Canton de Jegun

Jégun

1 210 hab. (Jégunois), 3 925 ha dont 229 de bois, chef-lieu de canton du département du Gers dans l'arrondissement d'Auch, 18 km au NO d'Auch. Le village est juché sur les collines entre la vallée de l'Auloue et celle de son affluent la Loustère, qu'emprunte la route d'Auch à Condom. C'est un ancien castelnau du 11e siècle, aménagé ensuite en bastide de crête; il conserve des maisons anciennes, une halle-mairie, une collégiale des 12e et 15e-19e s. et le château de Lescout au bord de la Loustère (19e s.); la commune abrite un institut médico-éducatif. Jégun a eu plus de 2 000 hab. dans la première moitié du 19e s., et s'est dépeuplée jusqu'en 1975 avant de se stabiliser à peu près; elle a gagné 170 habitants de 1999 à 2009. Elle est le siège de la communauté de communes du Cœur de Gascogne (19 communes, 7 000 hab.).

Le canton, au NO d'Auch, a 3 800 hab. (3 300 en 1990),, 10 communes, 19 303 ha dont 2 153 de bois; il touche à la vallée du Gers au NE, à celle de la Baïse au SO. Lavardens (420 Lavardenais, 3 055 ha dont 275 de bois), 5 km à l'est de Jégun, est connu pour l'imposante silhouette de son gros château féodal, refait au 17e s. et restauré depuis, où l'on peut voir entre autres de très beaux pavements décorés; expositions et animations. La commune a gagné 40 hab. depuis 1999. Au nord de la commune, le site de Fontaine Chaude a une source chaude, jadis exploitée en station thermale, dans la petite vallée du Lahontan, affluent de droite de l'Auloue.

À l'extrémité orientale du canton au-dessus de la vallée du Gers, Roquefort (280 Roquefortois, 721 ha) a gagné aussi 40 hab. depuis 1999; elle s'orne d'un château du 14e s. dont il reste surtout une tour de 20 m; transports Pandele (30 sal.). À Castillon-Massas (260 Castillonnais, 959 ha), 10 km au SE de Jégun, la pépinière et les jardins de Labarthe se visitent. Saint-Lary (260 Saint-Laryens, 967 ha), à 6 km SSE de Jégun, est un ancien castelnau qui domine la Loustère; on y voit les restes de l’enceinte et un château des 13e, 16e et 18e s.; sur la colline d’en face subsiste une pile gallo-romaine de 11 m de haut. Chacune de ces deux dernières a 60 hab. de plus qu'en 1999.

Ordan-Larroque (950 Ordanais, 4 264 ha dont 620 de bois) associe depuis 1828 deux villages du coteau de rive droite de l’Auloue, 8 km au sud de Jégun, fleuris à quatre fleurs. Ordan est dans la vallée de l’Auloue; Larroque, un peu au nord, est un castelnau des 12e-13e s. dominant cette même vallée. La commune a un musée conservatoire municipal d’archéologie et d’histoire, et une tour gallo-romaine; maison de santé. Elle est traversée par l’itinéraire à grand gabarit de Langon à Toulouse (N 24); sa population, supérieure à 1 100 hab. vers 1850, était tombée à 470 en 1968; elle augmente depuis et a encore ajouté 150 hab. entre 1999 et 2009.

Biran (410 Biranais, 3 686 ha dont 645 de bois) occupe le sud-ouest du canton à 15 km ONO d’Auch; le village est un autre castelnau, dont la rue suit la pouge entre Baïse et Auloue; restes des remparts, d’une tour de guet et du château féodal remanié, porte-tour d’entrée avec clocher carré du 17e s.; une tour gallo-romaine dans la vallée de la Baïse. Biran a eu jusqu’à 1 300 hab. vers 1830; mais elle a augmenté de 50 hab. depuis 1999.