Canton de Fay-sur-Lignon

Fay-sur-Lignon

440 hab. (Faynois), 1 324 ha, chef-lieu de canton du département de la Haute-Loire dans l’arrondissement du Puy, 40 km ESE de la préfecture, à 1 180 m, sur un piton volcanique; maisons anciennes et vastes places de foires; maison de la truite et maison des abeilles. Fay, qui a troqué en 1922 son ancien nom de Fay-le-Froid pour une appellation moins rébarbative, n’a pas pour cela freiné une dépopulation continue depuis les 1 250 hab. de 1896; mais l'étiage semble avoir été atteint en 1999 (410 hab.). Elle est le siège de la communauté de communes du Mézenc, qui associe 15 communes (5 700 hab.).

Le canton a 1 800 hab. pour 6 communes et 17 102 ha dont 2 973 de bois. Situé entre le Mézenc au SO et le Meygal au nord, il est limitrophe du département de l’Ardèche et correspond au bassin supérieur du Lignon, qui coule vers le NE. Chaudeyrolles (120 hab., 1 890 ha dont 352 de bois), 6 km au SO de Fay à 1 250 m, est au pied du beau suc du mont Signon (1 454 m); musée de la sorcellerie et de la médecine ancienne. Le Lignon a sa source dans la commune. Le nombre d’habitants n’avait cessé de décliner depuis 1901 (710 hab.), mais s'est stabilisé après 1999. À l’ouest, à 10 km de Fay, Saint-Front (490 hab., 5 233 ha dont 848 de bois), à 1 220 m, est connue pour son lac de cratère, rond, de 36 ha de plan d’eau, fréquenté pour la voile et la planche à voile; elle a aussi un musée.

Au sud-ouest, Les Estables (330 hab., 3 394 ha dont 777 de bois) sont un ancien fief de la tradition religieuse, qui a fourni nombre de nonnes et de béates; le village est à 1340 m, sur la route du Gerbier de Jonc. La commune a dépassé 1 000 hab. dans la seconde moitié du 19e s. et offre un village de vacances, ainsi qu’un musée des richesses naturelles du Mézenc. Elle conserve des foires de bétail et a équipé une station de ski sur les pentes du Mézenc (6 télskis, 8 pistes de ski alpin, 15 km de pistes de ski de fond).