Canton de Lattes

Lattes

16 100 hab. (Lattois),, 2 783 ha dont 218 de vignes, chef-lieu de canton du département de l'Hérault dans l'arrondissement de Montpellier, 5 km au sud de la préfecture. La commune de Lattes s'interpose entre Montpellier et les étangs. Au nord, sa limite correspond à peu près au tracé de l'autoroute A 9 km; à l'ouest, elle est calée sur le cours de la Mosson; au sud, elle incorpore la rive nord de l'étang du Méjean; à l'est, elle sinue entre les lotissements et zones d'activités, touchant aux urbanisations de Pérols et lançant une pointe au NE presque jusqu'à la Méjanelle. L'urbanisation comporte plusieurs ensembles.

Côté ouest, où passe la voie ferrée Narbonne-Nîmes, entre vignes et cultures maraîchères, s'isole Maurin, village fait d'un ensemble de lotissements, de collectifs et de serres, doté d'une mairie annexe et d'un bassin décoratif; zone artisanale de Courtoujours, institut coopératif du vin à la jasse de Maurin, un peu à l'ouest. Au sud, s'est entassée l'énorme décharge urbaine du Thot, en cours de réhabilitation. La partie centrale de la commune se tient le long du Lez canalisé, flanqué de la route à quatre voies qui relie Montpellier à Palavas.

L'émulation entre municipalités y a fait surgir récemment l'ensemble résidentiel et touristique de Port-Ariane, défi au Port-Marianne montpelliérain, avec un port de plaisance (120 places) et un multiplexe de cinémas. Tout un ensemble de bâtiments et de lotissements l'entoure et forme le centre de la commune, avec collège public, arènes, parcours et terrains de sports, ainsi que le musée archéologique Henri-Prades et les fouilles du site gallo-romain dont il est issu. Lattes apparaît ainsi plutôt comme une coupe à travers l’agglomération montpelliéraine et le littoral que comme une commune homogène, mais témoigne d’un effort d’aménagement qui vise à relier tous ces éléments.

Vers le sud, le Lez est flanqué de plusieurs campings, de salins et d'une Maison de la nature. Au nord, vers Montpellier, se trouve au bord du Lez la grosse station de traitement des eaux de la Céreirède, rénovée en 2005 et mise aux normes européennes, entourée de serres; un peu à l'écart, le mas de Saporta est le fief des vignerons des Coteaux-du-Languedoc. Enfin, à l'est, tout un vaste ensemble de surfaces commerciales s'est concentré autour de la route de Montpellier à Carnon, dont un hypermarché Carrefour de 570 sal. Castorama (180 sal.), Brico-Dépôt (100 sal.), Conforama (80 sal.), But (45 sal.), Jardiland (40 sal.), Toys'R'Us (40 sal.), Sportis (35 sal.), Intersport (30 sal.), Leader Price (30 sal.), Go Sport (25 sal.), ainsi qu’une zone artisanale, des lotissements, des campings et un nouveau lycée (quartier de Boirargues). Au total, Lattes a 8 hôtels (350 chambres), 7 campings (1 500 places) dont 3 de luxe (1 100 places), mais fort peu de résidences secondaires.

Les autres gros employeurs sont les équipements de contrôle Schneider Electric (430 sal.); des bureaux comme ceux du Crédit Agricole (800 sal.), de la Safer (aménagement rural, 80 sal.) et de l’Apave (contrôles et essais, 115 sal.), ingénierie Fortiori (40 sal.), services aux PME Jed'Services (60 sal.). Dans le bâtiment, installations thermiques Axima (45 sal.), installations électriques Ineo (110 sal.), Bondon (35 sal.), peintures Solares (25 sal.), revêtements Estivill (20 sal.), location de matériel Technovia (35 sal.), espaces verts Pousse-Clanet (30 sal.) et Sarivière (25 sal.); vente par correspondance UP Com (35 sal.); nettoyages Onet (440 sal.) et Arco (25 sal.),; gardiennages GIP (120 sal.) et Néo-Croissance (100 sal.); transports Sotrab (50 sal.), Mory (35 sal.), Schenker-Joyau (20 sal.), TME (20 sal.).

La partie sud-orientale de la commune, vers Pérols, a été préservée de l’urbanisation; on y voit quelques domaines, des vignes, des campings, des pacages de bord d’étang; discothèque la Villa Rouge aux Reganéous (40 sal.), camping-restaurant Siblu (le Lac des Rêves, 50 sal.); un multiplexe de cinéma (CGR, 25 sal.); maisons de retraite, dont l'Ensoleillade (20 sal.). La ville organise en juin-juillet un festival de musique électronique (l’Été à Villa Rouge) et en août un festival de théâtre (les Nuits d’En Civade).

Lattes avait moins de 500 hab. avant 1886, environ 1 200 entre 1920 et 1950, et la population s’est mise à croître ensuite, surtout après 1970, passant les 5 000 hab. en 1979 et les 10 000 hab. en 1989. Elle s'est accrue de 2 200 hab. entre 1999 et 2009. Le maire est Cyril Meunier, divers gauche, également conseiller général. Le canton de Lattes compte trois communes, avec Palavas-les-Flots et Pérols, soit 30 300 hab. (26 900 en 1999) sur 3 622 ha.


