Canton de Saint-Macaire

Saint-Macaire

2 100 hab. (Macariens) dont 140 à part, 179 ha, chef-lieu de canton de la Gironde dans l’arrondissement de Langon à 3 km ENE de la ville, sur la rive droite de la Garonne à l'autre bout des ponts. Ce «village de caractère» resserre ses maisons sur le rebord d'une terrasse de la Garonne. Il est riche d’attraits: portes d’enceinte, château de Tarde (13e, 14e, 16e s.), église et cloître, inscrits (12e s.), place à couverts (15e-16e s.) et maisons anciennes; musée de la poste, aquarium tropical. La population avait plutôt tendance à baisser depuis 1968 (1 770 hab. sdc contre 1 540 en 1999), la commune ne disposent que d'un très petit territoire entre la Garonne et la voie ferrée; mais elle a augmenté très sensiblement, de 470 hab. entre 1999 et 2008, soit +28%. Saint-Macaire est le siège de la communauté de communes des Coteaux Macariens, qui correspond au canton.

Le canton a 9 200 hab. (8 100 en 1999), 14 communes, 8 790 ha; il longe la rive droite de la Garonne et s’étend dans les collines de l’Entre-Deux-Mers. Une petite AOC côtes-de-bordeaux-saint-macaire (vins blancs doux à base de sémillon, sauvignon et muscadelle) existe depuis 1937 pour 11 communes mais ne concerne que 92 ha. Outre Saint-Macaire et les vignes, il attire aussi les visiteurs par la diversité de son patrimoine concentré dans un rayon de 5 km. Saint-Maixant (1 400 hab., 768 ha dont 297 de vignes) est juste à l'ouest du chef-lieu et bénéficie d'un large finage dans la plaine de bord de Garonne, sur la terrasse où la D 10 a fixé l'habitat, sur le coteau et sur le plateau; église inscrite du 12e s. Sa population s'est accrue de 100 hab. entre 1999 et 2008. À l'est du finage au sommet du coteau se voit Malagar (18e-19e s.), le domaine où résida François Mauriac, et qui lui consacre un musée.

Juste au nord, Verdelais (920 hab., 475 ha dont 280 de vignes) est un autre «village de caractère» à 4 km ONO de Saint-Macaire, proposant un musée d’art religieux et la tombe de Toulouse-Lautrec; la mairie occupe un ancien couvent de célestins (17e s.) dont l'église est devenue basilique pour pèlerinages mariaux; les allées forment un site inscrit. Le village est en haut d'un vallon échancrant le coteau, par où descend vers la Garonne le Galouchey. Son finage parvient jusqu'à la rive de la Garonne par une étroite bande le long du Galouchey, juste à l'ouest du territoire de Saint-Maixant, et monte doucement vers le nord sur le plateau viticole.

Quatre communes se partagent la rive de la Garonne en amont du chef-lieu. Le Pian-sur-Garonne (710 hab., 635 ha dont 360 de vignes) est juché sur les collines à 4 km NE du chef-lieu et s'orne du château de Bellecroix (17e s., inscrit); mais son finage atteint le fleuve à l'est de Saint-Macaire, à Fonbonnet, ce qui suffit à justifier son nom. Comme il va jusqu'aux maisons du chef-lieu, il en a reçu le collège public, juste au nord de la voie ferrée; la population s'est accrue de 100 hab. entre 1999 et 2008. En amont dans la plaine de la Garonne et sur la N 113, Saint-Pierre-d’Aurillac (1 400 hab., 652 ha dont 374 de vignes) se tient comme Saint-Macaire sur le rebord de la terrasse mais son finage monte au nord dans le vignoble; fabrique de matériel agricole Gimbre (20 sal.); la commune a gagné 230 hab. après 1999.

Saint-Martin-de-Sescas (510 hab., 819 ha dont 345 de vignes) à 6 km à l'est du chef-lieu et Caudrot (1 100 hab., 612 ha dont 176 de vignes) à 8 km sont dans un site comparable et ont aussi des vignes de coteau, mais dans un paysage aux pentes plus douces, en raison de l'éloignement et de l'affaiblissement local du coteau. Saint-Martin bénéficie d'un pont vers Castets-en-Dorthe; son église d'origine prieurale (12e s.) est classée pour son superbe et large portail roman. Caudrot a gagné 140 habitants après 1999 et a une menuiserie métallique (GF3M, 40 sal.) et une maison de retraite (50 sal.).

Au nord du canton dans les collines, Saint-André-du-Bois (390 hab., 1 000 ha dont 657 de vignes) est sur la D 6 à 8 km au NE du chef-lieu; la commune contient au sud le hameau de la Laurence sur la route à mi-chemin du Pian, et à l'ouest le château de Malromé (14e, 16e, 19e s.). Semens (200 hab., 367 ha dont 141 de vignes) est une petite commune plus à l'ouest, dont village est réduit à la plus simple expression sur une colline, 7 km au nord du chef-lieu. Saint-Germain-de-Grave (150 hab., 616 ha dont 274 de vignes) est à 9 km au nord de Saint-Macaire au bord de la D 19, sur une crête dominant à l'est le ruisseau du Galouchey. Saint-Martial (210 hab., 747 ha dont 465 de vignes), 12 km au NE du chef-lieu, a un finage plus ample et sur une portion de plateau moins acidentée et un peu plus basse; son église du 12e s. est inscrite.

Trois communes se partagent la partie orientale du canton, sur un plateau peu accidenté. Saint-Laurent-du-Bois (230 hab., 741 ha dont 447 de vignes) est plus à l'est, mais sur la grand route (D 622, ex-N 672 vers Sainte-Foy-la-Grande) à 13 km au NE de Saint-Macaire. Sa voisine Saint-Laurent-du-Plan (90 hab., 239 ha dont 99 de vignes) est la plus orientale du canton, à 15 km NE du chef-lieu. Sainte-Foy-la-Longue (140 hab., 937 ha dont 323 de vignes et 232 de bois) est à 11 km ENE du chef-lieu.