Canton de Vauvert

Vauvert

11 200 hab. (Vauverdois), 10 986 ha dont 3 000 de bois et 2 418 de vignes, chef-lieu de canton du département du Gard dans l’arrondissement de Nîmes, 21 km SSO de la préfecture. La ville s’appuie à l’est sur les collines des Costières, dominant à l’ouest la vallée du Vistre; elle a un collège public et tout un ensemble d’entreprises: les conserves de légumes Conserves de France (200 sal., passées à un groupe italien), les eaux-de-vie Finedoc (90 sal.), les aliments pour animaux de compagnie Virbac (50 sal.); petites fabriques d’articles en fil métallique Acor (45 sal.), de fermetures FNR (25 sal.), de plastiques (Sovema, 30 sal.), d'éléments en béton Lib (20 sal.), carrosserie Berger (20 sal.); supermarché Carrefour (45 sal.), négoce de matériaux Valdeyron (40 sal.), négoce interentreprises Sidam (20 sal.), ingénierie Bâtir Conseil (20 sal.), autocars des Transports Gardois (35 sal.). Vauvert avait 4 600 hab. en 1900, 3 700 dans les années 1930, et sa population a crû fortement dans la seconde moitié du 19e siècle, passant le cap des 5 000 hab. en 1962 et celui des 10 000 hab. (sdc) en 1989; elle a augmenté de 800 hab. de 1999 à 2009.

Le territoire communal s’allonge sur plus de 21 km du nord au sud; toute sa moitié méridionale, de l’autre côté du canal de Sète au Rhône, est en Camargue. Il inclut ainsi les grands étangs du Charnier, de Grey et de (ou du) Scamandre ainsi que les marais de la Souteyranne, et va jusqu’au hameau de Sylvéréal au bord du Petit Rhône, englobant l’étang du Plan de Pierre. L’étang du Charnier couvre 357 ha, l’étang de Scamandre 546. Une réserve naturelle a été délimitée au Scamandre (148 ha), accompagnée d’un centre de découverte de 215 ha, géré par le Syndicat mixte pour la protection et la gestion de la Camargue gardoise (SMCG). Au bord du canal, le hameau de Gallician a un port de plaisance et une cave coopérative; il fut le lieu d’une exploitation de pétrole, alors exceptionnelle en France. Le maire est Gérard Gayaud (UMP).

Le canton a 20 100 hab. (18 000 en 1999), 4 communes, 15 990 ha dont 3 454 de bois et garrigues; il touche au sud à la limite du département des Bouches-du-Rhône, au nord à la banlieue de Nîmes. Les autres communes sont Beauvoisin, Aubord et Bernis, proches de Nîmes. La communauté de communes de Petite Camargue a son siège à Vauvert et groupe 5 communes (23 400 hab.), dont Aimargues et Le Cailar. Vauvert est également le siège du pays officiel Vidourle-Camargue, réunissant 4 intercommunalités, 34 communes, 70 200 hab.


Aubord

2 440 hab. (Aubordois), 942 ha dont 244 de vignes, commune du département du Gard dans le canton de Vauvert, 8 km au NE du chef-lieu et 11 km au SO de Nîmes près de la la rive gauche de la Vistre. La commune, qui n’avait que 200 hab. en 1954, a entamé une belle croissance, passant par 480 hab. en 1975 et 1 600 en 1990; elle s'est encore accrue de près de 500 hab. de 1999 à 2009 et les lotissements ont submergé le petit centre villageois originel. Elle est surtout résidentielle, un peu agricole; blanchisserie-location de linge Anett (50 sal.).


Beauvoisin

3 640 hab. (Beauvoisinois), 2 782 ha dont 867 de vignes, commune du département du Gard dans le canton de Vauvert, 6 km au NE de Vauvert dans les collines des Costières. La commune s’étire du nord au sud sur 11 km, dépassant un peu le canal de Sète au Rhône, au bord duquel a été aménagé le petit port de plaisance de Franquevaux. Le canal du Bas-Rhône traverse la partie méridionale de la commune. Elle avait 1 500 hab. à la fin du 19e s. et les a plus ou moins maintenus jusqu’en 1975, puis a doublé ensuite sa population en moins de 25 ans; elle a encore augmenté de 450 hab. entre 1999 et 2009. Des puits de sel gemme ont été exploités dans les collines méridionales. Le relief est quelque peu accidenté, sauf dans la plaine de la Vistrenque au nord.


Bernis

3 170 hab. (Bernissois), 1 280 ha dont 280 de bois, commune du département du Gard à l’extrême nord du canton de Vauvert, 10 km au SO de Nîmes dans le couloir de circulation vers Montpellier et sur la rive droite du Vistre. Bernis avait 620 hab. en 1954; elle a passé les 1 000 en 1968, les 2 000 en 1980, et poursuit sa croissance: elle a gagné 480 hab. de 1999 à 2009; fabrique d’éléments en plastique pour le bâtiment (Saint-Dizier, 35 sal.) et plusieurs petites entreprises dont le stransports Gonzalez (25 sal.) et les carrières de pierres Hansez (25 sal.); maison de retraite la Thébaïde (45 sal.).