Palavas-les-Flots

6 100 hab. (Palavasiens), 238 ha, commune du département de l'Hérault dans le canton de Lattes, 11 km au SE de Montpellier. Ancien port de Sextantio puis de Montpellier, Palavas est au débouché du Lez et en bord de mer. D'anciennes «cabanes de Mauguio» ont été érigées en commune en 1850; le nom, dont l'origine est très débattue, vient probablement de palus (les marais); il était d'ailleurs l'ancienne appellation du grau correspondant à l'embouchure du Lez. Le train y est arrivé en 1872, devenu le fameux «petit train» caricaturé par Dubout; le classement en station balnéaire é été obtenu en 1924, «Les Flots» a été ajouté en 1929, comme élément publicitaire qui a plus amusé qu'impressionné.

Le territoire communal se limite à une portion du cordon littoral et aux levées qui encadrent le débouché du Lez — plus une partie des étangs. Le centre-ville est de part et d’autre de l’embouchure du Lez, franchie par une télécabine; un nouveau port de plaisance a été ouvert en 1997 et offre 1 000 places, plus 200 le long du canal; école de voile, casino depuis 1978 (60 emplois, au groupe Partouche, 41e en France et 4e de la région avec 21 M€ de jeux). La commune a 9 hôtels (210 chambres) mais aucun de luxe, et quatre campings (200 places) dont un de luxe (350 places), plus 4 000 résidences secondaires (51% des logements).

Côté ouest, la commune inclut 2 km de lido (caillouteux) où ont trouvé place un Institut marin de l’Ifremer (25 emplois), des immeubles d’appartements, une station d’aquaculture et un camping. La commune englobe la moitié de l’étang du Prévost, les berges du Lez au croisement du canal de Sète au Rhône (les Quatre Canaux) et, un peu en amont, une série de cabanes le long du Lez. Côté est, elle s’étire sur 4 km de plage, avec des lotissements, immeubles, pavillons et campings, des installations sportives, des arènes; supermarché Carrefour (40 sal.), conseil Spotter (30 sal.), brasserie Rive Gauche (35 sal.) et restaurant New Port (25 sal.), camping des Roquilles (20 sal.).

Un château d’eau réaménagé en restaurant panoramique tournant (janvier 2000) et rebaptisé Phare de la Médierranée est devenu l’un des lieux les plus visités du département (330 000 visiteurs par an). Le musée Albert Dubout occupe depuis 1992 l’ancienne redoute de Ballestras, édifiée en 1743 contre les pirates, puis déplacée en 1991-1996. La commune englobe l’étang du Grec et la partie occidentale de l’étang du Méjean; zone artisanale du Grec; centre d’aide par le travail, centre de rééducation (Institut marin Saint-Pierre), maison pour enfants spécialisée. En 2004 a été immergée une conduite de polyéthylène et béton de 11 km de long et 160 cm de diamètre, destinée à évacuer au large les effluents liquides de l’agglomération de Montpellier. Mais la municipalité a jugé bon de quitter la communauté d’agglomération de Montpellier en 2005 pour rejoindre celle de l’Étang de l’Or, et des conflits d’usages et de projets se sont multipliés depuis. La commune avait 700 hab. à sa création, 1 500 en 1936, 2 500 en 1969, et a passé le cap des 5 000 en 1996. Elle s'est accrue de 700 hab. entre 1999 et 2009.


Pérols

8 600 hab. Péroliens, 601 ha, commune du département de l’Hérault dans le canton de Lattes, 8 km au SE de Montpellier. Si le finage de Pérols ne touche pas à celui de Montpellier, la ville est pleinement intégrée dans l’agglomération, et sa surface est presque complètement urbanisée. Le territoire englobe une partie de l’étang du Méjean, dite étang de Pérols, et l’extrémité occidentale de l’étang de l’Or, complétée par le petit étang des Salins. Il inclut l’isthme de séparation des étangs du Méjean et de l’Or, avec le grau de celui-ci, jusqu’au bord du canal de Sète au Rhône (Port de Carême et Cabanes de Pérols). Il est traversé par la voie rapide de Montpellier à La Grande-Motte. L’ancien centre, aux rues en quadrillage, est complètement submergé par les lotissements récents. La ligne 3 du tramway de Montpellier aboutit à Pérols.

La commune avait un millier d’habitants de 1860 à 1960, puis a grandi, passant par 3 400 hab. en 1975 et 6 600 en 1990. Elle a encore reçu 800 hab. de plus entre 1999 et 2009. Pérols héberge un collège public, une grande zone commerciale et le Parc des Expositions de Montpellier. Parmi les principaux employeurs figurent des grandes surfaces commerciales de la route de Montpellier à la mer comme l’hypermarché Auchan (490 emplois), les meubles Alinéa (70 sal.), Kiabi (vêtements, 70 sal.), Darty (45 sal.), Lapeyre (matériaux, 40 sal.), Kiloutou (30 sal.), Konica-Minolta (20 sal.), Porcelanosa (20 sal.), La Halle (20 sal.).

Les entreprises de services sont devenues nombreuses: téléconférences Arkadin (30 sal.), informatique Cap Gemini (180 sal.), Sogeti (90 sal.), Française de Services (50 sal.), Clior (25 sal.), I2A (20 sal.), Mediscs (20 sal.), SPIE (20 sal.); comptabilité In Extenso (25 sal.); asurances MMA (20 sal.); aide à domicile Ocealis Homwell (20 sal.); nettoyages Ciel Vert (45 sal.), Brals (35 sal.), gardiennage A2P (25 sal.), immobilier Genapi (190 sal.) et Capi Sud (45 sal.), foires et salons Enjoy Montpellier (40 sal.), formation d'adultes Mayor (40 sal.), LDS (25 sal.) et 2SI Interactive (25 sal.); installations électriques Multitec (160 sal.) et Sogetrel (110 sal.); sables et granulats LRM (20 sal.). Au sud, quelques installations de sports et de camping ont été préservées; maison de retraite la Martegale (25 sal.).