Canton de Labrit

Labrit

880 hab. (Labritois), 7 218 ha dont 5 098 de bois, chef-lieu de canton des Landes dans l’arrondissement de Mont-de-Marsan, à 26 km au nord de la ville au bord de l’Estrigon. Le village se nomma Leporatum, au cœur de ce qui devint le pays d’Albret, auquel il a donné son nom, et qui est partiellement inclus dans le Parc des Landes; un «château de terre» classé (mottes et fossés des 11e-12e s.) en porte témoignage. Le nom lui-mêmevient du gaulois lappa, qui évoque la boue: en somme, les Albret équivaudraient aux Bourbon. Le village est au centre d'une étoile de six routes, et doublé à l'est par le gros hameau des Chinans; transports Izco (20 sal.). Le territoire communal s'étend vers le nord-ouest, où il comprend notamment le grand domaine agricole de Pouy-Capéran, au hameau dit Quartier de Capbœuf. La population, qui avait dépassé 1 200 hab. en 1911, a décliné jusqu’en 1990 (670 hab. sdc); elle a gagné 140 hab. de 1999 à 2008; une usine de confection Baby Love (120 sal.) a été fermée peu après son rachat par le groupe Kindy en 2005. Labrit est le centre de la communauté de communes du pays d’Albret (13 communes, 5 300 hab.).

Le canton a 9 communes et 3 400 hab. (2 900 en 1999) pour 37 730 ha, dont 30 370 de bois. Il est en pleine forêt, et en grande partie drainé vers le sud par l’Estrigon, qui rejoint la Midouze à Mont-de-Marsan. Le Sen (210 Sennois, 5 110 ha dont 4 500 de bois), 5 km au NE de Labrit, disperse ses maisons dans une clairière cloisonnée et a des aires de culture à la limite nord du finage (Capillot). La commune est le siège de la société Biolandes, qui a commencé en 1980 à extraire des essences d’aiguilles de pin pour la parfumerie, est présente à Grasse et Mougins et possède maintenant des usines en Espagne, Turquie, Bulgarie, au Maroc et à Madagascar (400 employés au total dont 170 au Sen, au sud-est de la commune sur la D 392.

Vert (240 Vertois, 4 003 ha dont 3 150 de bois) 4 km au sud-ouest de Labrit, a un habitat plus dispersé, avec des domaines de culture à l'ouest (Pouy Blanc); une belle ferme signalée au sud à Bertet; scierie Baillon (20 sal.). Garein (430 Garinois, 5 710 ha dont 4 836 de bois) 12 km au sud-ouest de Labrit, est sur la N 134 de Bordeaux à Mont-de-Marsan; le village se tient dans une minuscule clairière et a une église du 12e s.; scierie Lamarque-Lassabe (30 sal.), fabrique de produits chimiques B. Navarre (20 sal.), quelques cultures au nord (le Piat). Au sud de Labrit à 7 km, Brocas (830 Brocassais, 5 346 ha dont 4 261 de bois) est un village plus étoffé. Il a eu des forges sur l’Estrigon, qui coule du nord au sud par Labrit et rejoint la Midouze peu en aval de Mont-de-Marsan, et en a fait un musée; arènes de 2 500 places. La commune a gagné une centaine d'habitants entre 1999 et 2008.

Quatre petites communes au sud-est du canton sont hors du Parc. Cère (420 hab., 3 987 ha dont 3 507 de bois) est à 13 km sud de Labrit, également traversée par l'Estrigon. Canenx-et-Réaut (170 Canenxois, 2 807 ha dont 2 291 de bois) est à 17 km SE du chef-lieu, dans une topographie un peu plus accidentée par la proximité de la vallée de la Douze, qui fixe la limite sud-est de la commune et du canton; grand domaine agricole au sud-ouest (Bise), château de Réaut au sud au bord de la Douze, château de Canenx également au bord de la Douze en amont, à l'est du village; les deux paroisses ont été réunies sous la Révolution.

Maillères (200 hab., 1 505 ha dont 1 076 de bois), juste au nord, est à 14 km SE de Labrit et son habitat est très dispersé; église du 11e s. à trois vaisseaux; la Gouaneyre, affluent de droite d ela Douze, fixe la limite orientale de la commune et du canton. Bélis (140 hab., 2 046 ha dont 1 648 de bois) est à 10 km ESE de Labrit et sa forêt est trouée de multiples clairières de cuture; église du 12e s.; à la limite orientale coule aussi la Gouaneyre.