Canton de Portet-sur-Garonne

Portet-sur-Garonne

9 700 hab. (Portésiens), 1 619 ha, chef-lieu de canton de la Haute-Garonne dans l’arrondissement de Toulouse, 9 km SSO du centre de Toulouse. Le vieux village est sur la rive gauche de la Garonne au confluent de l’Ariège. La commune est à la bifurcation des couloirs de circulation vers Muret et Tarbes d’un côté, vers l’Ariège de l’autre.

De vastes surfaces sont affectées aux entrepôts, grands magasins et ateliers; menuiseries métalliques Atlantem (70 sal.), Distral (55 sal.), PMMA (50 sal.), Realco (45 sal.), grillages Espès (70 sal.), charpentes métalliques Sopocome (40 sal.); sablières Malet (35 sal.), bétons Parexlanko (85 sal.) et Bonna-Sabla (55 sal.); installations élctriques SPIE (70 sal.) et thermiiques Proxiserve (65 sal.), réseaux et canalisations SPIEcapag (120 sal.) et Spac (50 sal.), travaux publics STTP (40 sal.), maintenance d'ascenseurs Thyssenkrupp (50 sal.); transports Samat (230 sal.), Puldem (Chiche, 30 sal.), routage Datalis (130 sal.).

Portet a un gros centre commercial avec hypermarché Carrefour (530 sal. et 35 au service après vente) et magasins Castorama (130 sal.), Decathlon (120 sal.), Darty (80 sal.), Boulanger (60 sal.), Conforama (55 sal.), Socultur (45 sal.), Go Sport (40 sal.), Toy's R US (35 sal.); négoces France-Boissons (45 sal.), Comptoir du Livre (35 sal.), d'articles sanitaires Spirella (35 sal.), de bouchons Lafitte Liège (35 sal.), vente à domicile d'articles plastiques Spot (85 sal.); nettoyage Ajnet (40 sal.), gardiennage BM (50 sal.).; démantèlement d'épaves Envie 2E (55 sal.). France-Télécom affiche 210 sal.

Portet a un collège public, une petite halle de brique au centre de l’ancien village. La commune inclut au nord le quartier du Récébédou; d'abord cité ouvrière pour l'usine chimique proche (jadis ONIA), il a ensuite servi de camp pour des réfugiés espagnols puis juifs allemands, ce qui explique la présence à Portet du cimetière juif de l'agglomération toulousaine, toujours en service; puis le quartier a été transformé plus tard en lotissement, encadré par l’hypermarché et par le marché de gros de Toulouse.

La commune a une annexe de l’autre côté de la Garonne, où un parc de nature a été aménagé au confluent. Portet («sur Garonne» depuis 1921) avait 870 hab. en 1906 et vers 1925, puis est passée à 2 000 hab. en 1946, 4 500 en 1962, 6 000 en 1975, elle a gagné 900 hab. de 1999 à 2009 mais son territoire est pratiquement saturé et la population plafonne.

Le canton, créé en 1997, a 40 300 hab. (33 500 en 1999), 10 communes, 8 553 ha dont 285 de bois; il s'étire vers le sud dans les vallées de l'Ariège et de la Lèze, incluant Pinsaguel, Roques et Roquettes autour du confluent, Pins-Justaret, Eaunes, Labarthe-sur-Lèze et Lagardelle-sur-Lèze au sud (v. ces noms). Saubens (1 860 Saubenois, 599 ha), qui est juste au NE de Muret, et Villate (780 Villatois, 182 ha), un peu plus à l’est, en sont les communes les moins peuplée, mais en nette croissance: Saubens n’avait pas 200 hab. en 1962 et a augmenté de 540 hab. depuis 1999 (+41%), Villate en avait moins de 130 et en a gagné près de 200 depuis 1999 (+32%).


Eaunes

4 700 hab. (Eaunois), 1 495 ha dont 200 de bois, commune de la Haute-Garonne dans le canton de Portet-sur-Garonne, au SE de Muret. L’habitat y est dispersé parmi les collines et hautes terrasses qui forment la pointe du Terrefort de la Lèze entre les plaines de la Garonne et de l’Ariège. Eaunes avait 400 hab. en 1962, 1 500 en 1975. Elle a augmenté de 1 300 hab. (+38%) de 1999 à 2009. La croissance a amené la commune à se chercher un noyau, notamment en s’équipant d’un centre socioculturel Hermès et d’une zac des Vignes, qui rappelle un passé viticole disparu, près de quelques restes d’une abbaye cistercienne en voie de restauration; magasin Super U (70 sal.), finitions de bâtiment Sol-Façade (45 sal.).


