Canton de Saint-Renan

Saint-Renan

7 600 hab. (Renanais) dont 200 à part, 1 331 ha, chef-lieu de canton du Finistère dans l'arrondissement de Brest à 12 km au NO de Brest, au bord de l'Ildut où a été aménagée une série d'étangs (base nautique et modèles réduits). Le vieux bourg, Lokournan en breton, depuis longtemps marché actif et peuplé, a des maisons anciennes, un hôpital privé (Lejeune, 200 sal., 50 lits médicaux) et un hôpital local public (13 lits). Elle accueille un supermarché U (165 sal.), un magasin de bricolage Morvan (30 sal.); des fabriques de boulangerie et pâtisserie Les Trois Abers (50 sal.), de mécaniques pour l'agro-alimentaire (Evalor, 20 sal.), scierie et bois (Castel, 20 sal.), couverture Trébaut (30 sal.).

La commune a aussi un collège public et un privé, une maison familiale rurale; musée du patrimoine, espace aquatique, jardin du Douric avec bambouseraie, palmeraie, arboretum. On y a exploité une mine d'étain entre 1957 et 1975. C'est la principale ville du pays d'Iroise, considérée aussi comme le gros bourg des îles du Ponant, et un marché actif.

Le canton, étendu, a 31 400 hab. (27 600 en 1999), 12 communes, 21 103 ha dont 651 de bois). Il entoure le NO de l'agglomération de Brest et occupe tout le plateau qui se termine à la pointe Saint-Mathieu. Au NO, il commence à l'aber Ildut, contient Lampaul-Plouarzel et Plouarzel, Ploumoguer, Trébabu et Le Conquet; au SO, Plougonvelin et Locmaria-Plouzané; au NE, Milizac (v. tous ces noms). En mer, il contient la commune et l'archipel de Molène.

Les dernières communes, au nord de Saint-Renan, sont un peu moins peuplées: Guipronvel, au nord de Milizac, a 710 hab. (690 en 2004) et 839 ha et son nom correspond au village de saint Ronvel; calvaire du 16e s., remanié; la population a gagné 90 hab. entre 1999 et 2008. Lanrivoaré (1 410 Lanrivoaréens, 1 489 ha), qui en a aussi gagné une centaine dans le même temps, héberge l'administration de la communauté de communes du Pays d'Iroise (20 communes, 43 700 hab., 31 700 ha) dont le canton fait partie, avec celui de Ploudalmézeau; manoir de Kerdrioual, et au sud motocross, golf de Pen ar Bed au sud, et entre les deux un parc de 5 éloiennes de 5,2 MW (12 GWh) installées en 2007 et 2009.


Conquet (Le)

2 660 hab. (Conquetois), 845 ha, commune du Finistère dans le canton de Saint-Renan, 22 km à l'ouest de Brest, sur la côte en bordure du chenal du Four. Elle est en breton Konk-Leon (Conque du Léon), ce qui à la fois la rapproche et la distingue de la Conque de Cornouaille (Concarneau). Mais les deux villes ne sont pas de même niveau. Le Conquet a un petit port de pêche (40 bateaux, 1 700 t/an), et assure des navettes avec Molène et Ouessant; musée, collège privé. Le port fut jadis actif et eut même une école de cartographes; il ne s'est jamais tout à fait remis de sa destruction par une expédition anglo-hollandaise en 1558. La commune a reçu une grande station de radioguidage des navires; sa population a repris après un creux à 1 800 hab. en 1968, et a gagné 220 hab. entre 1999 et 2008.

Le rivage est divisé par le petit aber qui abrite le port, et par la presqu'île de Kermorvan qui avance en mer au-delà de sa rive nord; elle porte un cromlech et un phare à tour carrée de 1849, et elle est relayée en mer par le petit phare-tourelle de la Grande Vinotière sur un îlot rocheux. De l'autre côté vers le nord, elle offre la belle plage des Blancs Sablons, que domine le fort Saint-Louis. Au sud du bourg, une anse moins marquée sous le village de Lochrist abrite la petite plage de Porz Liogan. Le Conquet a 420 résidences secondaires (20% du parc), un gros camping (320 places), trois petits hôtels. Le port de plaisance a 250 bouées.

En arrière du Conquet, la petite commune de Trébabu (380 Trébabusiens, 436 ha) conserve plusieurs manoirs dont ceux de Poulcong et de Kermorvan, et s'est illustrée dans la navigation par la famille de Kersauzon; elle a gagné 40 hab. après 1999.


