Canton de Rougé

Rougé

2 310 hab. (Rougéens), 5 632 ha dont 436 de bois, chef-lieu de canton de Loire-Atlantique dans l'arrondissement de Châteaubriant, 10 km NO de celle-ci; elle contient une partie de la forêt de Teillay au NO, les étangs de la Mainguais au nord, le manoir de l'Orgeraie (16e s.), un menhir. La population communale a oscillé entre un maximum de 2 800 hab. en 1886 et un minimum un peu au-dessous de 2 000 hab. en 1975; elle a augmenté de 120 hab. de 1999 à 2009.

Le canton, limitrophe de l'Ille-et-Vilaine et du Maine-et-Loire, a 4 400 hab. (4 200 en 1999), 5 communes, 11 793 ha. Soulvache (410 Soulvachais, 1 127 ha), 6 km au NNO de Rougé, est au confluent de la Brutz et du Semnon, ce dernier fixant la limite départementale et régionale. Le groupe Carnaud-Basse-Indre y avait remis en exploitation d'anciennes mines de fer dans la vallée de la Brutz, de 1920 à 1950; il en reste un musée de la mine. De ce fait, la population communale avait atteint son maximum en 1931 (840 hab.); elle s'est stabilisée.

Fercé (490 Fercéens, 2 204 ha dont 380 de bois), 4 km NE de Rougé, inclut la forêt et l'ancienne verrerie de Javardan, et détient le point culminant de la Loire-Atlantique, qui n'atteint que 116 m. La commune a perdu 40 hab. depuis 1999. Noyal-sur-Brutz (590 500 Noyalais, 771 ha), 9 km à l’est de Rougé, a un atelier de mécanique (Méca-Atlantique, 25 sal.), et 90 hab. de plus qu'en 1999. Villepot (690 Villepotais, 2 059 ha), en bordure de la forêt d’Araize, est la dernière commune à l’est du canton, à la fois limitrophe de l’Ille-et-Vilaine et du Maine-et-Loire; sa population n'a guère changé depuis 1999