Canton de Montfort-sur-Meu

Montfort-sur-Meu

6 300 hab. (Montfortais), 1 402 ha dont 397 de bois, chef-lieu de canton d'Ille-et-Vilaine dans le canton de Rennes; cette ancienne sous-préfecture, qui a conservé quelques maisons anciennes et une tour du Papegaut de 1389, a été presque entièrement détruite par les bombardements de 1944; reconstruite en grès rouge, elle a repris sa croissance dans les années 1970 par l'implantation d'activités agro-alimentaires et l'effet de la suburbanisation rennaise. L'abattoir-usine de viandes de la Cooperl occupe 460 personnes; s'y ajoute un atelier du Grand Saloir Saint-Nicolas (60 sal., groupe Coste).

Montfort a aussi un collège public et un privé, un lycée général public (780 élèves) et un lycée professionnel rural privé; institut médico-éducatif, hôpital local (15 lits); transports par cars Pollet (25 sal.), installations électriques Santerne (25 sal.). La tour, après avoir servi de prison, abrite un écomusée du pays de Montfort; l'ancienne abbaye, qui a conservé son cloître, un centre de formation agricole. La ville a aménagé une grande piscine intégrée (Ocelia); une forêt communale est au sud de la ville, abritant le dolmen dit du Grès de Saint-Méen. La population est en croissance soutenue, en raison de la proximité relative de Rennes: 2 500 hab. en 1954, 3 100 en 1975; elle a gagné 1 300 hab. (+23%) de 1999 à 2008. La communauté de communes Montfort Communauté associe 8 communes pour 22 600 hab. sur 19 500 ha.

Le canton a 27 300 hab. (22 900 en 1999), 11 communes, 21 327 ha dont 1 484 de bois; il touche au SO à la forêt de Paimpont et il est traversé au nord par le couloir de circulation de Rennes à Brest où se trouvent Bédée et Pleumeleuc, ainsi que Bréteil et La Chapelle-Thouarault plus au sud, tandis que les grandes communes de Talensac et Iffendic se partagent le sud et l'ouest du canton (v. ces noms). Le Verger (1 570 ha), 9 km au sud du chef-lieu, bordée au sud par le Rohuel et au nord par le Serein, accueille le traiteur LV Restauration (25 sal.); le bourg s'est entouré de lotissements de pavillons et sa population s'est accrue de 460 hab. entre 1999 et 2008, soit +41%.


Bédée

3 900 hab. (Bédéens), 3 895 ha, commune d’Ille-et-Vilaine dans le canton de Montfort-sur-Meu, 5 km au nord du chef-lieu au bord de la N 12, à 23 km du centre de Rennes; salaisons du Grand Saloir Saint-Nicolas (290 sal.), entreposage frigorifique Sofrica (45 sal.), transports Péronnet (25 sal.), Tremblaye (25 sal.) et Transmaine (20 sal.); meubles de magasin Celtic Agencements (25 sal.), restauration collective Resteco (35 sal.). Le village est entouré de lotissements pavillonnaires et proche d ePleumeleux, qui est de l'autre côté de la N 12. Son finage touche au sud aux maisons de Montfort-sur-le-Meu. La population a doublé depuis 1965 (1 700 hab.) et a encore augmenté de quelque 500 hab. entre 1999 et 2008.


Breteil

3 440 hab. (Breteillais), 1 470 ha, commune d’Ille-et-Vilaine dans le canton de Montfort-sur-Meu, 5 km à l’est du chef-lieu et à 18 km du centre de Rennes, dont elle devient un satellite résidentiel: elle n’avait que 830 hab. en 1968, contre 1 400 en 1880; elle a encore gagné 340 hab. entre 1999 et 2008; supermarché U de 160 salariés, sexage de volailles (France-Sexage, 20 sal.), travaux publics Perotin (30 sal.).


Chapelle-Thouarault (La)

2 000 hab., 764 ha, commune de l'Ille-et-Vilaine à l'extrémité orientale du canton de Montfort-sur-Meu, 8 km à l'est du chef-lieu. La commune est presque enclavée dans le canton de Mordelles, 15 km à l'ouest du centre de Rennes: sa population a bondi depuis les 450 hab. de 1968, passant au-delà de 1 500 dès 1982. Le nom breton serait Bredual.


Iffendic

4 200 hab. (Iffendicois), 7 366 ha dont 722 de bois, commune d'Ille-et-Vilaine dans le canton de Montfort-sur-Meu, 7 km à l'ouest du chef-lieu au bord du Meu; Ilfentig en breton; église (12e-18e s.), plusieurs châteaux du 19e s. La commune, très étendue et agricole, touche tout au sud à la forêt de Paimpont et inclut le grand étang de Trémelin (42 ha), dans un des vallons de tête du Meu, entouré d'un parc de loisirs de 200 ha et qui reçoit 150 000 visiteurs par an. Elle a depuis 2006 une éolienne (2 MW, 5 GWh). Une entreprise de presse gratuite (Hebdo Print) s'est installée dans la commune et emploie 80 personnes. Elle a depuis 2006 une éolienne (2 MW, 5 GWh). Une entreprise de presse gratuite (Hebdo Print) s’est installée dans la commune et emploie 60 personnes; transports Jehanin (40 sal.). La population communale augmente depuis 1975 (2 400 hab.) et s'est accrue de 1100 hab. entre 1999 et 2008, soit de plus d'un tiers; mais elle avait largement dépassé les 4 500 hab. au 19e siècle.


Pleumeleuc

2 740 hab. (Pleumeuleucois), 1 951 ha, commune d’Ille-et-Vilaine dans le canton de Montfort-sur-Meu, 7 km au NNE du chef-lieu; le nom est plou de (saint) Melaine. La commune a une zone d’activités au bord de la N 12 qui la traverse au sud (échangeur); usine de viandes DLB (Bahier, 60 sal.), menuiserie Pépion (35 sal.), maçonnerie CNR (80 sal.); installations électriques ACS (40 sal.); supermarché Leclerc (70 sal.), vente à domicile Tyviande (25 sal.), négoce de matériels de piscine Procopi (30 sal.). La société de tir à l’arc de Pleumeuleuc est réputée. La ville avait moins de 1 000 hab. en 1962 et participe à la périurbanisation rennaise, Rennes étant à 22 km et directement accessible par la voie rapide N 12; sa population s'est accrue de 570 hab. entre 1999 et 2008, soit +26%.


Talensac

2 350 hab. (Talensacois), 2 161 ha, commune d'Ille-et-Vilaine dans le canton de Montfort-sur-Meu, 5 km au SE du chef-lieu: située à 20 km du centre de Rennes, Talensac est en nette croissance depuis les 900 hab. des années 1960; mais elle avait largement dépassé les 1 500 hab. déjà au 19e siècle; la population semblait plafonner depuis 1990 mais elle aurait gagné 260 hab. de 1999 à 2008.