Cantons de Pessac

Pessac

58 500 hab. (Pessacais) dont 720 à part, 3 882 ha, chef-lieu de cantons du département de la Gironde en banlieue sud-ouest de Bordeaux. C’est la troisième ville de Gironde après Bordeaux et Mérignac. Sa population a connu une évolution parallèle à celle de Mérignac: 4 000 hab. vers la fin du 19e s., 13 000 en 1936, 24 000 en 1962, 51 000 en 1975; elle a ralenti sa croissance ensuite, mais encore gagné 1 800 hab. de 1999 à 2007. Depuis 1989 la municipalité a une majorité de gauche; le maire est Jean-Jacques Benoît, socialiste, ancien instituteur, également conseiller général du canton de Pessac-2. Les deux cantons de Pessac divisent la commune; Pessac-1 a également un conseiller général socialiste.

La commune est très étendue en direction du sud-ouest, jusqu'à inclure le village de Toctoucau sur la route d'Arcachon. La partie occidentale, en partie encore dans la forêt landaise, comprend le golf de Tartifume et ses villas, une maison de santé, le parc des Sources du Peugue et divers lotissements pavillonnaires, plus le zoo de Pessac au nord. Le territoire communal est longé au sud-est par l’autoroute vers Arcachon et Bayonne (A 63) et traversé par la grande rocade autoroutière bordelaise (A 630), par la voie ferrée vers Bayonn et par la N 520 de Bordeaux à Arcachon; un vaste échangeur autoroute-rocade est au sud du territoire communal, avec un centre commercial et la vaste zone industrielle de Bersol.

Non loin, à l'ouest de la rocade, sont une station électrique, l'hôpital Haut-Lévêque et le domaine Haut-Bacalan, et un peu plus au nord le centre hospitalier régional Xavier Arnozan et le quartier de l'Alouette qui a une mairie annexe, et au nord les espaces de loisirs du Bourgailh (170 ha) avec belvédères sur une ancienne décharge dont on capte le biogaz. La partie orientale comprend, au nord de la voie ferrée, les domaines viticoles du Haut-Brion à l'extrême nord-est, celui du Pape Clément au centre; au sud de la voie ferrée, Pessac inclut à l'est le château de Brivazac(13ee et 18e s.) et une grande partie du domaine universitaire partagé avec Talence, notamment les enseignements et laboratoires de lettres, droit, sciences humaines et économiques.

Pessac abrite de nombreuses activités tertiaires, dont un théâtre, cinqs collèges et trois lycées publics et privés, établissement régional d’enseignement adapté, centre hospitalier public (deux établissements de 140 et 180 lits), une clinique Saint-Martin de 340 emplois (200 lits) et une autre de 160 lits; maison de retraite du Bourgailh (60 sal.); plusieurs châteaux dont Cazalet (18e s.) et Camponac (18e s.) , certains viticoles; maison Le Corbusier (musée dans l’ancienne cité du sucrier Frugès). Il s'y tient un festival international du film d'histoire et un festival de la Rosière. Le château Haut-Brion (16e s., 45 ha de vignes, à la famille Dillon, d’origine états-unienne, depuis 1935), seul grand cru classé de 1855 dans les graves, reste une attraction singulière; visite et musée. Cependant, Pessac héberge aussi les châteaux Pape Clément (19e s., 32 ha de vignes, à Bernard Magrez), Haut-Bacalan (18e s., 7 ha) et les Carmes-Haut-Brion (16e-18e s., 7 ha), Haut-Brana (19e s., 0,5 ha seulement). L’appellation viticole pessac-léognan, acquise en 1988, fait partie des graves et porte sur 9 communes (env. 1 200 ha, 50 000 hl/an en rouge). Les vignerons de Pessac déclarent 126 ha.

Les entreprises privées sont nombreuses dans les services et commerces, avec les bureaux des assurances Axa (600 sal.), du Crédit Commercial (420 sal.) du Crédit Mutuel (Arkea, 50 sal.), le siège des exploitations forestières Smurfit-Comptoir du Pin (100 sal.), des entreprises d’informatique et de conseil comme Atos (600 sal.), Sogeti (270 sal.), Odima (150 sal.), SQLI (70 sal.), Koba (60 sal.), Astek (60 sal.), I2S (60 sal.), Compagnie Fiduciaire (60 sal.), l'ingénierie Ecotech (100 sal.), les laboratoires de recherche pharmaceutique Flamel (290 sal.), ou électronique comme Serma (110 sal.); publicité Mediapost (90 sal.); France Télécom affiche 800 sal.; terrains de camping Siblu (80 sal.). La ville a un centre commercial avec Géant Casino (300 sal.), plusieurs distributeurs comme Cerp (160 sal.) pour les médicaments ou Delzongle (60 sal.) pour la domotique, Carillon 33 (100 sal.) et S3G (100 sal.) pour la presse publicitaire, Flauraud (Aurilis, 580 sal.) pour les équipements d'automobiles, l'Aquitaine de Prêt-à-Porter pour les vêtements (50 sal.).

Le bâtiment et les services associés sont représentés par l'immobilier Pichet (50 sal.) et les Chantiers modernes du Sud-Ouest (100 sal.), les travaux publics Eiffel (95 sal.); Kaefer-Wanner (100 sal.) en isolation; Ineo (150 sal.), Forclum (100 sal.), Enelat (70 sal.) et Coraso (50 sal.) en électricité, Axima Seitha (70 sal.) pour les installations thermiques, la Sogea (210 sal.) et la Générale de Travaux (Sade, 80 sal.) pour les réseaux de fluides, la distribution de chaleur Idex (80 sal.); plus TDN (200 sal.) et Servim (50 sal.) en nettoyage, Lancry (150 sal.), Prosegur (110 sal.) et Loomis (80 sal.) en gardiennage, Sita (130 sal.) en nettoyage urbain, Degrémont pour le traitement des eaux (50 sal.).

Pessac a aussi des industries, surtout en électronique, dont Thales ex-Thomson (920 sal., systèmes aéroportés). Dans d’autres domaines de fabrication, fort divers, se signalent l’atelier national de la Monnaie (400 sal.), la biscuiterie Curat Dop-Le Chat Botté (150 sal.), les bougies et cierges d’Aquitaine Bougies (55 sal.), les appareils électriques Schneider (50 sal.); mécanique Madic (50 sal.). La commune propose au total six parcs d’activité dont un parc technologique dit Productic.