Canton de Gramat

Gramat

3 580 hab. (Gramatois) dont 110 à part, 5 707 ha dont 1 741 de bois, chef-lieu de canton du département du Lot dans l'arrondissement de Gourdon, 35 km ENE de Gourdon, et 35 km au NO de Figeac, sur l'Alzou. La ville est desservie par la N 140 et la voie ferrée de Brive à Figeac. Ce fut une baronnie, c'est un centre de services et une ville de foires au milieu du Causse; hôpital local (20 lits), collèges public et privé. Elle a conservé quelques maisons anciennes et se place comme un bon centre de visites, à proximité de Rocamadour et Padirac. Dans la commune, s'offrent un hippodrome, un parc animalier (parc de vision de 40 ha et jardin botanique), les jardins du Grand Couvent, un centre aquatique récréatif; gouffres de Bèdes, des Besaces et des Vitarelles.

La commune accueille l’école de cynophilie et le groupe national d’investigation cynophile de la gendarmerie (GNICG), ainsi qu’un centre d’expertise et essais de la Délégation générale à l’armement (280 sal.). Gramat est également le siège de la coopérative d’abattage Capel (La Quercynoise), qui regroupe près de 200 producteurs de canards et foies gras; abattoir de Gramat (30 sal.), boucherie Destrel (25 sal.); plomberie LJS (25 sal.). La Saur (distribution et traitement des eaux) a 50 sal., un centre Leclerc 110, les cars Quercy-Corrèze 45. La ville a eu plus de 4 000 hab. entre 1860 et 1890, puis a perdu le territoire de Rignac et s’est abaissée à 2 650 en 1911, avant de reprendre un peu, culminant à 3 600 (sdc) en 1982; elle a diminué de 130 hab. entre 1999 et 2009.

Le canton a 7 400 hab. (7 000 en 1999), 12 communes, 27 942 ha dont 7 547 de bois. Traversé d'est en ouest par la vallée de l'Alzou, il compte également de vastes réseaux d'écoulement souterrains qui alimentent la vallée de l'Ouysse. Gramat est le siège d'une communauté de communes du pays de Gramat, qui toutefois ne compte que 4 communes (4 100 hab., 12 300 ha).

Ses trois associées sont Couzou (110 Couzounais, 2 172 ha dont 1 180 de bois), 10 km à l'ouest, dont le finage englobe le grand bois et la petite clairière de la Pannonie, l'igue de Biau et atteint l'Alzou au moulin du Saut; Carlucet (240 Carlucetois, 3 370 ha dont 1 320 de bois), à 12 km au SO, aux sources de l’Ouysse, qui a gagné 70 hab. depuis 1999 (+41%); Bio (320 Biotois, 1 079 ha), 5 km à l’est de Gramat sur l’Alzou, dont le nom n’a rien à voir avec l’écologisme, mais probablement avec le biou (bœuf), et qui a augmenté de 60 hab. depuis 1999.

Le Bastit (80 Bastitois, 2 825 ha dont 1 151 de bois), 9 km au SO de Gramat sur la route de Cahors, inclut l’igue de la Vierge, d’où l’on a exploré 200 m de galeries. Rignac (280 Rignacois, 964 ha), 5 km au NO de Gramat, a été créée en 1892 à partir de Gramat avec 490 hab. et n’avait plus que 175 hab. en 1975, avant de reprendre un peu; gouffre du Saut de la Pucelle, château de Roumegouse, du 14e et surtout du 19e s., devenu hôtellerie.

Lavergne (450 Lavergnois, 882 ha), 4 km NNE de Gramat, a une base de loisirs (le Minotaure); maçonnerie Cadiergues (45 sal.). Thégra (510 Thégratois, 1 282 ha), 6 km au NNE de Gramat, a un château et un village de vacances; ingénierie ITHPP (20 sal.); Thégra a gagné 90 hab. de 1999 à 2009.


Rocamadour

710 hab. (Amadouriens), 4 942 ha dont 1 242 de bois, commune du Lot dans le canton de Gramat, 9 km ONO de la ville. Son renom tient en partie à son site, en partie à un très ancien pèlerinage. Le village est accroché à une paroi abrupte de 150 m de haut dans la gorge creusée par l'Alzou, et exposée au sud. Il fut l'objet d'un pèlerinage marial précoce, dont la publicité fut assurée par les bénédictins de Tulle et qui eut son apogée du 12e au 14e siècle. Rocamadour reçoit annuellement un million et demi de visiteurs, ce qui en fait l'un des très grands sites français, mais tous ne sont pas des «pèlerins». C'est que le site s'est enrichi de nombreuses attractions.

Le village même offre des restes de remparts, une vieille porte et un grand escalier, de multiples sanctuaires; plus un musée d'histoire, et la grotte des Merveilles, découverte seulement en 1920. Aux environs, s'ajoutent un rocher des Aigles où l'on peut voir évoluer des rapaces dressés; une forêt des Singes où des macaques ont été acclimatés en 1974; une maison des Abeilles; et même une «féerie du rail» et un musée du jouet ancien automobile… Plusieurs gouffres se cachent aux environs, comme ceux de Cabouy et Saint-Sauveur dans la commune de Calès, de l'autre côté des gorges de l'Ouysse. Et Padirac est à 12 km.

On a même fait reconnaître en 2000 une AOC de fromage de chèvre nommée rocamadour, qui porte sur 4 départements - le Lot principalement, un peu l'Aveyron, la Corrèze et la Dordogne. Tout cela a fait classer Rocamadour parmi les «villages de charme». La commune a eu 1 650 hab. en 1861 et s'est dépeuplée jusqu'en 1975; elle a gagné 80 hab. de 1999 à 2009. Elle a quelques commerçants et artisans, dont la menuiserie Delnaud (25 sal.); autocars Arcoutel (30 sal.).