Île-Molène

270 hab. (Molénais), 75 ha, commune du Finistère dans le canton de Saint-Renan, au large du Léon; Molenez en breton. Elle englobe tout l'archipel de Molène, dont les principales îles sont du NO au SE Bannec et Balanec; puis Molène avec le village et le phare-tourelle des Trois Pierres; Trielen, Lédénès; Quéménès, qui est privée, habitée l'été dans une ancienne ferme mais sans électricité; puis Litir, Béniguet enfin qui relève du Conseil supérieur de la chasse; ainsi que de nombreux îlots et, au sud, le phare des Pierres Noires (1872, 28 m de haut) à 10 km au SE de l'île principale, le phare-tourelle de Foix à 6 km au NE. Béniguet et Quéménès appartiennent toutefois à la commune du Conquet.

L'ensemble molénais, considéré comme «village de charme» et inclus dans le Parc d'Armorique, comporte plusieurs sites (Balanec, Bannec et Trielen) de la réserve naturelle d'Iroise. L'accès à Molène, qui sert aussi de relais pour Ouessant (30 mn), se fait par le port du Conquet (35 mn). L'île principale est plate et a plusieurs plages, un port abrité avec quelques bateaux de pêche. Elle propose deux musées: maison de l'environnement insulaire dans l'ancien sémaphore de Molène qui abrite aussi la station de sauvetage en mer; musée du Drummond Castle, un paquebot britannique naufragé en 1896 et dont les Molénais ont honoré les 200 victimes. Les pigouillers récoltent le goémon, surtout à Molène et à Lédénès. Molène a eu 670 hab., son maximum, dans les années 1920; la population décline depuis et a encore perdu une cinquantaine d'habitants entre 1999 et 2008. Molène a 150 résidences secondaires, formant plus de la moitié de l'habitat, et un petit hôtel.


Lampaul-Plouarzel

2 100 hab. (Lampaulais), 404 ha, commune du Finistère dans le canton de Saint-Renan, 11 km ONO du chef-lieu au bord de la mer d'Iroise, juste au sud du débouché de l'aber Ildut; très peu étendue, la commune disperse ses maisons au-dessus de la falaise qui fait face au chenal du Four; le petit port de Porspaul y eut, de 1895 à 1965, une petite usine d'extraction de l'iode; il est réputé avoir été le lieu de débarquement de Pol Aurélien, d'où son nom et celui du bourg. La population communale poursuit depuis deux siècles une lente croissance (1 000 hab. en 1900, 1 500 en 1950), et s'est augmentée de 300 hab. entre 1999 et 2008. Les résidences secondaires forment 29% des logements.


Locmaria-Plouzané

5 000 hab. (Lanvenecois), 2 316 ha, commune du Finistère dans le canton de Saint-Renan, 15 km à l’ouest de Brest. Le gentilé surprenant vient d’une ancienne appellation du territoire et de ses environs, Lanvenec, que l’on rapporte localement à «lande pierreuse» mais sans certitude. Le centre socio-culturel du bourg se nomme Ti Lanvenec. La commune est d’habiitat en grande partie résidentiel et atteinte par l’urbanisation brestoise: sa population n’était que de 1 200 hab. en 1968 et a passé les 2 000 vers 1977, les 3 000 vers 1985; elle s'est encore accrue de 700 hab. entre 1999 et 2008.

Au sud, le littoral va de l’anse de Bertheaume à la pointe du Grand Minou, qui porte le fort de Toulbroc’h (avec champ de tir en mer du Minou); les falaises y atteignent 60 m. La plage de Porsmilin, tout à l’ouest dans l’anse de Bertheaume, héberge centres de loisirs et de vacances, un terrain de camping (130 places). Nombreux manoirs, dont ceux de Kerscao, Kervasoué, Goulven au nord du bourg; lotissements au sud du bourg; fabrique de vêtements de surf Kana Beach (65 sal.), depuis 1987; métallerie Sobrefer (20 sal.).


Milizac

3 000 hab. (Milizacois), 3 323 ha, commune du Finistère dans le canton de Saint-Renan au NE du chef-lieu, à 10 km NNO de Brest, agricole mais de plus en plus dans le périurbain brestois. Elle a les commerces et services d’un bourg actif, plus les travaux publics Kerleroux (60 sal.), le bricolage Castrec (25 sal.) et surtout un parc d’attraction et de loisirs (la Récré des Trois Curés, 35 sal.) et le parc aux cerfs au domaine de Keranflec’h. Milizac (Milizag en breton, le nom étant d’origine gallo-romaine) a mérité le titre de commune «la plus sportive de Bretagne», du moins en 1981.

