Cantons de Quimper

Quimper

67 300 hab. (Quimperois) dont 3 900 à part, 8 445 ha, préfecture du Finistère. La ville est la plus grande de Cornouaille et anime la moitié méridionale du département. Elle s'est agrandie en 1960 en fusionnant avec trois communes de banlieue, Ergué-Armel à l'est, Kerfeunteun au nord et Penhars à l'ouest. Elle est divisée par la vallée profonde de l'Odet, dont les crues peuvent être redoutables en cas de fortes pluies; elle porte le nom du confluent (kemper) originel, où l'Odet reçoit le Steir, rive droite, qui descend de Landrévarzec sur 28 km. Trois éléments l'ont formée: une ville épiscopale sur la rive droite, où s'érige la cathédrale et où se voient, outre l'hôtel de ville, des restes de remparts, avec un beau jardin; en face, une ville ducale de rive gauche sur les reliefs du mont Frugy, dont les pentes portent une promenade et où se trouvent préfecture, hôtel du département, police, un théâtre; plus loin au sud, rive gauche, un quartier autour de l'ancienne abbaye bénédictine de Locmaria.

Quoique connue pour ses faïenceries, apparues en 1690, Quimper n'était pas au 18e s. une très grande ville: «Kimper n'a de remarquable que la difficulté d'y arriver, celle d'en sortir et le peu d'envie que l'on a d'y rester», écrivait Mignot de Montigny en 1752. Situation, accès et activités ont bien changé depuis. Quimper a dû aux fonctions maritimes et guerrières de Brest d'être retenue comme préfecture par les Révolutionnaires, qui l'avaient nommée Montagne-sur-l'Odet. Elle a pu bénéficier ainsi de la présence des administrations, puis du chemin de fer (1863) et de l'amélioration des routes, d'un développement industriel et de la croissance des ports de pêche voisins, enfin du prestige touristique de la Cornouaille. Elle est desservie par la voie ferrée vers Nantes et vers Brest, et par la route à quatre voies de Nantes à Brest (N 165-E 60); si le port maritime de Corniguel compte peu (200 000 t/an), un aéroport dessert la ville à Pluguffan et dispose d'une ligne régulière avec Paris (130 000 passagers par an, 25e ligne en France).

Aussi Quimper est-elle devenue diversifiée et attractive. La faïencerie y a surtout une fonction symbolique, mais maintient quelques petites fabriques; la principale est l'usine HB-Henriot, connue notamment pour ses bols à prénoms, tricentenaire mais en difficulté, passée récemment de 110 à 50 sal., cherchant une sortie vers la fabrication de bijoux, en redressement judiciaire en février –mai 2011 et en quête de repreneur; le site se visite. Un complexe nautique Aquarive a été établi sur l'Odet au nouveau port du Corniguel ouvert en 1995, qui est le 5e de Bretagne par le trafic commercial (210 000 t/an) et débouche sur le vaste plan d'eau appelé baie de Kerogan; une flottille de vieux gréements a été rassemblée (Gouelia); le festival de Cornouaille attire 250 000 personnes en juillet. Le fleurissement est consacré par le niveau de récompense quatre fleurs et Quimper fait partie des «villes d'art et d'histoire».

On visite au centre-ville rues et ruelles, surtout rive droite autour de la rue Kéréon, de l'hôtel de ville et de la cathédrale, et plusieurs musées: musée départemental breton dans l'ancien palais des évêques (45 000 visiteurs par an), musée des beaux-arts (167 000 visiteurs en 2003), plus le musée de la faïence rive gauche, et un musée de l'alambic; beaux jardins du théâtre et des remparts, parc et jardins du château de Lanniron. Quimper a plusieurs collèges et lycées publics et privés, un lycée agricole catholique, un noyau d’enseignement supérieur (130 sal. de l'Université de Bretagne occidentale), des centres de recherche (ADRIA pour l’industrie agro-alimentaire, chimie-pharmacie du CNRS et du Muséum, études vétérinaires, microbiologie appliquée, INRA), un centre d’art contemporain (le Quartier).

La commune abrite de gros établissements de soins: le centre hospitalier a 520 lits médicaux et emploie 2 900 personnes, l’hôpital Gourmelen 1 000, les cliniques 230 (polyclinique Quimper-Sus), 210 (Saint-Michel-Sainte-Anne) et 100 salariés (ensemble 250 lits); aide à domicile du Centre communal d'action sociale (265 sal.), centre de réadaptation Masse-Petitcuénot (60 sal.). Le Conseil général déclare 3 200 salariés, la Ville 1 000, la Préfecture 210, la Direction départementale de l'équipement 710, le Service départemental d'incendie et secopurs 570, la CPAM (Caisse primaire d'assurance maladie) 340, la Caisse d'allocations familiales 230, la Caisse de prévoyance sociale 85, la Chambre de commerce 95, la Chambre d'agriculture 160, la Chambre de métiers 80, l'URSSAF 80; EDF 400 et ERDF 240, la SNCF 180.

