Canton de Saint-André-de-Cubzac

Saint-André-de-Cubzac

9 200 hab. (Cubzaguais) dont 200 à part, 2 315 ha dont 503 de vignes et 200 de bois, chef-lieu de canton de la Gironde dans l’arrondissement de Blaye, à 22 km NNE de la capitale. C’est un éminent lieu de passage (voie ferrée de Paris, A 10 et N 10, N 137), avec un carrefour routier complexe. La ville, sur le relief, a abondance de commerces et services, collège et lycée général et professionnel publics, un collège privé. Son finage comprend à l'ouest une section de la rive de la Dordogne, où le hameau de Plagne offre une halte nautique. Il atteint à l'est le cours de la Virvée, qui sert aussi de limite au canton. Le château du Bouilh, par Victor Louis (1787), est dans les vignes au nord-ouest; au sud-est, l'autoroute offre l'aire de service de l'Estalot (Argedis 30 sal., Autogrill 20 sal.), et à l'est du bourg un échangeur complexe, un autre au nord, qui dessert une zone d'activités avec centre commercial, et l'hippodrome.

La population augmente nettement depuis la guerre (3 500 hab. en 1946, 4 500 en 1968, 6 300 en 1990); elle aurait encore gagné 1 800 hab. de 1999 à 2008, soit 25%. Dans les entreprises ressortent une fmenuiserie Espace Aluminium (30 sal.), un hypermarché Géant Casino (180 sal.), des magasins Intermarché (60 sal.), Carrefour (30 sal.), Leader Price (30 sal.), Bricomarché (25 sal.), Point P (25 sal.), Actifrip (vêtements, 30 sal.), Giraud (vins, 30 sal.) et Œnoalliance (ex-Quancard, vins); entreprises de comptabilité GB (20 sal.), de nettoyage GSF Atlantis (300 sal.) et de location de linge Elis (MAJ, 40 sal.), de gardiennage SSGM (35 sal.); construction de réseaux pour fluides Capraro (45 sal.), travaux publics Boucher (25 sal.), traitement des eaux Hydro Europe Service (30 sal.), transports par autobus Prévost (Ventas, 40 sal.).

Le canton touche à la rive droite de la Garonne et s’étend dans les collines vers le NE; il compte 10 communes et 20 400 hab. (16 900 en 1999) sur 8 650 ha. La communauté de communes du Cubzaguais correspond au canton et siège au chef-lieu. Cubzac-les-Ponts (1 950 Cubzaquais, 892 ha dont 133 de vignes), immédiatement au sud de Saint-André, a trois ponts sur la Dordogne, dont le pont ferroviaire de 188R au nord-ouest (2 200 m), au centre le pont routier construit par Eiffel en 1882, et un pont autoroutier de 1974 (doublé en 2000) au sud; la mention «les Ponts» date de 1885; la population était de 700 hab. vers 1950, 1 100 en 1975; elle s'est accrue de 140 hab. entre 1999 et 2008. Son territoire se divise enttement entre une plaine alluviale traversée par la Virvée, qui fixe la limite communale au sud-est, et une bande septentrionale sur le plateau viticole, où sont les châteaux de Terrefort (61 ha de vignes, groupe Quancard) et du Canada; le contact est assuré par un vigoureux talus rectiligne ouest-est. L'habitat se tient sur le rebord du plateau, hormis au nord-ouest de la plaine, sous les ruines des tours du château des Quatre Fils Aymon, le petit port de Cubzac sur la rive de la Dordogne. La commune a des chais des spiritueux Cusenier (30 sal.)

