Canton d'Audenge

Audenge

5 800 hab. (Audengeois), 8 209 ha dont 4 572 de forêt, chef-lieu de canton de la Gironde dans l’arrondissement de Bordeaux. C’est une active station balnéaire et ostréicole du bassin d’Arcachon oriental, à 45 km SO de Bordeaux; petit port de plaisance, collège public, maison de retraite; horticulture (Atlantic Lys, 35 sal.). Sa population était d’environ 1 300 hab. avant les années 1930, qui ont vu le début de la croissance; puis 2 000 hab. en 1954, 2 500 en 1975, 3 000 en 1990. Le mouvement s’est accéléré: le nombre d’habitants est monté à 4 000 en 1999 et s'est encore accru de 1 800 hab. en 2008, soit + 45%!

Le territoire communal s'étend loin dans les Landes perpendiculairement à la côte NE du bassin d'Arcachon, sur 16 km; grande agriculture à cercles d'irrigation à Lubac. Le château de Certes (18e s.), à la tête d'un domaine de 400 ha, «espace naturel sensible» et protégé, relève du Conservatoire du littoral et l'on y pratique la pisciculture; visites.

Le vaste canton d'Audenge (61 940 ha) a 55 200 hab. (44 200 en 1999) pour 8 communes, dont 41 627 ha de forêt. Il est entièrement dans la forêt landaise, à l'exception des rivages. À l'ouest, il bénéficie de plus de 20 km de côte atlantique. Sa moitié nord s'étend sur la rive septentrionale et occidentale du bassin d'Arcachon et englobe tout le Cap-Ferret, les communes de Lège-Cap-Ferret, Andernos-les-Bains, Arès et Lanton (v. ces noms). Sa moitié sud, avec le chef-lieu, est dans le Parc des Landes; elle inclut à l'est Marcheprime, au sud Biganos, Mios et son carrefour autoroutier et va jusqu'à la gare de Caudos (commune de Mios); aérodrome à Andernos.


Andernos-les-Bains

11 100 hab. (Andernosiens), 2 001 ha dont 1 150 de bois, commune du département de la Gironde dans le canton d’Audenge, 8 km au NO de celle-ci. La mention «les Bains» date de 1898. C’est une station balnéaire et ostréicole au NE du bassin d’Arcachon, 48 km à l’OSO de Bordeaux. Elle dispose d’une grande jetée-promenade et du port de plaisance du Bétey et d'un port ostréicole; vestiges gallo-romains; collège et lycée publics, centre de formation d’apprentis forestiers, médiathèque, casino («Miami», groupe Partouche, 7,5 M€ de recettes, 105e de France, 40 sal.); musée municipal; Intermarché (50 sal.), supermarché Casino (60 sal.);boulangerie Fournil d'Andernos (20 sal.), constructions Collier (30 sal.), traitement des eaux Lyonnaise des Eaux (25 sal.), autocars Citram (50 sal.). Un aérodrome fonctionne depuis 1961 au nord-est, avec une piste en herbe de 1 000 m et un aéroclub. L’«unité urbaine» Insee a 16 500 hab. (14 200 en 1999). La commune avait 5 200 hab. en 1975, 7 000 en 1990; elle a encore gagné 1 600 hab. entre 1999 et 2008 (+17%), dépassant ainsi largement les 10 000 habitants. Elle fait partie de la communauté de communes du Bassin d'Arcachon-Nord (Coban). Le maire est depuis 1974 Philippe Pérusat (UMP).


Arès

5 600 hab. (Arésiens), 4 825 ha dont 4 262 de bois, commune de la Gironde dans le canton d’Audenge, 13 km au NO du chef-lieu. C’est une discrète station balnéaire au nord du bassin d’Arcachon à 48 km OSO de Bordeaux; tourisme, un peu d’ostréiculture et port ostréicole, établissements de cure (dont la fondation Wallerstein, 150 sal. et 91 lits médicaux), clinique, hypermarché Leclerc (150 sal.), village de vacances, colonies de vacances et centre de vacances sur le port; travaux publics Van Cuyck (30 sal.). L’Insee lui attribue une unité urbaine de 12 800 hab., ce qui n’a pas grand sens pour une urbanisation littorale quasi continue dont Arès n’est qu’un centre secondaire. La commune a été créée en 1851 à partir d’Andernos; elle avait 1 200 hab. en 1876, 1 800 en 1900, 2 000 en 1936, 3 000 en 1982 et a gagné 900 hab. de 1999 à 2008. L'urbanisation dessine un grand triangle dont la pointe nord-est touche à la route de contournement, et porte le centre commercial. Des urbanisations annexes se voient à l'est (Saint-Brice, Paco) et au nord-ouest (le Perrey). Le finage s'étend loin vers le nord-est dans la Grande Lande jusqu'à la Saussouze.