Quimper a reçu de nombreux bureaux et organismes financiers et de commerce: la Caisse régionale de Crédit maritime (300 sal.), le centre de gestion AGC (290 sal.), les assurances Verlingue (400 sal.) et Génération (100 sal.), les comptabilités Cegefi (80 sal.), Ouest Conseil Audit (70 sal.) et du Crédit maritime du Grand Ouest (55 sal.), la mutuelle CIMUT (60 sal.); gestion immobilière de l'Office public (Habitat 29, 135 sal.) et de l'OPAC (100 sal.). Dans la commune sont installés un centre Leclerc (310 sal., plus Leclerc Fuel 50 sal.), un hypermarché Carrefour (300 sal.) et un Géant Casino (220 sal.), magasins Castorama (90 sal.), Décathlon (75 sal.), Brico-Dépôt (70 sal.), Truffaut (jardinerie, 60 sal.), Point P (55 sal., matériaux), Conforama (50 sal.); négoces d'articles de ménage et vaisselle P. Le Goff (90 sal.), de quincaillerie CMB (Descours-Cabaud, 55 sal.), de matériaux Quéguiner (50 sal.).

Dans les entreprises de services se signalent les nettoyages Nettoyage Services (130 sal.), Cornouaille Services (110 sal.), Sevel (105 sal.) et Alcyon (60 sal.), le nettoyage urbain Grandjouan (Veolia, 75 sal.), la blanchisserie Elis (Les Lavandières, 140 sal.) ou les installations électriques Cegelec (130 sal.); publicité Mediapost (140 sal.) et Adrexo (95 sal.); transports STEF-TFE (80 sal.), Frigo-Express (70 sal.), Calberson (55 sal.). Les transports urbains (CTUAQ) du groupe Keolis comptent pour 120 personnes, l’antenne du Télégramme de Brest pour 65 sal. La coopérative d’activités et d’emplois Chrysalide (aide à la création d’entreprises, 60 sal.), créée en 2002 à Pont-l'Abbé, s'est transférée à Quimper-Kerfeunteun.

Le panorama industriel est tout aussi large, surtout dans l’agro-alimentaire: laiteries Entremont (210 sal., fromages et poudres) et Beuralia (beurres, 125 sal.), laiterie Le Gall (45 sal.); volailles Doux-Père Dodu (280 sal.); conserves de poissons Saupiquet (150 sal.) et Armoric (200 sal.); abattoir de bovins Socabaq (45 sal.), viandes Bretagne Viandes Distribution (50 sal.) et Presta Breizh (40 sal.). Des industries annexes s’y ajoutent comme Capic dans le matériel de cuisson pour restaurateurs (140 sal.), Hema-Sidel dans les machines pour l’emballage alimentaire (95 sal.), ainsi que les négoces agricole Germicopa (80 sal.) et de fruits et légumes Elbé (50 sal.).

Dans les autres domaines, les principaux établissements sont ceux de Cummins Filtration (Fleetguard), firme états-unienne, qui a une grosse unité de fabrication de filtres pour moteurs Diesel (440 sal.); la Bonneterie d’Armor (sous-vêtements Armor Lux, 370 sal.) et la Fileuse d’Arvor (pulls, 55 sal.); les machines-outils Loupot (80 sal.), les moteurs électriques Enag (70 sal.), la mécanique MCA (55 sal.); les produits pharmaceutiques Girex (100 sal.) et Mazal (70 sal.), les Fournitures Hospitalières (appareils médicaux, 80 sal.), les analyses microbiologiques Labexia (55 sal.); imprimerie du Commerce (40 sal.); travaux publics Eurovia (100 sal.), Colas (65 sal.) et Screg (50 sal.), espaces verts Bellocq (65 sal.).

Plusieurs zones industrielles ont été aménagées, surtout vers l’est et le sud-est, et l’industrie a largement débordé dans les communes voisines, notamment Ergué-Gabéric. Mais vers l’ouest, Quimper a une «zone urbaine sensible» au quartier de Kermoisan. La commune avait 10 000 hab. vers 1830, 20 000 autour de 1900 et encore en 1950; le grand bond est venu ensuite, portant la population à 50 000 hab. dès 1966, puis la croissance s’est ralentie à partir de 1975, se reportant sur les banlieues: 57 000 en 1982, 63 000 en 1999 (sdc). La municipalité, traditionnellement dirigée par la droite, est passée à gauche en 2008; le maire est Bernard Poignant, socialiste, agrégé d'histoire, ancien député puis député européen.

