Canton de Castries

Castries

5 750 hab. (Castriotes), 2 405 ha dont 371 de bois et 367 de vignes, chef-lieu de canton du département de l'Hérault dans l'arrondissement de Montpellier, 13 km au NE de la préfecture. Cette grande commune des garrigues montpelliéraines, mentionnée comme Castra (le château) au 9e s., a été propriété des Rohan puis berceau d'une famille devenue célèbre dans les armes. Laissant une grande place aux garrigues (1 000 ha), soignant des vergers mais ayant réduit ses vignobles de moitié entre 1988 et 1998 (cave coopérative, AOC coteaux-du-languedoc), elle est traversée par la N 110, tandis que sa limite méridionale suit la Via Domitia (chemin de la Monnaie).

Le bourg est de forme ronde dans sa partie ancienne, tassée autour du château renaissance des 16e-17e s. Entouré d'un parc dessiné par Le Nôtre, légué à l'Académie française, le château est confié par elle à la Région Languedoc-Roussillon, qui y place des activités culturelles. L'aqueduc de 6 800 m, qui enjambe la ville en 120 arceaux, est une œuvre de Riquet (1676); pont du 18e s. Au NE, le château de Fontmagne réunit une pièce d'eau et un canal donnant sur le Bérange, un centre aéré et un centre équestre. À l'ouest subsistent des restes d'une ancienne commanderie de templiers à Bannières.

La commune, résidentielle, a un collège public et peu d'entreprises; informatique Epsilog (40 sal.), transports Manrique (35), nettoyage PLD (60); des carrières pourraient accueillir des déchets ultimes de l'agglomération. La population communale s'est longtemps tenue autour de 1 100 hab., et a commencé à croître dans les années 1960, passant à 2 500 hab. en 1976, 4 000 en 1990.

Le canton a 43 300 hab. (39 400 en 1999), 18 communes, 16 921 ha dont 2 599 de bois et garrigues. Il comprend deux parties distinctes. Tout au sud, passe l'actif couloir de circulation de Montpellier à Nîmes et les anciens villages sont devenus des villes, comme Vendargues, Baillargues et Saint-Brès. Sussargues et Saint-Drézéry, plus au nord, ont également dépassé 2 000 hab. À l'ouest, Jacou et Teyran sont des banlieues de Montpellier qui ont également atteint ce stade. Le reste du canton est dans un paysage de basses collines de garrigues viticoles. À l'ouest, Assas (1 570 Assadins, 1 911 ha dont 452 de bois et 200 de vignes), un peu plus éloignée sur les reliefs des garrigues à 12 km au nord de Montpellier, reste marquée par son château du 18e s., édifié sur les ruines de l'ancien château fort, et qui possède une collection d'instruments de musique anciens. Elle a aussi une cave coopérative (40 000 hl). Assas n'avait que 300 à 400 hab. entre 1900 et 1970, puis s'est peuplée de villas et a encore gagné 250 hab. de 1999 à 2009; magasin Bigmat (20 sal.). Le canton se termine au NE au contact du département du Gard.

Restinclières (1 570 Restincliérois, 653 ha dont 123 de vignes), 7 km au NE de Castries sur la N 110, a gagné 400 hab. entre 1999 et 2009, soit plus du tiers. Saint-Geniès-des-Mourgues (1 650 Saint-Geniérois, 1 137 ha), 5 km ENE de Castries, exploite plus de 550 ha de vignes (AOC coteaux-du-languedoc et coteaux-du-languedoc-vérargues), ainsi que de grands vergers; ancienne église abbatiale du 15e s.; cave coopérative de 46 000 hl, arènes. La commune était seulement Saint-Geniès avant 1894. Elle avait 770 hab. à cette date, 620 en 1954 et sa population s'est mise à croître ensuite, surtout de 1975 à 1990; elle a ajouté 220 hab. entre 1999 et 1999. Ces deux communes font partie de l'agglomération de Montpellier.