Biganos

9 000 hab. (Boïens), 7 728 ha dont 2 500 de bois, commune de la Gironde à 40 km SO de Bordeaux dans le canton d’Audenge, au fond du bassin d’Arcachon. Elle est bordée par l’Eyre et son estuaire à l’ouest, et traversée par la voie ferrée de Bordeaux à Bayonne et à Arcachon. Son territoire s'étend vers le nord-est dans la forêt et inclut à l'est le hameau de l'Argentière sur la route de Bordeaux, au nord ceux de Tagon et Vigneau sur la route d'Audenge. La limite sud du finage suit le cours du ruisseau de Lacanau, afflunt de droite de l'Eyre.

Juste au sud de l'ancien village de Biganos s'est développée l'urbanisation de Facture, autour de la gare et de l’industrie. La grosse papeterie de la Cellulose du Pin (450 sal., groupe irlandais Smurfit) y traite 1,7 Mt de bois par an, apportées surtout par les voies ferrées landaises, et en tire du papier kraft pour emballages; à proximité, métallerie Nordon (100 sal., groupe Fives), mécanique Endel (Siempa, 35 sal.) et Civelier (20 sal.); équipements de contrôle E2M (20 sal.); emballages en bois Lafon (25 sal.). La commune inclut une partie du delta de l’Eyre dans le bassin d’Arcachon; élevage d’esturgeons. L'autoroute A 660 passe un peu au sud du territoire, mais offre un échangeur proche de Facture.

La commune est correctement équipée en services et commerces, dont un hypermarché Auchan (290 sal.) assorti de magasins comme Brico Dépôt (85 sal.), Les Meubles Réunis (35 sal.), Conforama (30 sal.); publicité Distripub (60 sal.), enlèvement d'ordures Onyx (50 sal.); un collège public, collège et lycée professionnel privés, maison de retraite Orpea (40 sal.). Sa population était de 2 000 hab. en 1900, 3 100 en 1936, 3 800 en 1962; la croissance s’est accélérée depuis et le nombre d’habitants se serait accru de 2 000 (+29%) entre 1999 et 2008. L’unité urbaine est donnée pour 14 500 hab. (10 900 en 1999).


Lanton

6 200 hab. (Lantonais), 13 619 ha dont 11 456 de bois, commune de la Gironde en bordure orientale du bassin d’Arcachon à 45 km SO de Bordeaux, dans le canton d’Audenge, juste au nord du chef-lieu mais hors du Parc des Landes. L'habitat est fait d'une série de lotissements le long du bassin, avec une extension vers le nord-est le long de la route qui rejoint la D 106 de Borrdeaux au Cap-Ferret. Trois ports de plaisance y ont été aménagés: Cassy au sud, Taussat au centre, Fontainevieille au nord; grands domaines agricoles au nord-est et pépinière de Blagon (60 sal.), institution pour enfants, maison de retraite Orpea (30 sal.); un Intermarché (60 sal.). Le finage s’étend très loin vers le NE dans la forêt, jusqu’au camp militaire de Souge (20 km); la pointe nord-est est dans le périmètre du CAEPE de Saint-Jean-d'Illac (Centre d'Achèvement et d'Essais des Propulseurset Engins). La commune n’avait que 1 000 hab. dans les années 1930; elle est passée à 1 700 en 1975 et la croissance s’est accélérée depuis. La commune a encore gagné 1 100 habitants entre 1999 et 2007, soit 22%.


Lège-Cap-Ferret

7 500 hab. (Ferretcapiens), 9 362 ha dont 6 887 de bois, commune balnéaire de la Gironde à 50 km O de Bordeaux, dans le canton d’Audenge (18 km NO de celle-ci), sur la rive nord du bassin d’Arcachon. Son nom était Lège tout court avant 1981; sa population n’était que de 500 hab. au milieu du 19e siècle, 800 en 1900, 1 300 en 1936; elle a fortement augmenté dans les années 1950, passant à 3 600 en 1962, puis a atteint 5 000 en 1982 et continue de croître; elle a gagné 1 100 hab. de 1999 à 2008. La commune a un centre de rééducation, avec hôpital privé; collège public, maison de retraite les Tchanques(40 sal.); supermarché U (50 sal.), maçonnerie Arcas (45 sal.), constructions BMC (30 sal.), menuiserie Castillon (20 sal.).

