Canton de Saint-Brice-en-Coglès

Saint-Brice-en-Coglès

2 780 hab. (Bricois), 1 646 ha, chef-lieu de canton d’Ille-et-Vilaine dans l’arrondissement de Fougères, 15 km ONO de Fougères. Dans la commune se signalent quelques châteaux et manoirs, dont le Rocher-Portail (17e s.) et la Villette (19e s.). La population communale a augmenté entre 1954 (1 900 hab.) et 1990 (2 500 sdc); elle a gagné 340 hab. entre 1999 et 2008. La ville a un collège public et un privé, un hôpital local (12 lits), un supermarché U (100 sal.) et plusieurs ateliers, où domine l'agro-alimentaire: salaisons Abera (330 sal.), société créée en 1928 par Adolphe Béranger, passé en 1978 au groupe Glon-Sanders, qui traite un million de porcs par an; produits laitiers, lactosérums et caséines Armor-Protéines (170 sal.); collecte de lait et négoce de produits de crémerie de la Compagnie laitière européenne (50 sal.). Dans d'autres domaines sont de petites fabriques de meubles (Bricoise du Meuble, 20 sal.) et pièces plastiques (Plastigray ex-Tetras, 30 sal.), les granites Rébillon (35 sal.); mais la Bricoise de Confection, qui avait encore 110 sal. en 2005, a été liquidée en 2007.

Le canton a 11 600 hab. (10 300 en 1999), 11 communes, 17 007 ha dont 766 de bois; correspondant plus au moins au Coglais, il touche au nord au département de la Manche et il est traversé par l’autoroute des estuaires, ce dont Saint-Brice, qui avait participé à l’essaimage industriel de Fougères, cherche à tirer parti; un échangeur est à 4 km à l’est du bourg. Saint-Germain-en-Coglès a dépassé 2 000 hab. Au NE, à 7 km du chef-lieu, Montours (980 Montourois, 1 527 ha), proche d’un autre échangeur, exploite le granite (Granitière Industrielle, 25 sal.) et a gagné 160 hab. de 1999 à 2008.

Au NO, La Selle-en-Coglès (580 Cellois, 623 ha) en a gagné 130 dans le même temps. Son bourg domine la vallée de la Loisance. La commune a un atelier textile (Confection du Coglais, 45 sal.) et un échangeur sur l’autoroute des estuaires, au nord près de Coglès (640 Coglésiens, 1 721 ha), ancien chef-lieu seigneurial déchu à 7 km au nord de Saint-Brice, qui avait 1 400 hab. au début du 19e s. et encore un millier en 1900 mais dont la population a également augmenté ces dernières années (+70 hab. après 1999).

Juste au nord-est de Saint-Germain, Le Châtellier (400 Castellérois, 1 343 ha) propose au château de la Foltière (1830) le parc floral de Haute-Bretagne, créé en 1850 sur 20 ha et très visité; dans la commune sont aussi les châteaux de la Vieuville (17e et 19e s.) à l’est du bourg, du Frétay au nord. À Saint-Étienne-en-Coglès (1 670 Stéphanais, 2 267 ha), plus près de Saint-Brice (3 km) et dont la population est stable depuis 1960, s’activent des fabriques de meubles de cuisine JL Morel (95 sal.)et de matériel d'élevage (Adaf Somatherm, 25 sal.), la biscuiterie de la Mère Poulard (45 sal.); transports Prodhomme (140 sal.), Pommereul (50 sal.), Podevin (20 sal.) et Boisseux (20 sal.); la nouvelle autoroute des estuaires traverse la commune et lui apporte un échangeur.

Baillé (330 Baillochins, 523 ha), 6 km au SSO du chef-lieu au bord de la Minette, affluent du Couesnon, se signale par une carrière de granite (Rébillon, 45 sal.) et un atelier de fournitures industrielles (robinetterie) Parker-Hannifin ex-Legris (45 sal.). Sa voisine de l’est Saint-Hilaire-des-Landes (1 000 940 hab., 1 827 ha) s’orne du beau château de la Haye (17e s.) et de petits étangs, et a gagné 60 hab. depuis 1999. Sa voisine de l’ouest, Saint-Marc-le-Blanc (1 250 Marcolaisiens, 1 753 ha), jadis Saint-Marc d’Aubigné (Albiniensis), qui a gagné 140 hab. dans le même temps, a aussi des carrières de granite (Roger Lambert, 40 sal.). Le canton correspond à la communauté de communes Coglais-Communauté, qui siège à Saint-Étienne.


Saint-Germain-en-Coglès

2 070 hab. (Germanais), 3 209 ha, commune d'Ille-et-Vilaine dans le canton de Saint-Brice-en-Coglès 8 km à l’est du chef-lieu. Elle s'orne du château de Marigny (16e et 19e s.) près d’un étang, de la maison ou grange de la Gélinais (fin du 16e s.) au nord, du dolmen du Rocher Jacquau au sud de la commune; usine d’aliments du bétail Michel (110 sal.), taille de pierre Art et Technique du Granit (25 sal.). La population (2 700 hab. vers 1860, 2 000 en 1960) a baissé jusquen 1999 mais aurait 250 hab. de plus en 2008.