Canton de Montastruc-la-Conseillère

Montastruc-la-Conseillère

3 170 hab. (Montastrucois), 1 549 ha, chef-lieu de canton de la Haute-Garonne dans l’arrondissement de Toulouse, 20 km au NE de la préfecture sur une haute butte du Terrefort au-delà de la vallée du Girou. Le centre a quelques rues en damier et quelques belles maisons de brique; gare sur la voie ferrée d’Albi; collège public, lycée professionnel rural privé, centre médico-psycho-pédagogique; travaux publics Latieule (20 sal.), conseil 2I Portage (25 sal.).

La Conseillère était le nom d’un relais de poste sur la route de Toulouse, qui a été ajouté en 1890 pour distinguer la commune de ses homonymes; l’histoire locale officielle attribue ce nom au fait qu’une châtelaine, épouse d’un conseiller au parlement de Toulouse, eut son portrait longtemps exposé au relais, pour l’avoir refusé à un peintre un peu susceptible. La commune avait 800 hab. en 1936 et elle est entraînée dans l’expansion périurbaine toulousaine; elle a passé les 2 000 hab. en 1988 et continue de croître: elle a gagné 650 hab. de 1999 à 2009 (+26%).

Le canton, limitrophe du département du Tarn et traversé par la route et l’autoroute de Toulouse à Albi, a 17 900 hab. (13 500 en 1999), 13 communes, 16 257 ha dont 1 895 de bois. Au nord, le canton dépasse un peu le cours du Tarn à Bessières et à Buzet-sur-Tarn. Au sud-ouest, Lapeyrouse-Fossat est la seule commune au sud du Girou, et ainsi proche de Toulouse, à 12 km.

Garidech (1 590 Garidechois, 711 ha), 3 km OSO de Montastruc, donne sur la plaine du Girou et faisait étape sur la route d’Albi; deux échangeurs de l’A 68 et de la N 88, Intermarché (50 sal.), traiteur Le Padre (25 sal.), assainiissement Metge (25 sal.); travaux publics SCAM (190 sal.). La commune arbore un clocher-mur à trois étages, et les restes d’une commanderie des hospitaliers; en nette croissance, elle n’avait que 320 hab. en 1968; elle a gagné 630 hab. de 1999 à 2009 (+66%).

Bazus (590 Bazusiens, 613 ha), 5 km au NO de Garidech, a doublé sa population de 1970 à 1999 et gagné encore une cinquantaine d’habitants de 1999 à 2006; petit lac collinaire. Montjoire (1 190 Montjoviens, 2 029 ha dont 261 de bois), dont le village est sur une butte à 8 km au NO du chef-lieu, a plus doublé sa population depuis 1954, et gagné 160 hab. de 1999 à 2009. Son nom évoque un mons Jovis sur un site où fut jadis un temple à Jupiter; un fort y fut ensuite fixé; gestion de spectacles ABCE (20 sal.).

Paulhac (1 150 Paulhacois, 1 403 ha) est sur la même ligne de buttes caillouteuses, mais plus proche du chef-lieu et domine la forêt de Buzet; sa population s’étoffe depuis les 380 hab. de 1962 et s’est accrue de 220 habitants depuis 1999. Roquesérière (720 hab., 1 064 ha), également en croissance (290 hab. en 1968), est un autre village des lambeaux de hautes terrasses, mais au nord-est du canton à 5 km au sud du coude du Tarn; la commune a 90 hab. de plus qu'en 1999.


Bessières

3 210 hab. (Bessiérains), 1 668 ha, commune de la Haute-Garonne dans le canton de Montastruc-la-Conseillère, sur la rive gauche du Tarn à 11 km au nord du chef-lieu; supermarché U (30 sal.), usine d’incinération Econotre (85 sal.), négoce agricole Solignac (Jardin et Agriculture, 50 sal.); transports par cars Gérémie (25 sal.); maison de retraite (45 sal.); marchés au gras, tradition très courue d’omelette géante à Pâques, avec confrérie… La commune avait un millier d’habitants dans les années 1930 (mais 1 450 en 1866) et croît depuis. Elle a gagné 960 hab. de 1999 à 2009 (+43%).


Buzet-sur-Tarn

2 320 hab. (Buzétois), 3 019 ha dont 913 de bois, commune de la Haute-Garonne dans le canton de Montastruc-la-Conseillère. Le village est une ancienne bastide sur la rive gauche du Tarn. Son territoire englobe la grande forêt de Buzet, sur une ancienne haute terrasse du Tarn, qui abrita un maquis de la Résistance; golf de Palmola, terrain d'aviation, château de la Laurentie. Buzet n’avait que 820 hab. en 1954 et a encore gagné 890 hab. de 1999 à 2009 (+62%).


Lapeyrouse-Fossat

2 700 hab. (Lapeyrousiens), 949 ha, commune de la Haute-Garonne dans le canton de Montastruc-la-Conseillère, 13 km NE de Toulouse. Elle résulte d'une fusion de 1833 entre Lapeyrouse à l'est et FGossat au sud-ouest; l'habitat est très éparpillé sur les collines de la partie méridionale; le finage atteint au nord le cours du Girou. La commune est surtout résidentielle, et n’avait pas 500 hab. en 1954, 900 en 1975. Elle a encore gagné 620 hab. de 1999 à 2009 (+30%).