Canton de Saint-Vincent-de-Tyrosse

Saint-Vincent-de-Tyrosse

7 400 hab., 5 500 hab. (Tyrossais), 2 098 ha dont 1 192 de bois, chef-lieu de canton et bourg des Landes dans l’arrondissement de Dax à 22 km OSO de la ville, et à 10 km des stations balnéaires de Capbreton et Hossegor. La commune est traversée par le faisceau de circulation A 63, N 10, voie ferrée Bordeaux-Hendaye; elle a un lycée général et un collège publics, de grandes arènes (5 000 places), et son club de rugby (25 sal.) est depuis longtemps connu pour ses résultats et pour la qualité de la formation de jeunes champions. La ville s'est entourée de grands lotissements pavillonnaires; une grande zone industrielle s'étend à l'est entre la N 10 et la voie ferrée; piste d'ULM et aéromodélisme au sud. Sa population croît régulièrement depuis le 19e siècle, passant par 1 600 hab. en 1900, 2 400 en 1950, 4 000 en 1975 (sdc); elle a gagné plus de 1 800 hab., soit un tiers de plus, entre 1999 et 2008.

Plusieurs usines de bois y travaillent, tels les panneaux Séripanneaux (85 sal.) et Servary (50 sal. plus un atelier à Angresse), les bobines pour câbles Labat-Merle (55 sal.) ou la scierie du Tuquet (25 sal.). L’ancienne spécialité de chaussures, où figura notamment Adidas, est en déclin, mais Hirica (Hirigoyen) emploie 125 personnes; plastiques Ederena (20 sal.), métallerie MPS (Michel Planté, 50 sal., toilettes publiques); installations d'eau et gaz B. Lafitte (30 sal.); un centre Leclerc emploie 200 personnes, et un magasin de bricolage 25. La ville est le siège de la communauté de communes Maremne Adour Côte Sud (23 communes, 44 100 hab.).

Le canton a 29 000 hab. (23 000 en 1999), 11 communes et 21 490 ha dont 10 862 de bois; il comprend à l’ouest Bénesse-Maremne et les stations balnéaires de Capbreton et Labenne, avec la réserve naturelle des marais d’Orx; à l’est, il atteint la rive droite de l’Adour, jusqu’à la hauteur du confluent avec les Gaves. L’ensemble urbain Saint-Vincent-Capbreton forme une véritable agglomération en pleine croissance, qui englobe Hossegor et Seignosse, et compte ainsi plus de 30 000 habitants dans 8 communes, 7 000 de plus qu'en 1999. Saubion (1 300 hab., 780 ha dont 410 de bois) juste au NO de Saint-Vincent dont elle est séparée par l'autoroute, a un clocher-tour trapu, une petite fabrique de séchoirs à grains (Euromat, 20 sal.) et la maçonnerie Labèque (20 sal.); château Lagrollet (19e s.) près du village, aire de repos d'autoroute au nord-est; sa population s'est accrue de 370 hab. de 1999 à 2008 (+39%).

Trois communes d’habitat assez dispersé atteignent au sud-est la rive droite de l’Adour. Josse (790 Jossais, 948 ha), à 8 km ESE du chef-lieu au bord de l’Adour, propose un Dédale Parc dans les champs de maïs; son habitat s'est agrandi de deux lotissements, la population a augmenté de 50 hab. entre 1999 et 2008; la D 33 a un pont sur l'Adour. Saint-Jean-de-Marsacq (1 300 hab., 2 640 ha dont 1 000 de bois) est sur les collines à 6 km SE du chef-lieu; l'Adour mord ici sur les collines par un coteau raide et ne laisse de plaine alluviale que tout au sud. Le village a une église renaissance; le château de Gayrosse (17e et 19e s.) est au sud-ouest; ferme à cerfs et autruches. La population a gagné 400 hab. de 1999 à 2008, soit 44%.

Sainte-Marie-de-Gosse (1 100 hab., 2 654 ha dont 1 714 de bois) à 15 km SE, tient la pointe méridionale du canton et fait face au confluent de l’Adour et des Gaves, en pays de Gosse; le village s'étire sur une crête de collines dominant deux grands méandres de l'Adour. La commune dispose ainsi de deux grands secteurs de plaine alluviale, l'une sur un lobe de méandre en amont, que traverse la D 817 (N 117) en direction de Port-de-Lanne et Peyrehorade, l'autre qui va du confluent de l'Adour et des Gaves Réunis et atteint en aval le confluent de l'Estey Rouge à la limite de Saint-Laurent-de-Gosse; fabrique d’espadrilles Pare Gabia (35 sal.), église des 11e et 12e s., à clocher-porche fortifié (inscrite), plusieurs châteaux. La commune s'orne du lac collinaire de Garosse à l'est, du grand lac de Bédarède à l'ouest, partagé avec Biarotte et Saint-Laurent-de-Gosse dans le canton de Saint-Martin-de-Seignanx. Elle a gagné 170 hab. apr!s 1999.