Lège même est un peu à l'écart du rivage, de part et d'autre du canal des Étangs au nord-ouest d'Arès. Le territoire se termine en pointe dans la forêt au nord-est à la Saussouze. À l'ouest, une route mène à la plage du Grand Crohot, très peu habitée, lieu de campings. Vers le sud-ouest, le territoire communal englobe toute la flèche du Cap-Ferret, dont la pointe, face au Pilat, reste mobile. La presqu’île était tout entière du domaine public, et vide, jusqu’aux premières concessions accordées au début du 20e s. côté bassin. La construction a été accélérée avec l’ouverture d’une route en 1929; les lotissements qui ont suivi ont été faits dans le désordre et avec peu de moyens, ce qui a donné à l’urbanisation un aspect peu achevé; toutefois, le Cap Ferret proprement dit a des villas assez cossues. Les principales autres urbanisations sont du sud au nord les stations de Bélisaire, Piraillan, le Piquet et Claouey sur le bassin, d’où l’on a de belles vues sur Arcachon et le Pyla.

Un phare de 52 m signale l’entrée du bassin d’Arcachon, où vivent quelques familles de pêcheurs. Des puits de pétrole ont été forés à l'extrême pointe du cap. La côte atlantique est vide du cap Ferret à Lacanau-Plage sur 32 km (dont 22 km dans la commune) et la bande de dunes a ici sa plus grande largeur (6 km) mais s’effile vers le cap. La réserve naturelle des Prés salés est à l’extrémité nord du bassin d’Arcachon. À l'est dans le bassin, l'île aux Oiseaux est sur le territoire de La Teste-de-Buch.


Marcheprime

4 100 hab. (Marcheprimais), 2 456 ha dont 1 800 de bois, commune de la Gironde dans l’est du canton d’Audenge, en pleine forêt et dans le parc national des Landes, à 28 km SO de Bordeaux sur la route d’Arcachon et la voie ferrée de Bayonne, au croisement de la D 9. Ancien écart de Biganos, elle n’est devenue commune qu’en 1946 et a sa propre annexe autour de la gare de la Croix d’Hins au nord-est; Intermarché (30 sal.), travaux publics Wavrant (35 sal.). Elle n’avait que 700 hab. à ses débuts, est passée à 1 400 en 1982, puis la croissance s’est accélérée; elle a gagné 570 hab. de 1999 à 2008. La ville est le siège de la communauté de communes du Bassin d’Arcachon-Nord Atlantique, la plus peuplée du département (8 communes, 54 100 hab.).


Mios

6 700 hab. (Miossais), 13 741 ha dont 9 000 de bois, commune de Gironde (canton d’Audenge) dans le parc des Landes, sur l’Eyre, à 44 km SO de Bordeaux et 10 km du bassin d’Arcachon; sables et granulats Sibelco (40 sal.), bétons Siporex (50 sal.) à l'allemand Xella (groupe Haniel, Blanchisserie Professionnelle (30 sal.). Très étendue, la commune va de la limite du département des Landes et du hameau de Caudos, sur la voie ferrée, à la forêt communale de Cestas, soit 31 km du SO au NE. Elle inclut à l'est la grande bifurcation des autoroutes vers Arcachon et vers Bayonne, près de laquelle se trouve le gros hameau de Lacanau-de-Mios, Mios proprement dite étant au bord de l’Eyre.

Le finage est limité au nord par le ruisseau de Lacanau; il atteint en pointe au sud-ouest la limite du finage de Sanguinet. Les gros hameaux d'Arnauzon et Lillet prolongent vers le sud-est l'urbanisation de Mios, comme le Petit Caudos au sud-ouest. À l'extrême nord-est, où le territoire de Mios voisine avec celui de Cestas, s'étend le grand domaine agricole des Barrats et Pot au Pin; l'aire de repos des Gargails sur l'autoroute est également dans le finage de Mios. La population de la commune était déjà de 2 600 hab. en 1876, 3 000 en 1900; elle avait un peu décliné ensuite, et se limitait encore à 2 400 hab. en 1975; la croissance s’est manifestée ensuite: 3 800 hab. en 1990 (sdc), puis 5 200 hab. au recensement commplémentaire de 2001, et un gain supérieur à 2 000 hab. entre 1999 et 2008, soit de 44%.