Un projet d’usine de traitement chimique des déjections de porcs, monté par le groupement d’éleveurs finistérien Val’Ouest, a suscité en 2002 de telles protestations qu’il a dû être abandonné. Le finage communal vient jusqu’aux portes de Saint-Renan; après avoir décliné après 1920, la population communale a fortement augmenté de 1968 (1 400 hab.) à 1990 en raison de la proximité de Brest, mais n'a gagné qu'une cinquantaine d'habitants après 1999.


Plouarzel

3 460 hab. (Plouarzélistes), 4 283 ha, commune du Finistère dans le canton de Saint-Renan, 10 km à l'ouest du chef-lieu; le bourg est à 5 km de la côte. Le finage atteint au nord la rive méridionale de l'aber Ildut; il donne au sud-ouest sur la petite anse de Porsmoguer et inclut la pointe de Corsen face à Molène, où a été installé le Cross-Corsen (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage) qui observe le trafic du chenal du Four depuis la catastrophe de l'Amoco Cadiz. Par cette pointe, qui domine la mer de 50 m, la commune est réputée la plus occidentale de la France continentale. Le phare de Trezien (37 m de haut) y a été construit en 1894 et peut se visiter.

Plouarzel a inauguré en 2001 aux Deux-Croix, à l'ouest entre Trézien et le bourg, un parc de cinq éoliennes de 47 m, complété en 2007 de quatre autres un peu plus grandes (52 m), d’une puissance totale de 6,8 MW (34 GWh). À l'est, le menhir de Kerloas, de 4 500 ans, est un des plus hauts mégalithes connus (9,5 m); au-delà, la commune atteint la vallée de l'Ildut et les étangs de Saint-Renan. Un peu au nord du bourg a été aménagé le golf de Brest-les Abers. Le finage de Plouarzel entoure la petite commune littorale de Lampaul-Plouarzel. Sa population augmente depuis un léger creux à 1 900 hab. en 1975; elle était passée à 2 500 hab. en 1999 et aurait fait un bond de près d'un millier d'habitants en 2008 (+37%!); travaux publics STPA (30 sal.), supermarché U (50 sal.). La commune a 350 résidences secondaires (21% des logements, 4 campings (230 places), et une soixantaine d'exploitations agricoles professionnelles (2 900 ha, 5 000 bovins).


Plougonvelin

3 700 hab. (Plougonvelinois), 1 869 ha, commune du Finistère dans le canton de Saint-Renan, 21 km à l'ouest de Brest; elle inclut la pointe Saint-Mathieu à l'ouest et va jusqu'au milieu de l'anse de Bertheaume à l'est. À la pointe Saint-Mathieu, restes d'une bourgade du 14e s., musée dans l'ancienne abbaye bénédictine Loc Mazé (Mazé ou Mahé = Mathieu) du 6e s., qui fut dite de finibus terrae (de finisterre) et qui est en cours de restauration (bâtiments du 13e au 16e s.); fort de Bertheaume sur une petite île à l'entrée de la grande anse de Bertheaume au sud-est, avec village artisanal et tyroliennes.

Le phare de la pointe Saint-Mathieu (1835) a une hauteur de 56 m; il a pris la suite d'un phare édifié dès le 12e siècle dans l'abbaye et peut se visiter; il est relayé en mer par le phare-tourelle des Vieux Moines (1898). La plage de Trez Hir s'abrite dans l'anse de Bertheaume, avec centres nautique, de plongée et de voile d'une station «nouvelle vague», devenue «station verte de vacances». La population communale a fortement augmenté depuis les années 1960 (1 400 hab.), et surtout après 1980 (2 000 hab. en 1988); elle s'est encore accrue de 800 hab. entre 1999 et 2008. la commune a un Intermarché (50 sal.), une chocolaterie (Montméard, 25 sal.). Elle a 930 résidences secondaires (37% des logements), un camping (110 places) et trois hôtels (60 chambres).


Ploumoguer

2 000 hab. (Ploumoguérois), 3 893 ha, commune du Finistère dans le canton de Saint-Renan, 8 km OSO du chef-lieu sur le plateau; elle occupe une petite partie de la côte rocheuse entre Le Conquet et Plouarzel à Kerhornou, où est un centre de vacances; quelques manoirs, terrain de kart. Non loin du bourg, la ferme de Messouflin, caractéristique de l’architecture rurale locale et acquise par la commune, est un lieu de fêtes et d'expositions. La population communale augmente depuis 1975 (1 400 hab.) et a gagné 400 hab. de 1999 à 2008; elle avait déjà atteint 2 000 hab. autour de 1900. Le nom évoquerait des ruines (moguer ou macoer, issu de maceria), comme Ploumagoar. La commune a inauguré en 2004 un parc éolien de 7 hélices de 48 m (5,3 MW, 13 GWh), à l'ouest du bourg.