l'ouest de Quimper. L'origine de son nom est obscure: elle est Gwaien en breton, elle fut Goezian jadis, car elle portait alors le nom du petit fleuve Goyen. Sa population a diminué durant tout le 20e siècle (4 700 hab. en 1900, 4 000 vers 1950, 3 000 en 1982)et a perdu 250 hab. de 1999 à 2008.

Le bourg est au fond de la vallée encaissée du Goyen, rive droite. La commune accueille un centre Leclerc (50 sal.), les Viviers d'Audierne (30 sal.), la maçonnerie Scoarnec (30 sal.). Une carrière alimente une usine de dolomie pour le carbonate de calcium. Le port est à la tête d’un quartier maritime entre celui de Douarnenez et celui du Guilvinec; mais son activité a bien diminué, même s’il compte encore environ 300 marins-pêcheurs, qui sont en fait en face, sur la rive gauche de la ria à Poulgoazec, donc dans la commune de Plouhinec. Une cinquantaine de bateaux pêchent surtout le bar, le lieu et la lotte (1 000 t/an).

Le bourg a un collège public et un privé, un petit hôpital-maison de retraite; surtout touristique à présent, il propose un musée maritime du Cap Sizun et un musée d’histoire locale et de vieux meubles à la Chaumière; port de plaisance (230 places à ponton), aquarium, viviers, embarcadère pour l’île de Sein; clubs nautique et de plongée; un cimetière de bateaux langoustiers est classé; le parc Aquashow, ouvert en 2000, atteint 120 000 visiteurs par an. Audierne a 650 résidences secondaires (environ un tiers des logements) plus 120 chambres d'hôtel. Audierne est le siège de la communauté de communes du Cap Sizun, qui groupe 11 communes et 16 100 hab. sur 17 700 ha.

La baie d'Audierne est une grande anse allant de la pointe du Raz à celle de Penmarc'h; sa partie orientale, basse, et qui recule, est mal protégée par le Sillon, un cordon de galets constamment remaniés et ainsi bruyants (Ar Vili), qui bloque de petits marais (paluds).


Île-de-Sein

220 hab. (Sénans), 60 ha, commune du Finistère dans le canton de Pont-Croix, correspondant à l'île de Sein (Enez Sun en breton). L'île, étroite et contournée, qui mesure 2 500 m de long et n'excède pas 8 m de haut, est dans le prolongement des barres de quartzites de la pointe du Raz, dont les îlots forment le pont de Sein. Celui-ci est signalé à son extrémité occidentale par le phare d'Ar Men, monté à 37 m de haut en 1881 sur un rocher isolé à 10 km à l'ouest de l'île, et considéré comme l'un des plus aventureux du monde, mais automatisé depuis 1990; et à l'est par celui du Chat (27 m, de 1937).

L'île, «village de charme», est séparée du continent par le dangereux raz de Sein; ses hommes étaient marins ou pêcheurs, et ont suivi massivement l'appel du général de Gaulle en juin 1940. Elle est maintenant surtout peuplée de retraités, plus quelques services d'accueil aux touristes, et offre deux musées, de l'Abri du marin et du Sauvetage en mer; elle est accessible en une heure d'Audierne ou de Camaret, et classée parmi les «plus beaux villages de France». Elle porte un phare de 51 m de haut, reconstruit en 1951 après la destruction du précédent par les Allemands en 1944. La population communale a culminé à 1 350 hab. en 1936; elle dépassait encore 1 000 hab. en 1962, mais s'est effondrée depuis, puis presque stabilisée, perdant toutefois une vingtaine d'habitants encore entre 1999 et 2008. Sein a 200 résidences secondaires (57% du parc) et un petit hôtel. Plus de la moitié des habitants ont plus de 60 ans.


Plouhinec (Finistère)

4 400 hab. (Plouhinécois) dont 190 à part, 2 805 ha, commune du Finistère dans le canton de Pont-Croix, 3 km au sud du chef-lieu et 30 km à l’ouest de Quimper, juste à l’est d’Audierne. Le nom vient de saint Winoc; elle aligne plusieurs plages sur la côte SE de la presqu’île du Cap Sizun; elle abrite du côté du Goyen le port dit d’Audierne à Poulgoazec; une petite zone industrielle; supermarché Carrefour (70 sal.), magasin Weldom (25 sal.); lycée professionnel. La population a fortement diminué après 1950, mais repris une centaine d'habitants de 1999 à 2008; elle avait nettement dépassé 6 000 hab. dans la première moitié du 20e siècle. La commune a 840 résidences secondaires (28% des logements), 5 campings (390 places).