Canton de Cesson-Sévigné

Cesson-Sévigné

15 900 15 500 hab. (Cessonnais) dont 660 à part, 3 214 ha, chef-lieu de canton (depuis 1991) de l'Ille-et-Vilaine dans l’arrondissement de Rennes, formant la première banlieue à l’est de la métropole, de part et d’autre de la Vilaine et de la route de Paris. La ville est déjà ancienne et s’était illustrée par ses moulins sur la Vilaine, qui traverse tout son finage, et ses tissages de toiles de lin et de chanvre. Le nom était simplement Cesson avant 1921, date à laquelle la commune avait moins de 2 000 hab. Elle n’en avait pas encore 3 000 en 1950, mais a crû rapidement ensuite: 6 400 en 1975, 10 500 en 1982. Le canton a 21 400 hab. (19 600 en 1999), 2 communes, 6 169 ha dont 287 de bois; l’autre commune est Acigné, plus à l’est.

La ville est très fleurie (4 fleurs) et l’on trouve au centre-ville un musée et un aquarium, au sud le parc du Bois de Justice. Mais c’est surtout un grand espace d’activités, tant de tertiaire que d’industries, formant le premier ensemble d’emplois des banlieues rennaises en dehors de l’usine Citroën de Chartres. Son territoire est encombré d’infrastructures de circulations avec les sorties de Rennes vers Paris (échangeur de la porte de la Rigourdière) et vers la Normandie (échangeur de la porte de Normandie), et englobe le technopole Rennes-Atalante avec l’École nationale supérieure d’application des Transmissions (ENST Bretagne) et son musée, et l’École supérieure d’électricité (Supélec), plus un «autopole» près de l’échangeur de la N 136 (600 emplois dans l’automobile, dont de nombreux concessionnaires). Cesson a un centre culturel et un centre de loisirs, des collèges et lycées publics et privés, une clinique Sévigné de 190 lits (370 sal.).

Les plus gros employeurs industriels sont dans les télécommunications: France-Télécom avec Transpac (650 et 200 sal.), Orange (490 sal.) et Equant (670 sal.) du même groupe; ensemble Technicolor issu de Thomson et comportant Thomson R&D (480 sal.), Thomson Grass Valley (360 sal., ex-Thales Broadcast), Thomson Video (160 sal.), Thomson Telecom (70 sal.), TDF (150 sal.), TC (60 sal.), et le centre d'appels Dis Info (65 sal.), mais Melco (Mitsubishi, téléphones portables, 280 à 160 sal., a disparu en 2006. S'y ajoute un ensemble particulièrement mobile de sociétés d’informatique, ingénierie et électronique comme SII (480 sal.), Silicomp (390 sal.), Neo Soft (200 sal.), Sogeti (140 sal.), Ipsis (130 sal.), Niji (120 sal.), Ausy (120 sal.), Steria (110 sal.), Cordon (maintenance électronique Cirma, 100 sal.), Tessi TGD (90 sal.), GFI (80 sal.), OTV (70 sal.), Canon (centre de recherche, 70 sal.), Jouve (65 sal.), Davidson (60 sal.), Benchmark (50 sal.).

L’imprimerie juxtapose Oberthur (150 sal., notamment pour les calendriers), les éditions du Boisbaudry (110 sal.), les Presses de Bretagne (85 sal.). L'industrie et le bâtiment se signalent par le matériel de climatisation Johnson (60 sal.), les entreprises de distribution de chaleur (60 sal.) et d’installations thermiques (150 sal.) Cofely du groupe GDF-Suez, ou électriques Clemessy (250 sal.), Ouest Électrotechnique (OET, 280 sal.), Forclum (100 sal.), Actemium 50 sal.), EDF (110 sal.), les maintenances d'ascenseurs Otis (90 sal.) et Thyssenkrupp (60 sal.), l'entreprise de peinture Goni (180 sal.). Le domaine des sociétés de nettoyage est très étendu avec Samsic (990 sal.), Onet (540 sal.), TFN (270 sal.), Deca (190 sal.), Celtus GSF (220 sal.), Prestige Concept (140 sal.), Inter Net (65 sal.), et celui du gardiennage est présent avec Securitas (200 sal.).

Le secteur des transports et de la distribution a pour principaux représentants le groupe coopératif Coralis (fournitures agricoles et produits laitiers, 160 sal.), qui a son siège à Cesson, collecte plus de 200 millions de litres de lait par an en Ille-et-Vilaine et Côtes-d'Armor et emploie au total plus de 500 salariés, dont à Cesson également Distralis Agrilait (produits laitiers, 140 sal.) et les transports TLC (60 sal.); le concurrent Lactalis (entreposage frigorifique laitier, 95 sal.); les transporteurs Calberson (200 sal.) et Mory (110 sal.).

Dans le commerce et les services financiers, l’hypermarché Carrefour (340 sal., centre commercial de la Rigourdière) et les services administratifs du groupe (240 sal.), le magasin Brico-Dépôt (55 sal.), le négoce Self Signal (signalisations lumineuses, 85 sal.); bureaux de la Caisse d'Épargne (310 sal.), Crédit Lyonnais (55 sal.), Société Générale (50 sal.), Pacifica (Crédit Agricole, 60 sal.), comptabilité Secob (75 sal.), secrétariat Sam Ges (150 sal.).


Acigné

6 300 hab. (Acignolais), 2 955 ha dont 246 de bois, commune d’Ille-et-Vilaine dans le canton de Cesson-Sévigné, 5 km à l’est de Cesson et 11 km au NE du centre de Rennes. Son finage est traversé par la vallée du Chevré, qui conflue avec la Vilaine près du bourg, et bordé au sud par la Vilaine. Cette banlieue est surtout résidentielle, mais contient la grosse fabrique de matériel de levage Mailleux (MX, 330 sal., chargeurs agricoles notamment); peinture Tiriaut (40 sal.), maintenance électrique%inelec (35 sal.) et installations électriques Bernard (30 sal.) et Savelys (25 sal.); aide à la personne Le Relais (85 sal.).

Acigné avait un peu moins de 1 500 hab. dans les années 1930 et a entamé ensuite une croissance tranquille (1 800 hab. en 1968), accélérée après 1975: elle a gagné un millier d'habitants de 1999 à 2008. Le groupe de distribution Carrefour établit en 2011 à Acigné, dans la zone industrielle Albasud, une vaste plate-forme de légumes et produits frais, en fermant sa base de Dirinon dans le Finistère; une centaine d'emplois sont prévus.