Canton de Saint-Symphorien

Saint-Symphorien

1 700 hab. (Paroupians), 10 629 ha dont 8 147 de bois, chef-lieu de canton de la Gironde dans l’arrondissement de Langon, à 21 km SO de la ville dans la forêt landaise. Le village est traversé par la Hure, affluent de gauche du Ciron, et s'est ainsi nommé Lahure pendant la Révolution. La commune a une scierie de la Forestière de Gascogne (Gascogne Wood Products, 60 sal.) au sud-ouest; un collège public, Intermarché (30 sal.), autocars André (40 sal.), maison de retraite, anciens ateliers des chemins de fer (1873-1977); parc et chalet François Mauriac (au Conseil régional); le Cercle Ouvrier, à la fois bar associatif et lieu de culture, remonte à 1898. Au nord-ouest près de Tuzan, se remarque le grand domaine agricole circulaire des Landes de Suzanne; au sud-ouest s'étalent les grands champs de la Grande Téchoueyre et de la Grande Rouqueyre, avec des stations de pompage, comme au sud ceux de la Trougne; hameau de Lassus au sud-est.

L'original gentilé Paroupian dérive simplement de paroisse: Saint-Symphorien ayant constitué une paroisse officielle avant ses voisins, et la paroisse en occitan local étant à l'époque la paroupie, ils ont pris l'habitude de se nommer Paroupians, en d'autres termes Paroissiens… Le mot est resté, et s'est récemment étendu à tout un pays, formé par plusieurs communautés de communes. La communauté de communes du pays Paroupian au sens strict siège au village; elle correspond au canton. La population a baissé à peu près sans arrêt depuis les 2 000 hab. de la fin du 19e siècle, mais la commune vient de regagner 280 hab. entre 1999 et 2008.

Le canton a 7 communes et 4 700 hab. (3 500 en 1999) pour 32 820 ha, dont 27 182 de forêt; il est limitrophe du département des Landes et ses deux tiers occidentaux sont dans le Parc des Landes, l’autre tiers étant non moins boisé mais ouvrant sur le Bazadais. Le village d'Hostens (1 200 Hostensois, 5 764 ha dont 4 418 de bois) est à 15 km ONO du chef-lieu; Hostens fut connue naguère pour l’exploitation des lignites, dont les anciennes carrières abritent des étangs au sud-est de la commune et surtout à proximité du village au nord, où a été aménagée une base de plein air départementale du Parc des Landes; plusieurs hameaux dans la forêt, dont Haudoua à l'ouest, Canet et Rétis au sud-ouest, Sarton à l'est; marais du Cla à l'angle nord-est de la commune. Sa population avait baissé de 1954 (1 300 hab.) aux années 1980 (700); elle remonte depuis et s'est même accrue de 500 hab. entre 1999 et 2008, soit des deux tiers!

Le Tuzan (210 Tuzannais, 1 8àà ha dont 1 467 de bois) est entre Hostens et Saint-Symphorien sur la D 3, 8 km à l'ouest du chef-lieu; domaine de grande culture des Parcs de Peyre au sud-ouest. Louchats (720 hab., 3 924 ha dont 3 269 de bois) est à 14 km NO du chef-lieu; une rocade reliant des hameaux fait les trois quarts du tour du village, par Barban et Pussac au nord, Jordis et Bernon à l'ouest, Janic au sud-ouest, Labite au sud. La commune a gagné 180 hab. de 1999 à 2008 (un tiers). Origne (170 hab., 2 719 ha dont 2 181 de bois) est à 8 km au nord du chef-lieu; grand domaine de culture de Chéou au nord-ouest.

Balizac (420 hab., 4 178 ha dont 4 000 de bois) est à 8 km au NE de Saint-Symphorien; son finage contient au sud-ouest le gros hameau de Triscos; étang de la Ferrière au sud-est dans la vallée de la Hure, hameau de Mahon à l'est. La commune a gagné 100 hab. (+30%) après 1999. Saint-Léger-de-Balson (310 hab., 3 804 ha dont 3 700 de bois) n'est qu'à 2 km à l'est du chef-lieu, au bord de la Hure; le village conserve une église classée des 12e et 16e s.; son finage occupe le sud-est du canton et contient au sud le hameau de Villemégea, à l'est celui de la Burthe; la population s'est accrue de 70 hab. depuis 1999.