Labarthe-sur-Lèze

4 900 hab. (Labarthais), 1 043 ha, commune de la Haute-Garonne dans le canton de Portet-sur-Garonne, 9 km au sud de Portet dans la plaine de l’Ariège, sur la rive gauche de la Lèze juste avant son confluent avec l’Ariège, 18 km au sud de Toulouse. La commune n’avait que 500 hab. en 1962, 1 700 en 1975; elle n’a toutefois gagné que 200 hab. de 1999 à 2009; fabrique de climatiseurs SNDC (45 sal.); restauration collective Compass (20 sal.), publicité Adrexo (70 sal.); travaux publics Colas (80 sal.); maison de convalescence (Val des Cygnes, 80 sal.).


Lagardelle-sur-Lèze

2 480 hab. (Lagardellois), 1 378 ha, commune de la Haute-Garonne dans le canton de Portet-sur-Garonne, 13 km au sud de Portet et 9 km SE de Muret sur la rive droite de la Lèze à son arrivée dans la plaine de l’Ariège, 22 km SSO de Toulouse; polyclinique (120 sal., 100 lits). La commune n’avait que 900 hab. en 1975 et s’est encore accrue de 280 hab. de 1999 à 2009.


Pinsaguel

2 620 hab. (Pinsaguelois), 520 ha, commune de la Haute-Garonne dans le canton de Portet-sur-Garonne, à 2 km au SO, à la pointe de confluence de l’Ariège et de la Garonne. Cette situation, à 11 km du centre de Toulouse, lui a valu dans le passé une belle renommée de lieu de pêche et de guinguettes: «N’en irem totis à Pinsaguel, pescar la sofia e lo gardel», «nous irons tous à Pinsaguel, pêcher la sophie (l’ablette) et le gardon», est un vieil air toulousain chanté sur l’air guerrier du Guillaume Tell de Rossini; château du 18e s. avec jardins.

La commune est sur le couloir de circulation vers l’Ariège et a reçu de nombreuses petites entreprises; imprégnation du bois CMPH (45 sal.), plats préparés Le Cantonnais (40 sal.), Intermarché (45 sal.), boucherie Bernard (30 sal.), transports Girard (20 sal.); nettoyage SNASO (45 sal.). Pinsaguel avait 780 hab. en 1962, déjà 1 800 en 1975; mais elle n’a gagné que 120 hab. de 1999 à 2009.


Pins-Justaret

4 550 hab. (Pins-Justaretois), 451 ha, commune de la Haute-Garonne dans le canton de Portet-sur-Garonne, 6 km SSO de Portet dans la plaine de l’Ariège. Le finage est bordé à l’est par l’Ariège; assez nombreux ateliers et entrepôts, dont Ermic (Sterela, 90 sal., systèmes électroniques, notamment de comptages routiers), transports Lobex (35 sal.), négoce de carrelages (20 sal.), supermarché Carrefour (30 sal.); collège public. La commune avait 320 hab. en 1954, à peine 1 000 hab. en 1975. Elle a gagné 600 hab. de 1999 à 2009.


Roques

3 720 hab. (Roquois), 930 ha, commune de la Haute-Garonne dans le canton de Portet-sur-Garonne à 3 km au SO de Portet sur la rive gauche de la Garonne et le grand couloir de circulation de Toulouse vers le sud-ouest, avec un complexe d’échangeurs routiers et autoroutiers. Elle n’avait que 330 hab. en 1926, 660 en 1954, et a passé les 2 000 en 1980; elle a encore gagné 700 hab. entre 1999 et 2009 (+23%). Elle est le siège de la communauté de communes d’Axe-Sud, qu’elle forme avec ses deux voisines Frouzins et Seysses.

La commune a de nombreuses gravières, une fabrique de visserie Mecaero (260 sal., groupe Alcoa par Fairchild), une menuiserie métallique Sogedial (30 sal.); un ensemble commercial dit Horizon 2000 avec un hypermarché Leclerc (420 sal.) et les magasins Ikea (360 sal.), Leroy-Merlin (170 sal.), Go Sport (40 sal.), Virgin (30 sal.), Coyer (30 sal.), H&M (25 sal.), Zara (25 sal.); base des autoroutes ASF (40 sal.), enrobés Appia (20 sal.).


Roquettes

3 610 hab. (Roquettois), 336 ha, commune de la Haute-Garonne dans le canton de Portet-sur-Garonne, 4 km au SO de Portet sur la rive droite de la Garonne face à Roques; résidentielle et gagnée par la périurbanisation, elle n’avait pas 170 hab. en 1954, et encore pas 500 hab. en 1975, mais sa progression semble un peu ralentie (+270 hab. de 1999 à 2009).