Canton du Monastier-sur-Gazeille

Monastier-sur-Gazeille (Le)

1 800 hab. (Monastérois), 3 939 ha dont 704 de bois, chef-lieu de canton du département de la Haute-Loire dans l'arrondissement du Puy, 20 km au SE de la ville à 950 m; le nom était Le Monastier tout court jusqu'en 1962, et vient évidemment d'un monastère. Ce fut une bourgade cossue au temps du fort peuplement, de l'artisanat textile et des béates, mais elle a beaucoup perdu depuis: elle comptait 4 400 hab. en 1806, encore 3 800 en 1906, et sa population diminue toujours. Le village garde des attraits, avec une ancienne abbaye romane bénédictine de style bourguignon, musée et label «station verte de vacances»; collèges public et privé, centre d'aide par le travail, centre de convalescence; coopérative de mécanique CMGM (20 sal.).

Le canton a 4 100 hab. (11 communes) et 19 077 ha dont 3 820 de bois. Campé sur le haut plateau du Velay au NO du Mézenc, il est limitrophe du département de l'Ardèche, et traversé du SE au NO par la vallée encaissée de la Gazeille, qui rejoint la Loire à Chadron (250 hab., 1 362 ha dont 348 de bois, à 785 m). Les gorges de la Loire fixent au sud-ouest la limite cantonale, dans la commune de Salettes (160 hab., 2 028 ha dont 439 de bois), à 930 m, aux hameaux dispersés et qui conserve des ruines d'un château féodal face à Arlempdes; Salettes a eu 1 500 hab. en 1891. Au SE, le canton culmine au Rocher Tourte (1 535 m), pointement de phonolithe du massif du Mézenc dans la commune de Freycenet-la-Cuche (160 hab., 1 625 ha dont 304 de bois), à 1 170 m, où se dresse aussi le suc de la Roche du Bachat (1 423 m) et qui avait 890 hab. en 1891.

Au nord-est du canton, Moudeyres (110 hab., 925 ha), à 1 180 m et à 21 km au SE du Puy et 13 km à l'est du Monastier, est un village classé à chaumières, «petite cité de caractère» dont une ferme abrite un musée de la vie locale; la commune n'a été créée qu'en 1855, et avait 460 hab. en 1876. À Laussonne (1 000 hab., 2 511 ha dont 561 de bois), 7 km au NE du Monastier à 930 m, les chaussures Boissy emploient 90 personnes (230 en 2005); c'est sans doute pourquoi la commune s'est moins dépeuplée que d'autres; elle avait néanmoins 2 000 hab. vers 1900, mais la baisse a cessé après 1999.