Canton de Neuvy-Saint-Sépulchre

Neuvy-Saint-Sépulchre

1 700 hab. (Neuviciens), 3 511 ha, chef-lieu de canton de l'Indre dans l'arrondissement de La Châtre, 18 km à l'ouest de celle-ci, 28 km SE de Châteauroux. Le nom vient de son église, imitée de Jérusalem, engagée en 1042 par un seigneur retour de croisade, continuée jusqu'au 12e s. et flanquée ensuite d'une basilique; restaurée en 1937, elle figure au patrimoine mondial de l'Unesco au titre des chemins de Compostelle. Neuvy est dotée d'un collège public; elle avait une usine des pompes Guinard, qui a fermé en 1998 mais dont est issue une petite fabrique de pompes Espa (50 sal.); logistique de l'imprimerie Rault d'Aigurande, conditionnement à façon (Berry Services, 45 sal.), tapis Balsan (25 sal.). La commune a eu 2 800 hab. en 1901 et avait encore 2 000 hab. en 1954 mais a continué de perdre des habitants.

Le canton a 6 000 hab., 12 communes et 26 974 ha dont 1 873 de bois; il s'étend dans le Boischaut, mordant à peine au nord sur la côte de la Champagne berrichonne, et abonde en hauts lieux des romans de George Sand. La commune la plus occidentale est Malicornay (190 Malicornéens, 1 631 ha), à 12 km à l'est d'Argenton-sur-Creuse et près de l'aérodrome d'Argenton; une antenne de télévision de 205 m de haut y a été dressée en 1971, juste au-dessus de la côte qui domine la Vallée Noire.

Cluis (1 100 Cluisiens, 3 532 ha dont 229 de bois), à 8 km de Neuvy, conserve une église en partie du 12e s. et les ruines d'un château féodal des 12e-13e s. et d'un manoir des 15e et 17e s.; menuiserie Moreau (45 sal.), centre d'aide par le travail. La commune fête les escargots; mais elle se dépeuple encore; elle avait plus de 2 300 hab. en 1901, 1 700 en 1954. Mouhers (250 hab., 1 789 ha), 5 km au SO du chef-lieu, s'orne au bord de la Bouzanne du moulin d'Archy (18e s.), qui fait partie du cycle de George Sand. Fougerolles (320 hab., 1 717 ha), 7 km au SE de Neuvy, garde des restes de l'ancienne abbaye de Varennes (12e-13e et 17e-18e s.) au bord du Gourdon, affluent de la Bouzanne, ainsi que l'ancien manoir de Rochefolle plus en amont, près du bois de Villemort. La commune a une foire aux chèvres; elle a gagné une trentaine d'habitants de 1999 à 2006, mettant fin à un siècle de dépeuplement. Tous ces villages se tiennent à la limite du massif ancien et du bassin sédimentaire.

Sarzay (320 hab., 1 830 ha), 9 km à l'est du chef-lieu et 7 km à l'ouest de La Châtre, a un château féodal classé à gros donjon (14e-16e s.). Lys-Saint-Georges (230 Georgiots, 1 298 ha), 6 km au nord de Neuvy, a un château féodal et renaissance (14e-15e s.) et un musée dit la Maison du jardinier, reconstituant un intérieur berrichon ancien. La commune a repris des habitants depuis le minimum de 1975 (160 hab.), mais elle en eut 480 vers 1900. Tout au NE, le canton dépasse la vallée de l'Indre.

Mers-sur-Indre (600 Mersiens, 2 545 ha dont 572 de bois), 11 km au NE de Neuvy, dissimule à l'orée du bois de Chanteloube le château du Magnet (15e et 16e s., restauré au 19e) et la fameuse mare au Diable, hauts lieux de l'œuvre de George Sand dont la visite est parfois interdite par quelque partie de chasse.

Le non moins fameux moulin d'Angibault est au bord de la Vauvre, affluent de l'Indre, dans la commune de Montipouret (580 Porrétimonastériens, 2 789 ha), dont le village est à 3 km au SE de Mers. Mers est devenue sur Indre en 1892; elle avait alors près de 1 100 hab.; sa population a augmenté depuis le creux de 1982 (430 hab.), mais vient de perdre quelques habitants de 1999 à 2007 alors que Montipouret, qui avait également atteint 1 100 hab. à la fin du 19e s., en aurait gagné 60 dans le même temps, soit plus d'un dixième… Montipouret abrite depuis 1991 un Centre d'accueil et de loisir médicalisé expérimental (Calme).