Canton de Saint-Gildas-des-Bois

Saint-Gildas-des-Bois

3 560 hab. (Gildasiens) dont 200 à part, 3 342 ha dont 500 de bois, chef-lieu de canton de Loire-Atlantique dans l'arrondissement de Saint-Nazaire, 36 km au NE de celle-ci et 53 km au NO de Nantes. Le bourg est situé sur l'ancienne voie romaine de Blain à Vannes et dispose d'une gare sur la voie de Nantes à Redon et Vannes. D'abord nommé Lampridic, et situé dans un secteur de «marche», le lieu passa sous l'autorité d'une abbaye bénédictine établie en 1025 et prit le nom de Saint-Gildas (Guedas) de Landa, c'est-à-dire de la lande, puis de Nemore dans les textes latins médiévaux (la lande), avant de passer de Saint-Gildas-des-Landes à Saint-Gildas-des-Bois à la faveur des plantations de l'époque moderne. La version bretonne du nom, Gweltaz-Lambrizig, concilie deux des trois éléments; le supermarché local se nomme Lampridis (90 sal.) et il existe un centre socio-culturel Lampridic.

De l'abbaye, refaite en 1950 et qui reste active, subsistent des bâtiments du 12e au 18e s. et l'abbatiale des 12e-13e s. Le bourg a un collège et un lycée publics, un collège et un lycée privé, un lycée professionnel public, un lycée rural privé; supermarché U (105 sal.), quelques ateliers, dont les literies André Renault (140 sal.); restauration collective Resteco (50 sal.), maçonnerie Clément (25 sal.). La commune compte au nord quelques bois (les Sapins de Saint-Gildas et le bois de Restin), au SO l’étang du Gué-aux-Biches; anciens marais du Brivet au sud. La population a augmenté de 1931 (2 100 hab.) à 1990; elle a gagné à nouveau 310 hab. de 1999 à 2009. La communauté de communes du canton de Saint-Gildas-des-Bois correspond au canton.

Le canton a 14 400 hab. (11 800 en 1999), 5 communes, 19 944 ha; il est limitrophe du Morbihan et bordé au nord par la vallée de l'Isac que suit le canal de Nantes à Brest. Guenrouet et Missillac en sont les principales communes. Sévérac (1 530 Sévéracais, 2 241 ha dont 200 de bois) est à 5 km au NO du chef-lieu et a aussi une gare; elle a gagné 310 hab. (+25%) de 1999 à 2009; l’Isac borde la commune au nord; menhir de la Pierre à Fuseau. Drefféac (1 800 Drefféens, 1 416 ha) est à 5 km au sud du chef-lieu et a une autre gare; la commune a des marais drainés et le château de la Louisiane (vers 1840); sa population a sensiblement augmenté depuis les 800 hab. de 1975 et s'est encore accrue de 430 hab. depuis 1999 (+31%).


Guenrouet

2 950 Guérinois, 6 990 ha dont 462 de bois, commune de la Loire-Atlantique dans le canton de Saint-Gildas-des-Bois, 6 km à l’est de celle-ci au bord du canal de Nantes à Brest qui emprunte la vallée de l’Isac. Elle a une base de loisirs et un port de plaisance; une source d’eau de table est exploitée par le groupe Cristaline (Cristal Roc) dont la station d’embouteillage occupe 30 personnes; cidrerie Guillet (Kerisac, 40 sal.), menuiserie Millet (30 sal.). La commune, étendue, atteint à l’est la forêt du Gâvre. La commune a eu 3 800 hab. en 1896 et un minimum à 2 150 hab. en 1975; elle s'est accrue de 500 hab. entre 1999 et 2009.


Missillac

4 900 hab., 5 955 ha dont 1 078 de bois, commune de la Loire-Atlantique dans le canton de Saint-Gildas-des-Bois, 12 km au SO du chef-lieu. Elle est un peu à part dans le canton dans la mesure où elle est incluse dans le Parc régional de Brière. Jadis, elle fut un fief protestant en pays de marge. Voisine de La Roche-Bernard et limitrophe du Morbihan, elle a pour haut lieu le château de la Bretesche, qui fut pendant des siècles la résidence des barons de La Roche-Bernard.

Le château, surtout du 15e s., a de grosses tours et des douves, un parc et un étang; il est flanqué d’un golf réputé qui occupe 200 ha, ainsi que de la forêt encore dite de la Roche-Bernard, et il est équipé en hôtellerie (45 sal.). Un autre étang est au NE de la commune (La Briandais), un dolmen au SO (Bergon). Missillac a un collège public, une petite métallerie (Guillouzouic, 20 sal.), une maçonnerie (Guilléheuf, 50 sal.), une discothèque (Jouny, 25 sal.). La population communale est restée assez constante depuis 1880 et durant tout le 20e s.; elle se serait accrue de 1 000 hab. entre 1999 et 2009, donc d'un peu plus d'un quart.