Canton du Pellerin

Pellerin (Le)

4 480 hab. (Pellerinais), 3 065 ha, chef-lieu de canton de Loire-Atlantique dans l’arrondissement de Nantes, 15 km à l’ouest de Nantes sur la rive gauche de la Loire. La commune s’étend sur 14 km en aval du bourg, incluant la partie amont du canal de la Martinière, les îles de Bois, des Masses, Sardine, Héret et Belle-Île en face de Cordemais. Le canal de Buzay sert de débouché à l’Acheneau, exutoire du lac de Grand-Lieu. Le village de la Martinière, tête de l’ancien canal maritime, est à 2 km à l’ouest du bourg, lui-même dernier élément de l’urbanisation nantaise vers l’aval. Le Pellerin est surtout résidentiel et accueille un collège public, un Intermarché (30 sal.); travaux publics Lépine (30 sal.), transports Jamy (20 sal.). La population communale croît depuis les 2 200 hab. de 1930; elle a augmenté de 570 hab. de 1999 à 2009.

Le canton a 28 000 hab. (23 400 en 199, 8 communes, 18 540 ha; de forme contournée, il inclut à l'est du Pellerin Saint-Jean-de-Boiseau et La Montagne, à l'ouest des îles de la Loire, les marais de Buzay et de l'Acheneau à Rouans, et va loin au sud puisqu'il englobe Port-Saint-Père et Sainte-Pazanne. Les deux autres communes sont Cheix-en-Retz (830 Cheixois, 834 ha), 4 km au SO du Pellerin, au bord des marais de l'Acheneau (nettoyage Reflets, 100 sal.), et Vue (1 440 Véziens, 1 951 ha), 10 km à l'ouest du Pellerin. Toute la partie septentrionale du finage de Vue est dans les marais; le château de la Blanchardais (19e s.) y est flanqué d'un grand pigeonnier; Cheix a gagné 310 hab. de 1999 à 2009 (+57%), Vue 440 (+44%.).


Montagne (La)

6 100 hab. (Montagnards), 364 ha, commune de la Loire-Atlantique dans le canton du Pellerin, 6 km à l’est du Pellerin à 13 km du centre de Nantes. Détachée de Saint-Jean-de-Boiseau juste cent ans après l’ouverture de la fonderie de marine d’Indret (1877), elle était alors surtout un quartier d’habitat des ouvriers de l’usine. Sa population a augmenté assez régulièrement depuis; elle a gagné 150 hab. de 1999 à 2009.

L’établissement de la DCN (Direction des Constructiosn Navales) déborde sur la commune et continue à être un gros employeur (940 salariés). La Montagne a aussi un centre d’aide par le travail, un collège public et un privé, un hypermarché U (175 sal.); atelier protégé Earta (65 sal.), carrelage et peinture Repère (85 sal.), négoce de matériel de bureau JDC (90 sal.), transports par cars STAC (90 sal.), gardiennage ADSAtlantique (25 sal.). Elle contient le château d’Aux, de 1744; au cimetière, a été élevé un mausolée «aux victimes de la religion et de la royauté».


Port-Saint-Père

2 710 hab. (Port-Saint-Périns), 3 257 ha dont 141 de vignes, commune de la Loire-Atlantique dans le canton du Pellerin, 9 km au sud du chef-lieu, à la sortie du lac de Grand-Lieu sur le tracé de l’Acheneau, et à la divergence des routes de Nantes vers Pornic et vers Bourgneuf. Elle accueille un parc animalier de loisirs de la Planète sauvage avec cité marine, village de brousse, etc. (Safari africain, 35 sal.). La commune avait moins de 1 400 hab. de 1926 à 1975 et croît depuis 1980; elle a gagné 540 hab. de 1999 à 2009 (+25%).


Rouans

2 640 hab. (Rouansais), 3 773 ha, commune de la Loire-Atlantique dans le canton du Pellerin, 9 km OSO du chef-lieu; elle inclut une bonne part des marais de l'Acheneau à l'est, exutoire du lac de Grand-Lieu, et les marais drainés de la prairie de Buzay au nord, ainsi que le village de Buzay, où fut une abbaye cistercienne, encore prospère au 18e s., mais dont il ne reste qu'une haute tour de l'ancien clocher. Le canal de Buzay sert depuis 1713 de débouché à l'Acheneau et permet aussi d'emprunter des eaux à la Loire en cas de sécheresse. Rouans avait eu 2 400 hab. à la fin du 19e s. et était descendue à 1 400 autour de 1970; elle croît depuis et a gagné presque 500 hab. de 1999 à 2009, soit +23%.


Sainte-Pazanne

5 300 hab. (Pazennais), 4 156 ha, commune de la Loire-Atlantique dans le canton du Pellerin, 14 km SSO du chef-lieu sur la route de Nantes à Bourgneuf et sur la voie ferrée (gare et bifurcation). On y voit une église néogothique à trois nefs du 19e s., avec un clocher montant à 67 m, et de grandes représentations historiques et religieuses d'amateurs à la façon des mystères médiévaux.

Elle est le principal bourg de la partie orientale du pays de Retz et dispose d'un collège privé, et de la zone industrielle des Berthaudières; meubles de bureau et de magasin Media-6 (75 sal.), charpentes Leduc (140 sal.), agencement de magasins Lin&Art (25 sal.), confection Balsan (45 sal.); réseaux électriques EGE (Eiffage, 35 sal.); magasin Super-U (45 sal.), négoce de fournitures de sécurité LIS (35 sal.). La commune s’étend loin vers le SO et voisine ainsi avec celle de Bourgneuf. Sa population a peu varié entre un premier maximum à 2 700 hab. en 1906 et un minimum à 2 200 autour de 1930, et elle augmente depuis. Elle s'est accrue de 1 800 hab. entre 1999 et 2009, donc de plus de moitié.


Saint-Jean-de-Boiseau

5 000 hab. (Boiséens), 1 140 ha, commune de la Loire-Atlantique dans le canton du Pellerin, 3 km à l'est de celle-ci sur la rive gauche de la Loire, 16 km à l'ouest de Nantes, principalement résidentielle. Sa surface s'est agrandie des atterrissements de la Loire, qui ont soudé l'île Pivin, mais la commune de La Montagne s'en était détachée en 1877. Elle offre le parc public du château de Pé (7 ha), un village de retraite, une chapelle du 15e s. La commune avait 1 700 hab. en 1926 et sa population croît depuis; elle s'est élevée de 40 hab. entre 1999 et 2009.