Le territoire de Saint-Martin-de-Hinx (1 200 hab., 2 548 ha dont 1 500 de bois), 10 km SSE du chef-lieu, n'atteint pas l’Adour, mais descend néanmoins à l'est dans sa plaine au bord du ruisseau de Lorta, dont le vallon contient un beau lac de barrage dans les collines. Il accueille une station de l’INRA pour les recherches sur le maïs et sur les bovins et s'orne d'une église fortifiée et de plusieurs châteaux dont celui du Pouy (16e et 20e s. sur une base du 13e) au nord-est, Montauzé au nord (limite 18e-19e s.). La commune a gagné 230 hab. entre 1999 et 2008. Saubrigues (1 400 hab. dont 50 à part, 2 144 ha dont 1 400 de bois), à 6 km au sud de Saint-Vincent, est au centre d'une étoile de routes sur un territoire bien moins accidenté. Sa population a gagné 240 hab. de 1999 à 2008.

Orx (480 Orxois, 1 189 ha dont 254 de bois) est au sud-ouest du canton, à 12 km du chef-lieu, en bordure de ses marais protégés; elle a gagné 50 hab. après 1999. Le village, dont l'église du 12e s. est inscrite, est encadré au nord et au sud par deux polders nommés Marais Nord et Marais Sud, et bordé à l'ouest par le lac d'Orx; l'ensemble forme la réserve naturelle nationale du Marais d'Orx depuis 1995, étendue sur 774 ha et appartenant au Conservatoire du Littoral, qui est une halte pour les oiseaux migrateurs; la spatule blanche est devenue son emblème. Les premiers travaux d'assèchement ont été entrepris en 1808.


Bénesse-Maremne

2 200 hab. (Bénessois), 1 869 ha dont 680 de bois, commune du département des Landes dans le canton de Saint-Vincent-de-Tyrosse, à 5 km au SO du chef-lieu sur la N 117 et la voie ferrée. Sa population a gagné 450 hab. entre 1999 et 2008. Son échangeur autoroutier a attiré à l'ouest une base des Autoroutes du Sud de la France (100 sal.) et les transports Azpeitia (200 sal.), Mendy (230), Tourtarel (30 sal.) et Nicolas (25 sal.), une scierie Nicolas-Labeyrie (35 sal.), un négoce de bois et matériaux (Tison, 35 sal.), les travaux publics Signature (40 sal.).


Capbreton

7 900 hab. (Capbretonnais) dont 290 à part, 2 175 ha dont 1 142 de bois, commune des Landes dans le canton de Saint-Vincent-de-Tyrosse, station balnéaire de la côte d'Argent à 35 km SO de Dax (Landes) et 25 km de l'aéroport de Bayonne-Biarritz. Capbreton fut un port actif du 10e au 14e s., alors que l'Adour y débouchait avant de se détourner vers Vieux-Boucau, puis d'être dérivé vers Bayonne. L'urbanisation est contiguë à celle d'Hossegor qui est juste au nord. La population est passée de 1 100 hab. vers 1880 à près de 3 000 en 1931, puis a crû lentement, atteignant 4 500 hab. en 1982, avant d'accélérer son rythme. Elle a gagné un millier d'habitants de 1999 à 2008.

La station est très étendue sur le littoral et participe largement aux sports de glisse; elle accueille environ 60 000 touristes en été. Elle a un port de plaisance de 1 000 places, un petit port de pêche et 5 km de plages; festivals (de contes en juillet, de contrebasse en août), casino (121e de France, 6 M€/an, indépendant, 35 sal.), bibliothèque, écomusée de la voile et de la mer, parc de loisirs, nombreux sports et un centre européen de rééducation sportive (110 sal.), avec lycée professionnel public (sports), et collège public; hypermarché Leclerc (390 sal.) et Intermarché (85 sal.), bricolage Pro Tison (30 sal.), magasin d'habillement Toads (65 sal.); hôtel Baya (280 sal., au groupe de cliniques Générale de Santé), restaurant l'Héliport (55 sal.).

Au large, le gouf de Capbreton est un vigoureux canyon sous-marin entaillant le talus continental, qui commence à 300 m du rivage et atteint ensuite 1 000 m de profondeur.


Labenne

4 700 hab. (Labennais), 2 448 ha dont 1 390 ha de bois, commune des Landes dans le canton de Saint-Vincent-de-Tyrosse, à 35 km SO de Dax et 6 km au sud de Capbreton. Le centre est à 3,5 km du rivage atlantique, sur la N 10, la voie ferrée Bordeaux-Hendaye et l’A 63. La plage de Labenne-Océan s’est urbanisée, avec des établissements de santé (institut hélio-marin le Belvédère, 75 sal.). La commune a aussi d’autres emplois: constructions métalliques FM (35 sal.), agro-alimentaire Solea (Bonduelle, 95 sal.), et surgelés Geladour (40 sal.); location de matériel de chantier HDE Bruca (60 sal.). Elle propose musée, parc animalier et Pinède des singes, Parc d’aventures Robinson, aquaparc. Aux environs, les marais d’Orx, cultivés en maïs entre 1950 et 1985, sont devenus depuis une réserve naturelle. Labenne avait moins de 800 hab. vers 1900, 1 100 en 1936, 11 200 en 1954, et a accéléré sa croissance après 1975 (1 700 hab.); elle aurait gagné 1 250 hab. de 1999 à 2007, soit +37%.