Les trois cantons de Quimper totalisent 79 000 hab. (77 300 en 1999) sur 18 249 ha dont 1 021 de bois, en 4 communes urbaines: Quimper, Ergué-Gabéric, Plomelin et Pluguffan. Le groupement intercommunal Quimper-Communauté associe 7 communes, celles des cantons de Quimper plus, à l'ouest et au NO, Plonéis (canton de Plogastel-Saint-Germain), Guengat et Plogonnec (canton de Douarnenez), soit 85 400 hab. sur 28 100 ha. L'aire urbaine de Quimper est évaluée à 128 900 hab., l'unité urbaine à 79 000. L'arrondissement a 313 300 hab. (296 000 en 1999), 17 cantons, 82 communes, 220 190 ha.


Ergué-Gabéric

7 900 hab. (Gabéricois) dont 240 à part, 3 987 ha dont 361 de bois, commune du Finistère dans le canton de Quimper-2, à l’est de la préfecture entre la vallée de l’Odet au nord et celle de son affluent le Jet au sud, avec échangeur de la route à 4 voies Brest-Quimper-Lorient et zone industrielle; An Erge-Vras en breton. La ville propose le musée océanographique de l’Odet. Tout au NO se trouve le site de Stangala, un haut éperon de méandre de l’Odet, avec arboretum; à l’est, chapelle de Kerdevot (15e s.) et ruines du château de Lezergue (18e s.). La population communale, qui s’est longtemps tenue vers 2 600 hab. (sdc), a augmenté surtout depuis 1970, passant à 5 000 dès 1980, puis la croissance s’est ralentie, mais la commune s'est accrue de 800 hab. entre 1999 et 2008.

C’est aussi ou surtout une active banlieue. Elle contient notamment le siège et une usine des entreprises Bolloré (400 sal., films plastiques et papiers-carbone), qui a créé en 2008 avec EDF une nouvelle fabrique de batteries polymères-lithium (Batscap, 130 sal.), Bolloré investissant activement dans la voiture électrique. L'agro-alimentaire est présent par les salaisons Jean Caby, ex-Jean d’Erguet (180 sal., passées au groupe états-unien Smithfield, 10 000 t/an); traiteur Pennarun Le Bihan (25 sal.), élevage de volailles M. Le Roux (20 sal.), entreposage laitier Le Gall (groupe Sill, 25 sal.) dans une ancienne laiterie.

Dans d'autres domaines, chaudronneries Sertico (25 sal.) et CTS (25 sal.), mécanique Chaplain (25 sal.), étanchéification Soprema (60 sal.), maçonneries Sebaco (55 sal.) et Poupon (50 sal.). La ville a un supermarché Carrefour (55 sal.), un magasin Metro (45 sal.); nettoyage Bret Net (130 sal.), publicité Sigma (25 sal.); négoce de matériel agricole Claas (45 sal.), transports Boissel (160 sal.), Le Goff (50 sal.) et TNT (50 sal.); distribution d'électricité ERDF (65 sal.).


Plomelin

4 300 hab. (Plomelinois) dont 250 à part, 2 608 ha dont 346 de bois, commune du Finistère dans le canton de Quimper-3, à 7 km SSO de Quimper. Elle conserve une trentaine d’agriculteurs, submergés par la croissance périurbaine. Elle dispose d’un complexe sportif et culturel, et organise un tournoi mondial de football pour enfants (pupilles); lycée agriccole privé et pépinières au manoir de Kerbernez (30 sal.); préparation de cafés et thés Laurent Coïc (40 sal.), biscuiterie Loc Maria (Alizé, 20 sal.); rechapage ABR (35 sal.), installations électriques Garin Laurent (25 sal.), plâtrerie Gadonna (35 sal.); travaux publics Lepape (110 sal.); discothèque la Cabane (le Mylord, 35 sal.).

À l’est, la commune est bordée par la profonde vallée de l’Odet, où alternent en amont le large bas-fond de la «baie» de Kerogan et, en aval, le superbe site de méandres encaissés des Vire-Court. Au sud du bourg et dominant l’Odet, le château du Pérennou (19e s.) a un beau parc à l’anglaise et propose un musée. La commune avait 2 000 hab. en 1900 mais sa population s’était abaissée à moins de 1 300 en 1960, avant d’opérer sa remontée suburbaine. Le nom se réfère au saint gallois Merin.


Pluguffan

3 300 hab. (Pluguffanais), 3 209 ha dont 262 de bois, commune du Finistère dans le canton de Quimper-6 km à l'ouest de Quimper. Elle était déjà peuplée de 2 000 habitants à la fin du 19e siècle mais s'était abaissée à 1 500 vers 1950, avant d'entrer dans le cycle d'expansion des banlieues. Sur son territoire a été aménagé l'aéroport de Quimper, de catégorie C mais ouvert au trafic international, doté d'une piste de 2 150 m et d'une autre de 800 m et où Air France assure quatre liaisons quotidiennes avec Paris-Orly (130 000 passagers par an). À Pluguffan se tient un Salon celtique; la commune a quelques négoces, comme France-Boissons (60 sal.), Prodis (alimentation, 60), Pro (bois, 60). Le nom se réfère à saint Cuffan mais s'écrit en breton Pluguen, nom attesté au 16e siècle.