Canton d'Arbois

Arbois

3 640 hab. (Arboisiens) dont 260 à part, 4 542 ha dont 2 203 de bois et 579 de vignes, chef-lieu de canton du Jura dans l'arrondissement de Lons-le-Saunier, 40 km au NE de la préfecture au débouché de la reculée des Planches, le long de la Cuisance. C'est la capitale du Vignoble jurassien, et de loin la première commune viticole du Jura. C'est aussi une cité très appréciée pour ses vieilles pierres jaunes, sa place à arcades, la tour Gloriette et les remparts, l'église Saint-Just (12e-13e s.) et son haut clocher à dôme et très grosse cloche (16e s.). Elle est fleurie (trois fleurs) met en valeur la maison natale de Louis Pasteur, un musée des beaux-arts (Sarret de Grozon) et un musée de la vigne et du vin associé à l'Institut des Vins du Jura dans le château Pécaud, d'origine médiévale à tours rondes, mais restauré.

Le groupe vinicole Henri Maire, dont le fondateur est mort en 2003, emploie 310 personnes (vignobles des domaines de Boichailles et du Sorbief, négoce). La ville a quelques industries: outillage Bost-Garnache, fruit de la fusion en 1990 d’anciennes entreprises, spécialiste de la pince et du tournevis et employant 500 personnes sur trois sites, dont 250 à Arbois; fonderie de zinc Siobra et aluminium et plastiques injectés, au groupe S3I qui a également des ateliers à Dole (110 sal. à Arbois); pièces plastiques Fibra (25 sal.), charpentes CIFC (40 sal.), menuiserie Clément (25 sal.), meubles Farque (20 sal.); installations électriques Molin (25 sal.), travaux publics Girod (25 sal., signalisations), transports Ramousse (70 sal.), supermarché U (35 sal.); hôtel Jeunet (25 sal.).

Arbois est desservie par la N 83, une gare et un proche aérodrome (code LFGD), mais celui a fermé en août 2011. Elle est dotée d’un hôpital local (15 lits), d’un collège public et un privé, d’un centre d’aide par le travail. Son territoire s’étend largement sur le plateau, où il englobe la forêt d’Arbois. Elle a eu plus de 7 000 hab. au milieu du 19e s. et s'est dépeuplée jusqu'en 1920 puis s'est stabilisée autour de 3 500 hab.; sa population est un peu remotée ensuite, atteignant 4 200 hab. en 1968, mais diminue depuis; elle a perdu 300 hab. de 1999 à 2008. Elle est le siège de la communauté de communes Arbois, Vignes et Villages-Pays de Louis Pasteur (CCAVV), précédemment du Val de la Cuisance, qui correspond exactement au canton.

Le canton a 6 300 hab., 14 communes et 14 346 ha. Au SE, il s’étend sur le premier plateau vers 540-600 m, défoncé par la belle reculée des Planches qui se termine par le cirque du Fer à Cheval, troué de grottes et de galeries. Près d’Arbois à Mesnay (570 Moinoulis, 832 ha dont 421 de bois), dans la reculée, la Sapacem (ex-Hétier) a fait des cartonnages jusqu'en 2004 puis a ouvert un écomusée du Carton, doublé d'un musée de l'Abeille; cascade du Dérochoir, parc animalier. Les Planches-près-Arbois (100 hab., 139 ha dont 54 de bois), à 4 km SE d’Arbois, est au fond de la reculée, que surplombe le petit village de La Châtelaine (140 Châtelainiers, 1 317 ha dont 922 de bois); grottes et cascades abondent aux Planches, La Châtealine a un château des 17e-18e s. ouvert aux réceptions.

Le vignoble d’Arbois est d’environ 900 ha, dont plus des deux tiers dans la commune même; l’AOC retient cinq cépages: le chardonnay et le pinot noir, plus trois jurassiens, poulsard, trousseau et savagnin. La voie ferrée de Mouchard à Pontarlier escalade l’escarpement du Vignoble au nord d’Arbois et passe ensuite en corniche sur le rebord septentrional de la reculée, où a été juchée la gare d’Arbois-Mesnay. À 2 km au sud d’Arbois, Pupillin (270 Pupillanais, 661 ha dont 277 de bois et 137 de vignes) se cache dans un repli du Vignoble et passe pour être le haut lieu du cépage poulsard (ou ploussard); par la superficie cultivée, c’est la troisième commune du vignoble du Jura et elle bénéficie d’une AOC particulière arbois pupillin; le village est fleuri (trois fleurs) et la population s'est accrue de 50 hab. entre 1999 et 2008.

Montigny-lès-Arsures (280 Montignellis, 1 063 ha dont 587 de bois), 4 km au nord d’Arbois sur l’escarpement du Vignoble, est la deuxième commune viticole du Jura par la superficie (193 ha); château (15e, 17e et 19e s.) avec parc, église (inscrite) en partie du 15e s. Les Arsures (240 Arsuriens, 444 ha dont 180 de bois) en ont été détachées en 1842, avec 340 hab., Montigny prenant alors paradoxalement son nom actuel.

Villette-lès-Arbois (410 310 Velotiers, 545 ha dont 265 de bois), 3 km au NO d'Arbois sur la rive droite de la Cuisance, est séparée du bourg par le petit aérodrome d’Arbois. La commune s’étend vers le nord sur les petits reliefs boisés du mont Dedon (336 m) qui font face au Jura, et cultive 46 ha de vignes; elle a gagné une centaine d'habitants, donc un tiers, entre 1999 et 2008. Saint-Cyr-Montmalin (180 hab., 1 021 ha), 7 km au NO d’Arbois, résulte d’une fusion de 1972.