Canton de Legé

Legé

4 340 hab. (Legéens) dont 110 à part, 6 332 ha dont 326 de bois, chef-lieu de canton de Loire-Atlantique dans l’arrondissement de Nantes, 41 km au sud de la préfecture. Le bourg se tasse en cercle au-dessus du versant droit de la vallée de la Logne, qui coule vers le lac de Grand-Lieu. Le finage dessine un coin dans le département de la Vendée et inclut au nord le château de Bois Chevalier, de 1655, au bord d’une pièce d’eau. Legé a un collège public et un privé, une maison familiale rurale; chapelle de 1826 en l’honneur de Charrette, zone de loisirs avec étang dans la vallée encaissée de la Logne.

Legé accueille une usine de décolletage Walor (110 sal.), dont l'effectif a été réduit pour cause de transfert en République Tchèque; confection ACC (Cannelle Couture, ex-Bidermann, 50 sal.), maçonnerie Guillou (50 sal.), supermarché U (65 sal.); transports Perrocheau (50 sal.), zone d’activités de 22 ha. La commune compte 70 exploitations agricoles, utilisant 3 300 ha de labours et 800 d’herbe, pour 2 700 bovins; elle a eu 4 500 hab. entre 1860 et 1900 et 3 400 entre 1960 et 1980, puis sa population a légèrement augmenté, et enfin gagné 650 hab. de 1999 à 2009.

Le canton a 8 300 hab. (6 900 en 1999), 3 communes, 15 292 ha. Il est bordé sur deux côtés, sud et est, par le département de la Vendée. Les deux autres communes sont Corcoué-sur-Logne et Touvois (1 590 Touvoisiens, 3 921 ha dont 385 de bois), 8 km à l’ouest de Legé, où un grand bois enserre un château; château de Retail (15e au 17e s.), chapelle de Frétigné (12e s., refaite au 19e s.), à pèlerinages, musée de la Maison du Paysan; la teinturerie-blanchisserie Bonnin y emploie 25 personnes; ramassage de volailles Bourmaud (40 sal.). Touvois a gagné 260 hab. de 1999 à 2009. Les trois communes du canton forment la communauté de communes de Loire-Atlantique méridionale, qui siège à Legé.


Corcoué-sur-Logne

2 530 hab. (Corcouéens), 5 039 ha dont 684 de bois et 388 de vignes, commune de la Loire-Atlantique dans le canton de Legé, 10 km NNE du chef-lieu sur la route de Nantes; un hôpital local, charpentes et menuiseries ST-Bois (25 sal.), piste de kart et quad Grissauland. La commune résulte de la fusion, en 1971, de Saint-Étienne-de-Corcoué (1 000 hab.), sur la rive droite de la Logne et Saint-Jean-de-Corcoué (900 hab.), sur la rive gauche. Elle s'est accrue de 500 hab. (un quart) entre 1999 et 2009.