Plus au nord Galargues (640 Galarguains, 1 143 ha), 8 km à l'ouest de Sommières, est restée hors de l'agglomération; elle a une cave coopérative (41 000 hl) et 340 ha de vignes; la population croît depuis le minimum de 1975 (250 hab.) mais modérément en raison de la distance à Montpellier (26 km); elle a augmenté de 120 hab. depuis 1999. Saint-Jean-de-Cornies (680 hab., 311 ha), 2 km au NE de Saint-Drézéry, est le siège de la petite communauté de communes Ceps et Sylves (6 communes, 2 300 hab.) et a gagné 200 hab. de 1999 à 2009.


Baillargues

6 200 hab. (Baillargois), 768 ha, commune du département de l’Hérault dans le canton de Castries, 13 km au NE de Montpellier, intégrée à la banlieue et en croissance rapide sur l’axe de circulation vers Nîmes. Elle a équipé plusieurs zones d’activités dont la principale entreprise est Profils-Systèmes pour les profilés d’aluminium (160 sal.) et le négoce de métaux (330 sal.); imprimerie et marquage Fasver (65 sal.), matériel de signalisation Girod (50 sal.), fabrique d'accessoires pour camions Resma (40 sal.), menuiserie Norba (20 sal.), métallerie Laude (20 sal.); transports Rouillé-Coulon (110 sal.); informatique Prosodie (20 sal.), essais et contrôles Apave (20 sal.), maçonnerie EMF (40 sal.), peinture Sofaper (20 sal.), travaux publics Eurovia (90 sal.), nettoyages Nickel (80 sal.) et Austral (50 sal.); négoces de menuiseries Vial (50 sal.), de matériel agricole Prosjet (25 sal.), de métaux Kawneer (20 sal.), de matériaux M+ (20 sal.), publicité Mediapost (70 sal.).

La ville a un collège public, une cave coopérative, un Intermarché. Elle s’orne d’une église romane du 12e s. et tient un festival annuel du cinéma d’animation. Le finage comprend quelques domaines viticoles de plaine, un parc et le terrain de golf de la Massane, avec hôtellerie (55 sal.); école privée au château de Massane (30 sal.). Le nom était Baillargues-et-Colombiers avant 1908; la commune avait un millier d’habitants dans la première moitié du 20e siècle; elle a crû rapidement après 1970, mais n’a gagné que 300 hab. entre 1999 et 2009, ce qui toutefois lui a permis de passer les 6 000.


Jacou

4 800 hab. (Jacoumards), 342 ha, 4 940 hab. (Jacoumards), 342 ha, commune de l’Hérault, dans le canton de Castries, 7 km NNE de Montpellier. C’est une banlieue résidentielle en croissance rapide au pied des garrigues, juste au nord de l’ancienne Via Domitia; piscine intercommunale, zone artisanale et industrielle de la Plaine (ZA Clément-Ader, 5 ha, environ 250 emplois), avec centre commercial avec Intermarché (100 sal.), Bricomarché (20 sal.); une fabrique d'articles métalliques de quincaillerie et ameublement (Tanys, 40 sal.), installations thermiques Sanithermic (45 sal.), deux sociétés d’ingénierie géologique et de bâtiment (Ginger CEBTP, 25 sal.) et d'hydrologie (Fugro-Geoid, 30 sal.), gardiennage Action Sécurité (45 sal.); collège public, institut médico-éducatif; château du 18e s., avec parc. La deuxième ligne du tramway montpelliérain a son terminus à Jacou à la fin de 2006, ce qui devrait attirer de nouveaux résidants; la population est passée de 250 hab. en 1968 à 1 800 en 1975, 3 800 en 1990; elle n'aurait toutefois gagné que 150 hab. de 1999 à 2009.


Saint-Drézéry

2 180 hab. (Saint-Drézériens), 1 047 ha, commune du département de l'Hérault dans le canton de Castries, 10 km au nord du chef-lieu. Située dans les garrigues montpelliéraines, elle est la principale commune viticole du canton, exploitant 200 ha de vignes de qualité, dont des AOC coteaux-du-languedoc et coteaux-du-languedoc-saint-drézéry, sur des sites déjà réputés au 17e s. Le château Puech-Haut s'y est fait une belle réputation (100 ha, 500 000 bouteilles par an). Mais elle devient aussi une cité résidentielle du périurbain montpelliérain: la commune n'avait que 570 hab. en 1975 et se peuple rapidement depuis. Elle a encore gagné 400 hab. entre 1999 et 2009, ce qui lui a fait largement passer le cap des 2 000 hab.


