Canton des Bouchoux

Bouchoux (Les)

330 hab. (Boucherands), 2 171 ha dont 1 118 de bois, chef-lieu de canton du Jura dans l’arrondissement de Saint-Claude, 14 km au SSO de celle-ci, au fond de la grande combe du Tacon qui débouche à Saint-Claude. Le village est situé à 960 m d’altitude. La commune avait plus de 1 100 hab. vers 1850 et seulement 250 en 1982; mais elle a cessé de se dépeupler, et a même gagné 40 hab. de 1999 à 2008. Elle fait figure de station d'altitude; un tiers des logements sont des résidences secondaires; un petit hôtel.

Le canton, limitrophe du département de l’Ain, a 2 400 hab. (2 200 en 1999), 11 communes et 14 023 ha dont 7 188 de bois; il est en grande partie dans le parc régional du Haut Jura. Il domine au NO la vallée de la Bienne et il est éventré au centre-nord par la profonde combe du Tacon. Au SE, la crête qui le limite domine la Valserine et monte à 1 448 m au Crêt du Merle dans la commune de La Pesse (360 Pesserands, 2 426 ha dont 1 063 de bois), dont le village est à 3 km au SE des Bouchoux à 1 160 m d’altitude et où l’on pratique le ski nordique, dans un complexe dit Extrapôle avec une piste pour les courses de traîneaux à chiens; la station a aussi une remontée mécanique et le refuge du Berbois; plusieurs artisans travaillent le bois; un hôtel, 40% de résidences secondaires (115). La commune de La Pesse a été détachée des Bouchoux en 1832 et avait atteint 990 hab. en 1846; elle s’est nommée La Haute-Molune jusqu’en 1907 et sa population est decsendue à un minimum de 210 hab. en 1975; elle a gagné 90 hab., soit un tiers, entre 1999 et 2008; au nord du village, l'Embossieux est un gros hameau à une bifurcation de la D 25, proche d'un lac de barrage.

Les Moussières (190 Mousserands, 1 695 ha dont 770 de bois), 8 km au NE des Bouchoux (et à 12 km SE de Saint-Claude) à 1 140 m, est équipée pour le ski de fond et y ajoute deux remontées mécaniques; la moitié des logements sont des résidences secondaires. Une fruitière active, associée à un musée des fromages dans une Maison des Fromages, concentre la production des Hautes Combes. Bellecombe (100 Bellecombiens, 1 217 ha dont 442 de bois) est une commune d'habitat dispersé juste à l'est des Moussières, vers 1 200 m au centre, dont le relief oriental donne sur la Valserine; elle est sur la Grande Traversée Jurassienne et offre les refuges Chez Verguet, la Dolue, la Guienette. Bellecombe a eu 430 hab. vers 1850, 75 à son minimum de 1982; la moitié des logements sont des résidences secondaires.

Viry (930 Virysans, 2 540 ha dont 1 473 de bois), au sud-ouest du canton à 10 km à l’ouest du chef-lieu, plus bas (750 m) a des ateliers de plasturgie (DG, 55 sal.) et d’automatismes (Guignard, 20 sal.); elle a gagné 90 hab. de 1999 à 2008; son finage comprend à l'ouest le hameau de Sièges, ancienne commune intégrée en 1946. Larrivoire (110 hab., 650 ha dont 395 de bois), 18 km au NO du chef-lieu par la route (moins de 8 km à vol d'oiseau), qui a absorbé en 1811 sa petite voisine de l'ouest Samiset, offre un site d'escalade au Becquet. Outre le comté, le canton a pour spécialité un fromage «bleu du Haut Jura», à pâte persillée au Penicillium glaucum, que l'on dit remonter au 12e s.