Saint-Gervais (1 500 hab., 558 ha dont 279 de vignes) est à 4 km NO du chef-lieu; son territoire a 500 m de rive de la Dordogne au sud-ouest et contient une église inscrite du 12e s., des hameaux dispersés et de petits domaines viticoles; réseaux électriques ETE (110 sal.), négoce de vins B. de Tavernay (20 sal.), couverture Ph. Laurent (50 sal.), constructions Dumas (20 sal.); la commune a gagné 260 hab. après 1999. Saint-Laurent-d'Arce (1 300 hab., 807 ha dont 131 de vignes) est juste au nord, le village à 5 km NNO de Saint-André; châteaux de l'Hurbe (18e s., 33 ha de vignes) à l'ouest, de Puymorin à l'est, cave coopérative au sud-est sur la N 137; étangs de gravières juste à l'ouest du village. La moitié nord de la commune est dans les basses terres drainées par le Moron, où sont les hameaux des Thibaud et de Magrigne, ce dernier doté d'une belle petite église classée du 13e s.; vente à domicile Équilibre et Santé (90 sal.). La commune n'avait que 600 hab. au milieu du 20e s. et a encore gagné 270 hab. de 1999 à 2008.

Peujard (1 700 hab., 1 098 ha dont 216 de bois et 184 de vignes) est à 6 km au nord du chef-lieu; le village a un château, une église à très belle façade (11e et 12e s.) provenant d’une ancienne abbaye, une maison de retraite (30 sal.). Son territoire s'étend au nord du village, entre l'autoroute Aquitaine et la N 10. La population est en très forte croissance (600 hab. en 1975, 1 000 en 1990); elle a encore gagné 250 hab. de 1999 à 2008 (+19%). Aussi des lotissements ont-ils pris place au nord-est du village à proximité d'un accès de la N 10 au Bois du Lion, et un nouveau centre est apparu, avec la mairie et un collège public. Le reste de l'habitat se disperse en hameaux; château de la Valade (18 ha de vignes) au nord-est, conditionnement de vins Mauco (65 sal.), décoration et signalétique de salons Les Ortigues (40 sal.).

Virsac (1 000 hab., 360 ha dont 114 de vignes) est une commune sans vrai centre au nord du chef-lieu, entre N 137 et N 10, traversée par l'autoroute munie d'une gare de péage (ASF, 35 sal.); châteaux de Bois-Martin (en partie du 16e s.) au nord-est, Julie (ex-Naudonnet, 17e s., 90 ha dont 40 de vignes) au nord. Sa population s'est accrue de 90 hab. de 1999 à 2008. Saint-Antoine (450 hab., 20 ha), juste au nord du chef-lieu, a un minuscule territoire coincé entre la N 10 et la voie ferrée; elle fut Artiguelongue, puis son nom changea au 13e s. avec l'apparition d'une commanderie d'antonins; elle redevint Dartiguelongue pendant la Révolution. Elle n'avait que 290 hab. en 1999, et a donc gagné 55% de plus en 2008.

Trois communes composent le nord-est du canton. Aubie-et-Espessas (1 100 Aubins, 755 ha dont 306 de vignes) est au NNE de Saint-André-de-Cubzac et résulte d'une fusion ancienne (1813).Sa population a augmenté d'une centraine d'habitants de 1999 à 2008. Son habitat se concentre dans sa partie centrale, où Aubie au nord-ouest et Espessas (église inscrite du 12e s.) au sud-est sont appuyées par Puy Faure au nord-est et la Gruppe au sud-ouest. La vallée de la Virvée, ici légèrement encaissée, fixe la limite du territoire à l'est. Il en est de même pour Gauriaguet (1 100 hab., 537 ha dont 71 de vignes), qui est au nord de la précédente et ajoute à son petit village les deux hameaux de Baillargeau et Gueynard au nord, ce dernier entre la N 10 et la voie ferrée; elle a gagné 150 hab. après 1999. Salignac (1 400 hab., 1 304 ha dont 236 de vignes) est de l'autre côté de la Virvée. Le village, à 7 km NE du chef-lieu, est sur la D 10 et a une église inscrite du 12e s.; Beaucourt est un gros hameau au nord-ouest, Savarias un autre au nord-est; la Girondine des Bois fabrique des emballages (60 sal.). La commune a gagné 190 hab. de 1999 à 2008.