Sussargues

2 560 hab. (Sussarguois), 648 ha, commune du département de l’Hérault dans le canton de Castries, 6 km au NNE du chef-lieu et à 18 km NE de Montpellier; un y cultive 140 ha de vignes (AOC coteaux-du-languedoc), avec cave coopérative; mais la commune est de plus en plus résidentielle et se garnit de lotissements de villas; nettoyage VIP (35 sal.). Elle n’avait que 250 hab. en 1962, et a dépassé les 1 000 en 1982; elle a encore gagné 410 hab. de 1999 à 2009.


Teyran

4 500 hab. (Teyrannais), 1 004 ha, commune du département de l’Hérault dans le canton de Castries, 10 km NNE de Montpellier, en pleine croissance dans les collines de garrigues de la banlieue nord de Montpellier; on y cultive encore 130 ha de vignes et il reste environ 250 ha de garrigues. Le site de fouilles de Montbeyre la Cadoule s’accompagne d’une exposition. La commune a quelques entreprises périurbaines comme les installations électriques Travesset (50 sal.), et une petite fabrique de fanions, dossards et autres supports textiles Oriflam (35 sal.); cave des Vignerons de Cabrie (25 sal.). Teyran n’avait que 480 hab. en 1962, 920 en 1975, et a crû très vite ensuite; l'accroissement de 1999 à 2009 se serait toutefois limité à 200 hab.


Vendargues

5 550 hab. (Vendarguois), 898 ha, commune du département de l’Hérault dans le canton de Castries, 2 km au SO de celle-ci et 9 km au NE de Montpellier, en continuité avec l’urbanisation montpelliéraine. Elle a une cave coopérative (90 000 hl) sur la N 113: on cultive encore 370 ha de vignes dans la commune, qui offre un «espace naturel et de loisirs» (le Petit Paradis) et une ferme animalière. Elle a eu environ un millier d’habitants du milieu du 19e s. au milieu du 20e; la population a commencé à augmenter à partir de 1965 et croît toujours, mais d'un peu moins de 200 hab. seulement entre 1999 et 2009.

Vendargues est surtout un site d’activités de banlieue, grâce à une grande zone industrielle (150 ha) complexe, servie par un embranchement ferroviaire particulier, qui remonte à 1970 et a d’abord abrité une très grande usine de tubes de céramique travaillant pour les centrales nucléaires du Rhône, fermée dès 1980. La zone compte environ 1 700 emplois; d’autres la prolongent le long de la N 112 où la plate-forme logistique du groupe de distribution Système U occupe 310 personnes, auquel s'ajoute un service informatique (30 sal.).

Les principales autres entreprises couvrent un assez large éventail de secteurs: tôleries-chaudronneries Suc (50 sal.) et LPF Aéero (25 sal.), matériel audiovisuel Hymatom (45 sal.), conserves de poisson Belmonte (40 sal.), emballages plastiques Isobox (35 sal.), fabrique de peintures Chabaud (25 sal.), charpentes Techni-Bois (25 sal.), éléments en béton Bonna-Sabla (45 sal.) et Mialanes (40 sal.), fermetures Melmar (20 sal.), produits diététiques Nova Pharm (20 sal.); transports Belleville (45 sal.), La Languedocienne (70 sal.), TFE (frigorifiques, 50 sal.) et Trafico (20 sal.); maçonnerie Darver (75 sal.), étanchéification Midi-Asphalte (35 sal.), maintenance d'ascenseurs Otis (20 sal.); travaux publics Screg (25 sal.), carrières de la Madeleine (25 sal.); négoce de matériaux Kawneer (120 sal., aluminium pour bâtiment), magasin Leader Price (25 sal.), publicité MDP (30 sal.); blanchisserie RLD1 (70 sal.), nettoyage Rentokil (25 sal.), collecte de déchets Sita (65 sal.).